SKEMA Business School

Avec plus de 7500 étudiants et 37 000 diplômés, SKEMA Business School est une école globale qui, par sa recherche, ses programmes d’enseignement, sa structure multi sites internationale forme et éduque les talents dont ont besoin les entreprises du XXIe siècle. Désormais, l’école est présente sur 6 sites : 3 en France (Lille, SophiaAntipolis, Paris), 1 en Chine (Suzhou), 1 aux Etats- Unis (Raleigh) et 1 au Brésil (Belo Horizonte). SKEMA est accréditée EQUIS et AACSB et AMBA. ​​

SKEMA Business School est un établissement d’enseignement supérieur et de recherche privé sous statut d’association Loi 1901 sans but lucratif. SKEMA est née en 2009 de la fusion entre l'Ecole Supérieure de Commerce de Lille et le CERAM Business School de Sophia Antipolis. Ces deux écoles fondatrices ont respectivement été fondées en 1892 pour l’une et 1963 pour l’autre.

SKEMA est membre de la Conférence des Grandes Ecoles et a obtenu du Ministère de l’Education Nationale de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, par arrêté du 6 juillet 2015 paru au Bulletin Officiel du 23 juillet 2015, la qualification d’établissement d'enseignement supérieur privé d'intérêt général (EESPIG). SKEMA est une communauté dédiée à l’apprentissage, à la création et à la transmission des connaissances et des pratiques de management. Depuis sa création, SKEMA a relevé le défi d’être une école globale grâce à sa structure multi-campus et offre un large portefeuille de programmes francophones et anglophones en formation initiale et en formation continue, aux niveaux Licence, Master et Doctorat.

Links

Displaying all articles

En 2017, la réduction des écarts de rémunération hommes-femmes a connu un coup d'arrêt au niveau mondial. Prazis Images / Shutterstock

L’obligation de transparence reste insuffisante pour réduire les inégalités salariales hommes-femmes

De plus en plus de pays misent sur l’approche par la transparence dans leur réglementation. Pour quelle efficacité ? Selon les spécificités locales, le bilan reste à ce jour mitigé.
Les grandes firmes auraient tendance à bloquer la diffusion des connaissances et des technologies numériques, ce qui expliquerait le ralentissement des gains de productivité. Phonlamai Photo / Shutterstock

Quand vous entendez « destruction créatrice », méfiez-vous

En 1951, l’économiste Joseph Schumpeter expliquait que le capitalisme « éliminait les éléments vieillis en en créant continuellement des nouveaux ». Une théorie mise à mal par le contexte actuel.
Les entreprises vont devoir tenir compte des effets de l'usage des technologies sur la santé de leurs collaborateurs. Wavebreakmedia / Shutterstock

Bien-être et qualité de vie au travail : rien n’est jamais acquis

Dans les entreprises, les pratiques ont commencé à évoluer. Mais déjà, de nouveaux enjeux apparaissent : effets du digital sur la santé, partage de la valeur, et même… excès de bien-être au travail.
Les auteurs partagent leur passion pour The Conversation France.

Pourquoi j’écris pour The Conversation France (2)

Dans un deuxième volet de contributions, nos auteurs expliquent pourquoi ils et elles écrivent pour The Conversation France.
Sensome, une start-up issue de l’École polytechnique et du CNRS, soutenue par la société de capital-risque Kurma Diagnostics. Ecole polytechnique / Flickr

Le capital-risque : un simple phénomène de marché ?

Avant d'atteindre le marché, les startups innovantes sont soumises à des processus de sélection et d'expérimentation mis en œuvre par les capital-risqueurs.

Research and Expert Database

Authors

More Authors