Menu Close
Un homme tient dans sa main une fève de cacao
La production de cacao est fortement concentrée dans quelques pays d'Afrique occidentale, dont la Côte d'Ivoire et le Ghana. (Shutterstock)

Pourquoi l’industrie du cacao pourrait mettre fin à la déforestation en Afrique de l’Ouest

Malgré une augmentation significative des efforts de durabilité des entreprises dans le secteur du cacao, il est presque impossible pour la plupart des consommateurs de chocolat de déterminer l’ampleur de la déforestation tropicale associée à ce plaisir coupable.

La fève de cacao est l’ingrédient fondamental et irremplaçable du chocolat. Ces fèves proviennent d’arbres qui nécessitent des climats et des systèmes de pollinisation spécifiques. Des conditions qui se trouvent à l’intérieur et autour des écosystèmes de la forêt tropicale.

Alors que la demande mondiale de chocolat augmente en raison de la sensibilisation croissante aux avantages potentiels pour la santé du chocolat noir et de la hausse des revenus disponibles dans les économies émergentes, les exploitations de cacao sont devenues les derniers points chauds de la biodiversité.

La production de cacao est fortement concentrée dans quelques pays d’Afrique occidentale. La Côte d’Ivoire et le Ghana produisent conjointement environ 62 % du cacao dans le monde.

Malgré la récente attention médiatique révélant la déforestation illégale liée à la culture du cacao dans des écosystèmes très protégés, ces pays ont récemment connu les taux d’augmentation de la déforestation les plus élevés au monde.

En 2018, le Ghana a connu une augmentation de 60 % de la perte de superficie de forêts par rapport à 2017, soit la plus forte augmentation annuelle au monde. La Côte d’Ivoire est arrivée en deuxième position avec 26 %. La déforestation a exercé des impacts négatifs irréversibles sur la biodiversité, la santé des sols et la capacité d’adaptation des écosystèmes face aux changements climatiques.

Avec mon équipe de l’Université de Victoria, mon projet de recherche Follow the Bean : Tracing Zero Deforestation Cocoa a identifié trois des principaux défis à relever pour mettre fin à la déforestation inhérente aux chaînes d’approvisionnement mondiales du cacao.

Le « premier kilomètre » de la traçabilité de la chaîne d’approvisionnement

Le premier défi réside dans la nécessité de connaître l’origine précise des fèves de cacao afin de déterminer si l’exploitation où elles ont été cultivées a remplacé la forêt primaire. La traçabilité des fèves de cacao à l’échelle de l’exploitation est particulièrement difficile dans le secteur du cacao en Afrique de l’Ouest, car la production est répartie entre des millions de petites exploitations de trois à cinq hectares.

Le cacao est généralement produit dans de petites exploitations, car il est difficile d’introduire des machines pour faire le travail. Les cacaoyers nécessitent une taille régulière et des traitements chimiques pour combattre les parasites et les maladies. En outre, le fruit qui produit les fèves de cacao mûrit par intermittence, de sorte que les agriculteurs récoltent à la main.

Un homme déplace des fèves de cacao sur une bâche avec un râteau
Un agriculteur fait sécher au soleil des fèves de cacao récemment récoltées. Sophia Carodenuto, Author provided

Personne ne sait précisément combien de cultivateurs de cacao opèrent dans la région de l’Afrique de l’Ouest. Des études précédentes suggèrent que deux millions d’agriculteurs dépendent du cacao dans la région, ce qui est probablement une sous-estimation étant donné qu’une étude récente a révélé que 1,5 million d’enfants travaillaient dans les exploitations cacaoyères.

En raison des complexités du régime foncier local, les limites des exploitations ne sont généralement pas enregistrées publiquement. En l’absence d’une carte publique des petits exploitants de cacao, il est difficile de savoir précisément d’où provient le cacao.

La chaîne d’approvisionnement indirecte

La réponse la plus récente de l’industrie du chocolat (140 milliards de dollars US) au défi de la déforestation a été la création de programmes de durabilité pour ses chaînes d’approvisionnement directes. Cependant, les estimations suggèrent qu’au moins la moitié de l’approvisionnement en cacao en Côte d’Ivoire provient de sources indirectes.

L’approvisionnement indirect signifie que le cacao est acheté par l’intermédiaire de négociants locaux, dont plusieurs opèrent de manière informelle avec une surveillance publique limitée. On sait très peu de choses sur ces négociants locaux, bien qu’ils aient généralement souvent la mauvaise réputation de profiter des agriculteurs vulnérables qui ont besoin d’argent immédiatement.


Read more: Y aura-t-il encore du chocolat en 2050 ?


Les programmes de durabilité visent souvent à éliminer ces intermédiaires. Cependant, en raison de la prévalence de la chaîne d’approvisionnement indirecte, cette solution pourrait entraîner un chômage important et des implications socio-économiques connexes dans les zones où l’économie rurale dépend entièrement de la production et du commerce du cacao.

En collaboration avec Janina Grabs, notre recherche collaborative vise à déterminer si et comment les négociants, y compris les négociants informels, peuvent contribuer au déploiement de programmes de durabilité. Les commerçants étant souvent le seul point de contact de l’agriculteur avec la chaîne d’approvisionnement, leur rôle dans la transmission des informations et l’incitation à l’amélioration des pratiques de production peut s’avérer crucial.

Pouvoir et responsabilité

Le cacao est l’un des secteurs les plus consolidés au monde, avec trois entreprises qui contrôlent 60 % du cacao commercialisé dans le monde. Ces entreprises ne sont pas orientées vers les consommateurs, avec des marques connues, et pour beaucoup de gens, elles peuvent être « la plus grande entreprise dont vous n’avez jamais entendu parler », selon Ian Welsh d’Innovation Forum.

Une allée de supermarché avec plusieurs tablettes de chocolats
Des tablettes de chocolat alignées sur les étagères d’un supermarché en Russie. Shutterstock

Cette situation est porteuse d’opportunités, mais aussi de risques. D’une part, les entreprises s’associent de plus en plus avec les gouvernements, les groupes de réflexion et les organisations de la société civile pour atteindre les objectifs de durabilité. D’autre part, les grands acteurs de l’industrie cacaoyère ont de plus en plus tendance à abandonner les normes de durabilité de tierces parties telles que le commerce équitable, et optent plutôt pour la conception et la mise en œuvre de leurs propres programmes d’approvisionnement durable.

Dans cette situation, les entreprises choisissent elles-mêmes les informations à divulguer à leurs clients. Le rapport sur la durabilité des entreprises présente souvent des producteurs de cacao heureux qui ont bénéficié de leurs programmes de durabilité, mais les clients ne sont pas informés de la complexité de questions telles que l’approvisionnement indirect.

Que faire ?

Bien qu’il existe des artisans chocolatiers fabriquant de petits lots de produits chocolatés de la fève à la barre, la grande majorité des consommateurs de chocolat restera dans l’ignorance et peu outillée pour déterminer l’impact de ses achats tant que les gouvernements, l’industrie et les consommateurs n’exigeront pas davantage de responsabilités éthiques.

Pour la plupart des produits chocolatés conventionnels, il reste impossible de retracer l’origine du cacao dans la mesure requise pour déterminer la déforestation. Toutefois, des évaluations indépendantes telles que la Chocolate Scorecard font de grands progrès en matière de transparence pour les consommateurs désireux d’acheter du chocolat « éthique ».

This article was originally published in English

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 130,800 academics and researchers from 4,108 institutions.

Register now