23j3nbmc 1481027177

Écriture engagée au Gabon : vers une nouvelle littérature

Les écrivains gabonais sont désormais ouvertement politiques et virulents, cassant avec la littérature du silence. Graffiti à Libreville. Brian Gratwicke/Flickr, CC BY-SA

Écriture engagée au Gabon : vers une nouvelle littérature

Les écrivains gabonais sont désormais ouvertement politiques et virulents, cassant avec la littérature du silence. Graffiti à Libreville. Brian Gratwicke/Flickr, CC BY-SA

Les écrivains gabonais ont désormais un espace dédié : une Foire du Livre, dont la toute première édition vient de se conclure à Libreville. Grand public et professionnels sont conviés dans ce qui représente un événement majeur pour le pays, longtemps privé d’institutions de qualité consacrées à la littérature. Le thème choisi, « la femme dans la littérature gabonaise » reflète également une scène littéraire en pleine ébullition.

« J’avais dit il y a plusieurs années que la littérature gabonaise “n’existait pas” : le Gabon a désormais une voix, une plume qui comptera parmi les plus talentueuses de la littérature africaine contemporaine ».

Cette déclaration d’Alain Mabanckou à propos du roman N’être de Charline Effah sorti en avril, primé, fait écho à l’essor actuel de la littérature gabonaise sur le plan national et international.

N’être, de Charline Effah, éditions La Cheminante.

En témoigne la parution d’un ouvrage sur les femmes écrivains gabonaises qui vient d’être publié Outre-atlantique.

Or, le constat de la présence de nouveaux talents dans le milieu littéraire gabonais s’accompagne de l’émergence de nouveaux genres littéraires, de nouvelles esthétiques et d’une reconnaissance dans l’espace francophone qui témoigne par ailleurs de la fin de son identification comme une « littérature du silence ». Cette dernière était caractérisée par un manque d’institutions littéraires jusqu’en 1980, l’absence de thématiques proches des autres littératures africaines, de critiques littéraires et universitaires, et d’une faible réception à l’étranger.

Contrairement aux autres littératures africaines qui apparaissent autour des années 1930-1950, les premières œuvres gabonaises sont publiées vers la fin des années 60 : Contes gabonais (1967) d’André Raponda Walker et Roger Sillans, Concept gabonais (1968) de Paul-Vincent Pounah, l’épopée Le Mvett I (1970) de Tsira Ndong Ndoutoume tandis que le premier « roman » gabonais, Histoire d’un enfant trouvé de Robert Zotoumbat, n’est publié qu’en 1971.

Didier Taba, commentant un article de Ludovic Obiang, note ainsi que :

« les raisons du destin anonyme de la critique au plan international[…] sont dues d’une part, à l’indifférence des spécialistes qui considéraient le pays comme une terre sans problématique esthétique à cause de l’absence d’un engagement idéologique tel que le prévoyait la Négritude et, d’autre part, à l’absence d’auteurs de renom ».

Les historiens notent que la période 1971-1989 correspond à une période dite du « silence » pour la littérature du Gabon, un temps du balbutiement éditorial, critique et esthétique.

Une littérature du silence

Cheryl Toman a consacré un ouvrage aux femmes écrivains gabonaises.

Les œuvres gabonaises, tous genres confondus, sont essentiellement réalistes, et représentent tout en les dénonçant les faits du quotidien, les mœurs, les coutumes, les déboires de la vie sociale et familiale. Elles se caractérisent aussi par la récurrence du terme « silence » dans les titres ou dans les œuvres. Parmi les textes clefs, nous pouvons citer comme exemple Histoire d’un enfant trouvé, Biboubouha. Chroniques équatoriales suivi de Bourrasques sur Mitzic (1985) de Ferdinand Allogo-Oké, Le Crépuscule des silences de Pierre-Edgar Moundjégou, Au bout du silence (1985) de Laurent Owondo ; des ouvrages auxquels on peut ajouter les représentations de la troupe « théâtre du silence », créée en 1971 par Rosira Nkiélo.

Pour Jean Leonard Nguema Ondo, le romancier gabonais des années 1980 est obligé

« au témoignage, à l’engagement social, à la lutte pour la libération de la femme et de l’homme gabonais par rapport aux forces négatives comme la sorcellerie, le tribalisme et certains comportements rétrogrades des tenants de la tradition. Les romanciers gabonais refusent donc de se réfugier dans la vision idéaliste de la Négritude ».

En ce sens, les romans Elonga (1980), G’amérikano (1983), Fureurs et cris de femmes (1989) de Ntyugwetondo Rawiri, première écrivaine gabonaise, brossent un tableau sombre de la sorcellerie dans la société traditionnelle ; ils mettent aussi l’accent sur la condition de la femme dans une société en voie de modernisation.

Cette littérature de la contingence, portée par le détail de la situation sociale quotidienne, va se prolonger et, dans le même geste, prendre une nouvelle tournure en 1990.

Essor d’une littérature engagée

L’année 1990 est marquée par la Conférence nationale, une assemblée qui réunissait tous les Partis et Associations politiques du Gabon. Le but de cette concertation était d’instaurer le retour du multipartisme et le respect des libertés fondamentales, en particulier de la démocratie, en usage dès 1960, année de l’indépendance du pays, à 1967.

La conférence nationale de 1990 a constitué un tournant majeur.

Ce tournant politique est aussi une aubaine pour la littérature gabonaise. Commence alors une période durant laquelle elle s’institutionnalise avec la création de plusieurs institutions dédiées à la production, la pédagogie, la conservation (Bibliothèque nationale) ou à la mise en valeur (Journée nationale du livre).

Le prix du meilleur nouveau roman, le prix Nyonda du théâtre ou le prix du Président de la République vont faire également passer la littérature gabonaise du « silence » à une « littérature existante » comme le constate à juste titre Wilfried Idiatha.

Comme le note l’universitaire Papa Samba Diop, c’est durant ces deux dernières décennies (1990 -2000) que la littérature gabonaise occupe « une place de plus en plus marquante » dans le milieu littéraire francophone :

« Ce qui assure à la production gabonaise montante sa fécondité […], c’est qu’elle garde la matière privilégiée de la littérature africaine francophone : à savoir l’existence et la coexistence d’hommes et de femmes lâchés dans un espace triplement marqué de leurs estampilles par les histoires traditionnelle, coloniale et postindépendante.

Contes gabonais, un classique de la littérature gabonaise.

Cette éclosion est aussi marquée par une reconnaissance à l’international. Si en 1985 déjà, Laurent Owondo reçoit le Prix Senghor pour Au bout du silence, les récompenses à l’étranger s’accentuent : Bessora reçoit le prix Fénéon pour Tâches d’encre en 2001 et le Grand prix littéraire d’Afrique noire en 2007 pour Cueillez-moi, jolies messieurs…, une distinction que recevront aussi Jean Divassa Nyama et Augustin Emane respectivement en 2008 pour La Vocation de Dignité et en 2013 pour Albert Schweitzer, une icône africaine.

Cependant, d’un point de vue poétique, thématique et esthétique, le fait marquant de cette période est le passage d’une représentation de la vie sociale à la satire politique. Jean Leonard Nguéma Ondo précise en ce sens :

« Les romans parus après la conférence nationale, tous réalistes comme ceux de la première génération, vont s’engager sur deux pistes : la dénonciation politique et l’absurde ».

Il s’agit principalement pour les auteurs de manifester leurs désillusions après l’espoir de l’avènement de la démocratie censée poindre après la Conférence nationale. Leurs œuvres sont ainsi le lieu de l’expression d’un mécontentement vis-à-vis des comportements des dirigeants politiques qui accaparent le pouvoir, s’enrichissent illicitement. La corruption, le pillage, l’injustice, la détérioration des conditions sociales, la gabegie, la dictature, la gestion despotique et scabreuse de l’État en sont les principaux thèmes.

Néanmoins, cette vitalité demeure essentiellement celle de la dissimulation sur l’aspect esthétique, les auteurs procèdent par détournement, dérision et allusion.

Ainsi, l’univers romanesque de Moussirou Mouyama dans Parole de vivant(1992) se situe dans un lieu nommé Demi-Pays, un pays imaginaire où l’étudiant James Ytsia-Moon, de retour dans son pays pour des raisons de santé, connaît des déboires judiciaires en raison de la schizophrénie politique et mystique du chef de l’État et de la police. Fortunat Obiang Essono observe ainsi que cet auteur opère un « glissement permanent des significations » et que « dans sa forme la plus intégrée, le langage littéraire met à distance le réel qu’il prétend dénoncer ».

Masque blanc, population Punu, Gabon. Bois, pigments dont kaolin. Musée du quai Branly. Ji-Elle, CC BY-NC-SA

Le trait commun des romans de cette période est sans aucun doute la dualité du personnage de l’intellectuel désenchanté devant la décadence quasi totale (politique, économique, sociale et culturelle) d’un pays pourtant riche et son aspiration au changement d’une part, et l’esthétique du travestissement du réel d’autre part.

Dans une étude récente analysant la satire dans les romans gabonais – Au bout du silence (1985) de Laurent Owondo, Cabri mort n’a pas peur du couteau(2007) de Franck Bernard Mvé, Les Larmes de tsiana (2010) de Sylvain Nzamba,Le Dernier voyage du roi (2011) de Peter Ndemby et Le Roi de Libreville (2011) de Jean Divassa Nyama – Gyno Noêl Mikala montre que dans ces œuvres est mis « en relief un brouillage satirique » à propos de la critique sociale et politique.

Avec la pièce de théâtre Péronnelle (2001) de Ludovic Émane Obiang, l’engagement politique est plutôt rétrospectif : la pièce de théâtre pose la question du racisme entre Noirs et Blancs durant la période coloniale. Dans le cas de la poésie, la dénonciation, bien que virulente, reste dans un cadre général et évasive témoignant d’un Silence de la contestation (2016), pour reprendre le titre du recueil de Benicien Bouschedy :

« Je marche seul et j’arriverai sur les voies incendiées de paix lactée où j’embrasserai les rires par les joues du vent
La solitude conquise
La liberté acquise
La fierté remise
Par des leçons de maturité apprises
Éclaireront le carbone de bonté que ces terres amies admirent sans trouver de modèle à scalper de sémantisme »

Aussi, ce constat fait, contrairement à Jean Leonard Nguéma Ondo qui place en 1999 le dernier temps de l’essor littéraire gabonais, nous pensons que le changement a véritablement lieu à partir de 2009. Trois principaux faits peuvent expliquer notre choix.

C’est l’année durant laquelle on observe l’apparition de nouveaux genres comme le roman policier (le premier roman de Janis Otsiémi, La Vie est un sale boulot, est mis sous presse en 2009) ou encore le roman historique avec la trilogie historiquede Jean Divassa Nyama parue entre 2013 et 2014, une trilogie par ailleurs traduite en langue arabe.

L’année 2009 est également cruciale en raison de l’élection d’Ali Bongo, fils du président Omar Bongo resté au pouvoir plus de 40 ans.

Manifestation à Paris le 7 août 2009 contre l’élection d’Ali Bongo. Ben Moubamba/Flickr, CC BY

Cet avènement s’inscrit dans un moment de contestations sociales fortes qui ébranlent le continent africain (Printemps arabe notamment).

Ce contexte, national et africain, donne naissance à une écriture qui utilise une dénonciation directe, claire et assumée par les écrivains. C’est le cas du recueil de poème La Vérité sinon je meurs (2014) d’Issani Rendjambé, un temps censuré au Gabon. Fils de l’opposant Joseph Redjambé Issani assassiné en 1990 (et dont les conditions du meurtre ne sont toujours pas élucidées), l’auteur rend non seulement hommage à son père, mais il demande aussi justice.

Mots d’exil (2014) de Bellarmin Moutsinga dénonce lui aussi l’absence de libertés au Gabon qui conduit plusieurs personnes, dont lui-même, à faire le choix de l’exil. Le récit de Nadia Origo,Gabégie et indigestion collatérale (2014), sonne quant à lui comme un appel à l’engagement du peuple gabonais contre l’élection d’Ali Bongo en 2009, pris dans un cadre rétrospectif.

Ces quelques exemples rendent compte de ce qu’on pourrait identifier comme une littérature anti-Bongo, qui est elle-même finalement soutenue par l’émergence du manifeste, genre occupant désormais une place importante au Gabon.

Le manifeste ou la nouvelle voix de la contestation

Ce genrepermet aux auteurs de proposer une réflexion sur l’actualité de la société gabonaise, mais aussi et surtout de manifester un mécontentement frontal contrairement au roman.

Apparu après l’élection d’Ali Bongo en 2009, ce style connaît un véritable succès avec des titres forts, tels que Je Plaide Constitutionnel (2010) d’Ange Kevin Nzigou.Dans ce plaidoyer, le jeune juriste évoque moult lois pénales et constitutionnelles afin de remettre en cause l’inéligibilité de l’actuel président. Il revient aussi sur ce qu’il assimile à une mascarade postélectorale de la Cour Constitutionnelle en 2009, cette dernière ayant validée l’élection d’Ali Bongo malgré les contestations des opposants.

Le domaine politico-social et culturel n’est pas en reste avec le Manifeste contre les crimes rituels au Gabon (2010). Ce manifeste est aussi un texte de vulgarisation sur un phénomène de barbarie, de mutilation de corps, sinon de cannibalisme qui s’est accentué et a endeuillé plusieurs familles gabonaises. Cris de dépits, il représente aussi un élan de « courage et d’espoir », de justice alors que les procès intentés contre les responsables de ces exactions sont toujours attendus.

Des textes porte-voix du peuple

Ces textes ont comme maîtres-mots ce que Jérôme Meizoz nomme la « langue peuple », c’est-à-dire « la façon légitime de dire et de faire se dire le peuple ».

La revendication est alors de porter la parole du peuple, de s’adresser au peuple et de défendre le peuple. Le thème principal de tous ces manifestes est la critique virulente envers ce qu’Andy Moses nommeLa République monarchique (2015), c’est-à-dire des attaques excessives, à tort ou à raison, envers la gestion du pays par la famille Bongo.

Cet engagement littéraire via l’émergence des manifestes conduit à renforcer le sentiment de vitalité de la littérature gabonaise sur plusieurs points.

L’engagement littéraire peut-il faire bouger les lignes et impliquer davantage les lecteurs, acteurs publics et citoyens ? Une chose est sûre, malgré les appels des écrivains à l’alternance et aux sanctions à l’élection présidentielle, Ali Bongo a été réélu. Cependant, les écrivains gabonais multiplient les œuvres et les genres qui contribuent aujourd’hui à nourrir de nouvelles réflexions dans le milieu littéraire.