Détecter les talents, un premier pas vers une société plus humaine

Un individu développe des capacités à faire certaines choses que d'autres ne feront jamais aussi bien. Shutterstock

Être heureux de se lever le matin pour aller travailler est une composante essentielle d’une société où il fait bon vivre, mais aussi, d’une vie saine pour l’individu. C’est aussi poursuivre la « promesse de prospérité » dont parle Richard Straub, fondateur de l’association à but non lucratif Peter Drucker Society Europe et du Global Peter Drucker Forum, dans un « capitalisme à visage humain ».

Pourtant, la réalité est tout autre. Un niveau élevé d’anxiété au travail touche 52 % des salariés français, et 24 % sont en situation d’hyperstress, avec un impact dangereux pour la santé physique et psychique.

Interview de David Mahé, président du cabinet de conseil Stimulus qui a réalisé l’étude sur le stress en entreprise.

En conséquence, la tendance est à la reconversion professionnelle : 74 % des salariés ont déjà envisagé de changer de vie. Mais 94 % des personnes interrogées estiment que la reconversion professionnelle est difficile, malgré tous les moyens à disposition pour mieux s’orienter : bilans de compétences, tests de personnalité, coaching… Une nouvelle approche de l’orientation semble donc indispensable. Celle que nous proposons, une approche par les talents, vise à ce que le salarié (et tout citoyen) s’épanouisse au quotidien et pour que l’entreprise – et le travail en général – retrouve sa mission sociale.

Éviter une désorientation grâce à une meilleure connaissance de soi

Il n’y a pas deux personnes sur terre qui effectuent le même parcours de vie. La singularité de ce parcours façonne un être unique qui a développé une capacité (ses talents) à faire certaines choses que d’autres ne sauront jamais faire aussi bien. Il s’agit donc de détecter ces talents. Cette connaissance permettra ensuite d’orienter toute personne vers des environnements, des projets ou des métiers où ses talents sont recherchés. Cette approche évite donc les erreurs d’orientation grâce à une meilleure connaissance de soi. Elle vise à déployer le « potentiel humain » qui est actuellement la ressource la moins exploitée et la moins valorisée de la planète).

La méthode ISMA Talents, une déclinaison de la méthode ISMA360 appliquée à l’humain, permet de découvrir les talents distinctifs et les contextes dans lesquels ils s’opèrent. Trois questions sont posées : « quelle est ma singularité ? », « où suis-je attendu ? » et « suis-je perçu comme légitime ? ». Les réponses émergent, non pas de la personne elle-même, mais à partir des qualités ou compétences que les autres ont perçues spontanément. Autrement dit, il s’agit de capter les mots de personnes bienveillantes au sujet d’une autre. Ensuite, la logique est simple : si elles relèvent chacune de leur côté un trait identique, voire convergeant, celui-ci a de grande chance d’être un talent qui caractérise la personne.

Trouver sa contribution sociale

Après un traitement sémantique des unités de sens, il est possible de procéder à un travail créatif de recherche sur la contribution sociale de la personne. Il s’agit là de rechercher le dénominateur commun à tous les talents retenus, en répondant à la question : « À quoi l’ensemble des talents peut servir ? » Prenons par exemple un individu qui serait vif d’esprit (16 occurrences), attentif à ses amis (13), authentique (10), curieux (8), pragmatique (8), et très sensible (8). Sa contribution sociale pourrait être : questionner avec sincérité le monde sensible qui l’entoure pour mieux le comprendre. Pourquoi ? Sa grande curiosité associée à sa grande vivacité d’esprit va le pousser à questionner avec pragmatisme le monde qui l’entoure. Il s’agit d’un monde sensible car perceptible par un haut niveau de sensibilité et d’attention aux situations des proches. Enfin, son questionnement sera authentique, c’est-à-dire sincère, ce qui facilitera une meilleure compréhension de ce monde.

Il ne s’agit pas de dire que la personne ne saurait pas faire autre chose. Il s’agit plutôt de constater que la personne semble faire ceci mieux que quiconque grâce à une synthèse condensée du regard des autres.

En conclusion, ce type d’approche, issue du data mining et de la sémantique, peut apporter une proposition alternative à l’approche psychologique en vue de détecter les talents d’une personne. À partir du moment où tout individu sait, sur la base de ses talents propres, ce qu’il peut apporter aux autres, c’est tout le potentiel humain qui peut être libéré pour contribuer – à petite ou à grande échelle – à une société plus humaine, engagée et efficiente.