Pour arrêter la cigarette, le vapotage est deux fois plus efficace que les patchs ou les gommes à mâcher

Les cigarettes électroniques facilitent l'abandon du tabac. Shutterstock

Alors qu’une nouvelle hausse du prix du paquet de cigarettes est entrée en vigueur le 1ᵉʳ mars, et que le gouvernement a annoncé d’autres augmentations destinées à porter le prix du paquet à 10 euros en 2020, peut-être envisagez-vous d’en finir avec le tabac.

Voici maintenant de nombreuses années que les fumeurs qui utilisent des cigarettes électroniques soulignent l’intérêt de la « vape » pour réduire leur consommation, voire arrêter complètement de fumer.

Les études scientifiques vont dans leur sens. En 2017, une étude parue dans la revue British Medical Journal révélait qu’aux États-Unis, le nombre de fumeurs diminuait à mesure que le nombre de vapoteurs augmentait. En France, on observe entre 2012 et 2017 une nette augmentation des arrêts du tabac liés à l’utilisation de e-cigarettes : ils ont augmenté d’un facteur 5 sur cette période. Par ailleurs, les sevrages nécessitant un suivi médical spécialisé ont été deux fois moins fréquents.


Read more: Patchs, e-cigarette, jeu vidéo… toutes les techniques pour ne pas reprendre la clope


Mais les détracteurs de l’e-cigarette rétorquent que l’on manque de données de sécurité au long cours, et aussi que l’on n’a jamais montré que l’e-cigarette était supérieure aux méthodes classiques de substitution comme les patchs.

Sur ce dernier point en tout cas, ce n’est plus vrai. Les résultats d’une importante étude anglaise viennent en effet d’être publiés dans la plus prestigieuse revue médicale internationale, le New England Journal of Medicine. Celle-ci démontre sans ambiguïté que pour arrêter de fumer, la cigarette électronique est nettement supérieure aux substituts nicotiniques tels que patchs et gommes. Décryptage des résultats.

En quoi consistait cette étude ?

Les personnes qui ont participé à ces recherches étaient inscrites dans des dispositifs d’accompagnement à l’arrêt du tabac du National Health Service, service sanitaire britannique public dépendant du Department of Health (équivalent de notre ministère de la Santé). Ces centres proposant une aide gratuite pour arrêter de fumer sont disséminés dans tout le Royaume-Uni. Les recherches ont pris place dans trois de ces centres.

886 participants ont été répartis de façon aléatoire en deux groupes. Les membres du premier recevaient des substituts nicotiniques de leur choix (patchs, gommes à mâcher, pastilles, spray nasal, inhalateur, spray ou strips buccaux, microcomprimés), soit une e-cigarette avec les saveurs de leur choix. Le traitement incluait, dans les deux groupes, un accompagnement comportemental d’au moins 4 semaines. Le résultat attendu était un arrêt du tabac maintenu au bout d’un an.

L’évolution de la consommation des participants était évaluée par un suivi autodéclaratif (les gens renseignaient eux-mêmes leurs pratiques), ainsi que par un suivi biologique reposant sur la mesure du monoxyde de carbone (CO). Ce gaz lié à la combustion est un marqueur biologique qui reflète l’intensité de l’inhalation de la fumée de tabac. Il se lie plus facilement à l’hémoglobine que l’oxygène, et diminue donc l’apport de ce dernier aux tissus. Le monoxyde de carbone altère les cellules artérielles et active les mécanismes de l’athérosclérose. La mesure de sa concentration permet de déterminer le statut tabagique des fumeurs. L’évolution des paramètres respiratoires des participants de l’étude était également consignée (présence ou absence d’essoufflement, respiration sifflante, toux et mucosités…).

Le bilan au bout d’un an était clair.

Deux fois plus d’arrêts un an plus tard

Un an après le début de l’étude, le taux de sujets ayant arrêté le tabac était de 18,0 % dans le groupe « vape », contre presque moitié moins (9,9 %) dans le groupe « substituts nicotiniques ». Parmi les sujets qui avaient arrêté le tabac, 80 % utilisaient encore l’e-cigarette, contre 9 % qui utilisaient encore les substituts nicotiniques.

Les éléments de “confort” étaient également différents entre les deux groupes. L’irritation de la gorge était rapportée par 65,3 % des sujets vapoteurs contre 51,2 % des sujets avec substituts. Les nausées étaient en revanche plus fréquentes dans le groupe « substitution ». De manière étonnante, le groupe « e-cigarette » rapportait une disparition plus importante de la toux que les sujets avec substitution. Il n’y avait pas de différences sur les autres symptômes respiratoires et leur évolution.

Une des limitations de l’étude, toutefois, est que les sujets savaient dans quel groupe ils étaient, ce qui pourrait avoir renforcé l’effet psychologique de la « vape ». Il faudra donc que cette étude soit complétée par d’autres études dites “en aveugle”, dans lesquelles les participants ont des patchs et une e-cigarette, mais l’un des deux dispositifs est un placebo. L’avantage ici est que l’on permettait aux vapoteurs de choisir leur matériel et leurs parfums, ce qui est bien sûr un gage d’acceptation, et se révèle quasiment impossible dans les études en aveugle, pour des raisons essentiellement méthodologiques.

Que sait-on de la dangerosité de l’e-cigarette ?

Cette étude démontre donc « en ouvert » (c’est-à-dire, sans comparaison à un placebo), une nette supériorité des e-cigarettes sur les substituts nicotiniques en matière de sevrage du tabac. Une des questions qui se pose toujours est celle de la dangerosité de l’e-cigarette, surtout sur le long terme. Cette étude ne visait bien sûr pas à répondre à cette question. Beaucoup d’experts et d’usagers estiment qu’il est peu probable l’usage de l’e-cigarette soit aussi nocif que celui du tabac.


Read more: Dix idées reçues sur le tabagisme qui ont la vie dure


Si l’on retrouve effectivement de faibles traces de cancérogènes dans des e-liquides (en particulier des nitrosamines, des cancérogènes « naturels » du tabac dont est extraite la nicotine), les liquides répondant aux qualités USP (United States Pharmacopeia) et EurPh (European Pharmacopeia) n’en présentent que d’infimes traces similaires à celles trouvées dans certains médicaments de sevrage. Une cigarette « classique » contient quant à elle contient 4 000 composés chimiques responsables de la toxicité du tabac sur l’organisme.

En 2015, Public Health England (l’agence de santé publique britannique) établissait sur la base d’une revue de littérature que l’e-cigarette était « 95 % plus sure que les cigarettes ». En 2017, une autre étude concluait que les vapoteurs étaient moins exposés que les fumeurs aux substances toxiques. Il faudra néanmoins de toute façon au moins attendre trente ans pour y voir plus clair sur ce sujet, et avoir le recul nécessaire pour pouvoir tirer des conclusions d’un point de vue épidémiologique.

Faut-il rembourser les e-cigarettes ?

Quoi qu’il en soit, cette étude est la première à comparer directement les deux procédés de substitution, et à montrer la supériorité de l’e-cigarette pour sortir du tabac.

Fera-t-elle passer officiellement la vape dans le camp des aides au sevrage tabagiques ? Il faut rappeler qu’en France, les e-cigarettes ne font toujours l’objet d’aucune prise en charge par l’Assurance maladie contrairement au Royaume-Uni où certaines sont remboursées.

En attendant d’en savoir plus sur un éventuel remboursement, ainsi que sur les effets de l’e-cigarette sur la santé, si vous choisissez de l’utiliser pour augmenter vos chances d’arrêter de fumer, prenez bien garde à respecter les précautions d’emploi. Il existe en effet quelques risques bien réels à son emploi : ceux liés à leurs batteries en cas de mauvaise utilisation


Cet article s’inspire d’une parution de la newsletter d’Addict’Aide, qui permet de s’informer sur toutes les questions d’addiction. Le portail Addict’Aide est soutenu par MGEN, groupe VYV.