Plus haut, plus loin, plus vite: voici la première super-héroïne de Marvel !

Voici la Capitaine Marvel: une grande gueule qui combat le mal intergalactique. Chris Reid and Marvel

Plus haut, plus loin, plus vite: voici la première super-héroïne de Marvel !

« Être une femme dans une industrie dominée par les hommes, c’est nul, mais pas plus que d’être une femme dans ce monde en général. Mon conseil? Soyez terrifiantes. » — Kelly Sue DeConnick, auteure de la bande dessinée Capitaine Marvel

Le 8 mars, Journée internationale des femmes, marquera la première du film Capitaine Marvel. Ce sera le premier film des studios Marvel dont le super-héros est une femme. Un vaste public plein d'anticipation fera la queue pour ce film très attendu et se faire plaisir en visionnant ce qui est la marque de commerce de l’univers Marvel: la lutte contre les méchants de la galaxie.

Mais en plus de combattre les extra-terrestres, la capitaine Marvel est une puissante super-héroïne au passé complexe. Elle se débat entre un problème de gestion de sa colère et son sens du devoir. C’est aussi une grande gueule aux poings de fer.

Au cours de la dernière décennie, la capitaine Marvel est devenue l’un des personnages proéminents des bandes dessinées Marvel. Elle fait partie des Avengers, et incarne également la figure de proue d’un des deux camps de la deuxième guerre civile des superhéros, ainsi que la mentor de la nouvelle Ms Marvel, Kamala Khan.

Telle qu’imaginée par les auteurs DeConnick, Margaret Stohl, Michele Fazkas, Tara Butters and Kelly Thompson, le personnage est un terreau fertile à une réussite cinématographique.

Une superhéroïne pour une nouvelle ère

« Et si on réécrivait l'histoire? »
— Capitaine Marvel (Carol Danvers)

Le personnage de Carol Danvers a été créé en 1968 par Thomas et Gene Colan. A l’origine, c’était une pilote de l’armée américaine. Près d’une décennie plus tard, elle est dotée de pouvoirs extraordinaires lors d’un accident et devient Ms Marvel. Mais le personnage que l’on verra sur l’écran est en grande partie tiré d’une bande dessinée de Kelly Sue DeConnick. Selon des rumeurs, Mme DeConnick ferait même une brève apparition dans le film.

En 2012, Kelly Sue DeConnick a créé un quasi chef-d’oeuvre en faisant revivre le personnage de la capitaine Marvel. La super-héroine féminine a fait sa première apparition en 1977, et s’intitulait « Ms. Marvel », clin d’oeil à l’icône féministe, le magazine Ms. Personnage secondaire à ses débuts, la réécriture de DeConnick la transforme en l’un des personnages principaux de la galaxie Marvel.

Capitaine Marvel.

En plus de relancer le personnage, Mme DeConnick a également modifié le style de l’héroïne, abandonnant ses cuissardes, son maillot de bain et son masque pour les remplacer par une coupe de cheveux plus courte, une combinaison à la Chuck Yeager, et des chaussures plus pratiques.

Le récit de DeConnick’s débute sur un hommage émouvant à Helen Cobb, mentor de Carol Danvers et elle aussi pilote de l’armée américaine, qui souligne l’importance des modèles féminins pour les femmes. Les lecteurs découvrent les pouvoirs extraordinaires de la capitaine Marvel issus de son ADN semi-humain, semi-Kree. Rapidement, Danvers est téléportée vers le passé pour y rejoindre l’escadron Banshee, une unité de combat entièrement féminine durant la seconde guerre mondiale, où la technologie Kree est utilisée pour faire avancer la lutte.

Carol Danvers est également présente aux débuts de ses origines de super-héroïne. Plutôt que de poursuivre le récit datant de 1977, où elle était victime d’une explosion qui la dotait de super pouvoirs, De Connick réécrit le script en offrant un choix à son héroïne.

Danvers peut prévenir l’explosion, mais préfère laisser le passé tel quel afin de vivre son destin de super-héroïne. C’est ce qui rend la réécriture de la capitaine Marvel convaincante. En choisissant son destin, elle devient « l’étoile qui aurait toujours dû briller ».

Un personnage drôle et touchant

La capitaine Marvel faisait partie des Ultimates, une mini-série dans laquelle des superhéros déjouent les menaces venues du cosmos (ils transforment le mangeur de planètes Galactus en Dieu doré de la fertilité) et deviennent ainsi les « patrons de l’espace ». Ils s’installent chez le super groupe canadien Alpha Fightsur la station spatiale Alpha Fight. La capitaine se joint également au Gardiens de la galaxie, et faisait partie de l’A-Force, ces Avengers au féminin.

Le scénario de DeConnick est à la fois saisissant et hilarant, et si le film tient ses promesses, les spectateurs seront choyés. Nous aurons aussi peut-être droit à quelque chose d’assez spécial en la personne de son chat Goose (dans la bande dessinée, Goose s’appelle également Chewie - la capitaine Marvel étant une grande fan de la Guerre des étoiles). Dans le film, il est possible que Goose vole la vedette dans une ou deux scènes.

Comme l’ont montré les bandes annonces, Capitaine Marvel cognera sur des extra-terrestres, créera des explosions et nous verrons sûrement pourquoi elle sera surnommée « la plus puissante héroïne de la terre ». L’histoire a lieu en 1995, s’inspirant de certains éléments de la bande-dessinée de Roy Thomas « La guerre Kree-Skrull » (publiée initialement sous le titre de Avengers #89-97 en 1971) et suit Danvers dans sa conversion en capitaine Marvel.

Capitaine Marvel est le 21ème film du Studio Marvel dans l’univers cinématographique Marvel et le premier film mettant en vedette une super-héroïne. Capitaine Marvel fera aussi une apparition très attendue dans Avengers : Endgame, qui sortira en avril, et où elle croisera sûrement le fer avec des menaces cosmiques.

This article was originally published in English