En Alsace, une Maison habitée pour transformer l’enseignement des sciences

Maison pour la science en Alsace, au service des professeurs maisons-pour-la-science.org/alsace, CC BY-SA

La Maison pour la science en Alsace, au service des professeurs, développe des projets et des actions associant des acteurs de la recherche des universités d’Alsace et des enseignants du primaire et du secondaire, au bénéfice des élèves. Portés et soutenus par l’Université de Strasbourg et le Rectorat de l’Académie de Strasbourg, ces projets visent à transformer les pratiques d’enseignement des sciences et technologies, dans le sillage de la Main à la pâte, et au contact de la recherche et ainsi à amener une prise de conscience des enjeux scientifiques et sociétaux chez les jeunes grâce à l’implication des enseignant·e·s et des chercheur·e·s. La Maison associe aussi des acteurs du milieu socio-économique.

Faire vivre un projet plutôt que le « gérer »

J’ai dirigé cette structure pendant cinq ans et demi. Les projets que nous avons menés étaient intenses, d’un point de vue scientifique, pédagogique, politique mais avant tout humain, appuyés sur l’enthousiasme et l’engagement de toutes les personnes qui croient en ce projet.

Une certaine forme de management a tendance à utiliser cet enthousiasme et c’est toute la différence entre dépendre de la compétence et de l’engagement des acteurs et s’en servir. C’est grâce à toutes ces personnes que les actions et que le projet marchent, pas après pas. Nous sommes donc dans une inversion essentielle par rapport aux conceptions managériales dominantes. Les personnes font le projet, le projet dépend de ce qu’elles donnent.

Mon retour d’expérience revient d’abord sur la dimension collective de ce projet et sur une certaine manière de faire collectif. Car avant tout autre « indicateur », c’est cette vie d’un collectif autour d’un projet que je retiens comme expérience.

L’actualité m’y amène car je ressens qu’il est nécessaire, car marginal, de redire que l’on peut encore faire passer l’humain en premier dans les objectifs d’un projet : avant les résultats, avant les chiffres, avant les livrables, avant la production rentable.

Pas comme moyens pour atteindre le reste, mais comme objectif en soi. Faire passer le bien-être des individus dans leur expérience professionnelle, avant les résultats. Au moins essayer et toujours ré-essayer. Car cela devient parfois presque de l’ordre de l’utopie tant la pression, la charge et les enjeux sont forts. Faire passer le sens de nos missions, et la réactualisation permanente du sens, individuel et collectif, avant même les enjeux de réussite – et faire porter l’enjeu de la reconnaissance du travail accompli d’abord sur le sens, avant les egos individuels. Là encore une utopie vers laquelle tendre. J’espère que nous avons tou.te.s un peu réussi ce pari dans la Maison pour la science en Alsace.

La science comme bien commun : faire collectif

Mon point de départ à la constitution de l’équipe, c’est précisément l’idée de partager les connaissances scientifiques, au cœur du projet des Maisons. La volonté de les mettre en circulation. Et partager les processus d’élaboration de la connaissance et l’« esprit » de la recherche. Ce que les Maisons appellent les sciences vivantes. Donner accès à des ressources, faire se rencontrer les acteurs de l’éducation et de la recherche. Je suis profondément convaincue que les savoirs – et leurs épistémologies – sont sources d’émancipation intellectuelle et que leur partage est nécessaire à la démocratie. Je considère les connaissances scientifiques comme des biens communs.

L’équipe est interprofessionnelle, interdisciplinaire et inter-degré. Elle se constitue autour d’un projet qu’elle se donne, précise, interprète, réalise, concrétise et non à partir de caractéristiques individuelles préalable communes. Nous avons donc adopté une façon de faire collectif propre à la philosophie des Communs (Laval, 2016) : « l’essentiel se trouve dans l’idée qu’il n’y a de « communauté » qu’en référence à une activité commune qui produit le collectif autant qu’elle produit des biens et des services ». ; « À l’évidence, ce qu’on entend aujourd’hui par commun ne renvoie ni exclusivement ni principalement à des appartenances communautaires premières mais à une volonté et à une capacité d’agir ensemble qui ont comme effet la constitution d’une communauté d’action ou de production » ; « Ce n’est pas la similitude des individus qui fait la force collective, c’est plutôt la complémentarité de leurs différences dans l’activité collective. »

La réciprocité ouverte – un changement de paradigme

La diffusion des savoirs et plus généralement la « vulgarisation » s’est historiquement construite sur un modèle de communication descendant et unilatéral (« deficit model ») vis-à-vis des « publics » de la science. Si aujourd’hui les pratiques de médiation scientifique intègrent de plus en plus les questions sciences-société et des modèles bilatéraux ou d’échange avec les publics, elles pâtissent encore d’une difficulté à intégrer concrètement et de manière pertinente les apports et les besoins des publics, du fait principalement de la prédominance des enjeux de rayonnements des institutions (« outreach ») qui les font exister et leur donne sens.

Mélodie Faury.

L’équipe de la Maison se tourne vers les enseignant·e·s et leur institution pour entendre les besoins concrets et locaux auxquels les acteurs et établissements mobilisées doivent faire face. Et elle co-construit avec eux les manières d’y répondre. De manière réciproque, elle implique les acteurs de la recherche de telle sorte qu’ils apprennent et bénéficient de leur contact avec les acteurs de l’éducation.

De ce point de vue, nous avons interprété, dans notre cadre institutionnel particulier, la belle idée de réciprocité ouverte développée par Troc Savoirs, et développé ainsi une forme de co-construction qui ouvre plus largement des perspectives vers de nouvelles formes de sciences citoyennes, philosophiquement proche des science shops et des Accorderies. Le « service » que rend la Maison alors prend la forme du « développement professionnel des enseignant·e·s ». Ce qui ne signifie pas pour autant que les difficultés réelles de prises en compte des besoins et l’articulation des différents niveaux de « besoins » sont levées. C’est même l’un des enjeux principaux du projet à mon avis.

Habiter une Maison

L’idée de la Maison est fondamentale. Pour habiter ensemble un lieu, il faut d’abord le partager et s’y sentir bien. La Maison a souvent été comparée par ses visiteurs à une ruche dans laquelle les projets se construisent, dans laquelle on sent une effervescence, un bruissement, on entend des rires, des échanges, des réflexions qui se partagent.

Cela paraît une image idéaliste, mais pour moi la Maison est un lieu profondément vivant et habité de personnalités multiples, différentes, fortes, d’histoires et de parcours hétérogènes, de compétences multiples, des visions différentes voire divergentes : des enseignant·e·s du premier et du second degré, des ingénieur·e·s formations, des enseignant·e·s-chercheur·e·s, une chargée de communication, une chargée administrative et financière, des chercheur·e·s, des doctorant·e·s, etc.

La surcharge de travail est réelle pour la plupart d’entre nous, le temps manque souvent pour ne pas dire tout le temps. Mais ce qui fait la force de l’équipe c’est le plaisir de se retrouver régulièrement, de co-habiter dans un voisinage attentif, et dans une attention aux autres, à ce qu’ils peuvent apporter de différent. C’est un certain rapport au collectif, un certain rapport aux autres. De la vitalité dans le travail. Et au-delà d’une vision réductrice opposant « soulèvement » et « rétablissement de l’ordre », l’actualité résonne et peut nous inspirer, dans des lieux aux enjeux incomparablement plus intenses, quant à cette envie de réinventer une certaine manière de faire collectif et d’habiter nos lieux : « on apprend ce que veut dire coopérer, prendre soin, se réapproprier des savoirs », « s’attacher au lieu où l’on habite et à en faire un lieu d’hospitalité pour celles et ceux qui passent », « des rapports d’interdépendance et de solidarité qui font la vie et la force de ce lieu. » (Isabelle Stengers et Serge Gutwirth)

Dans la pratique, des quiproquos émergent parfois et d’autres fois ce sont de fausses évidences bloquantes, ou de mauvaises représentations qui sont à déconstruire. Il y a aussi des modes relationnels à (ré-)inventer, en mettant au cœur de la dynamique collective et inter-personnelle le consentement, l’intérêt, la valorisation réciproque et l’apprentissage réciproque, le « care » dans une forme de réciprocité ouverte déjà évoquée : « du mouvement de l’un vers l’autre des êtres, de chacun des êtres que nous sommes ; il faut bien reconnaître qu’on s’y perd, dans ce lien, dans la recherche du consentement, d’un « sentir ensemble ».

Il s’agit réellement de collaborer, de co-construire. De partir des besoins de chacun, de ses envies, de ses compétences pour construire le projet. De partir des individus réunis pour donner sens au projet.

Garder le travail vivant et prendre soin de ses collègues

Les individus ne sont pas interchangeables. Leur histoire, leur parcours, leurs envies, leurs idées comptent. J’ai toujours beaucoup tenu à l’intention initiale du projet d’être un lieu d’expérimentation : ce que j’interprète par expérience, créativité, réflexivité et sérendipité. Tout n’est pas écrit par avance, tout dépend de ce que les individus apporteront. Comme une partition qui prend vie grâce à ses interprètes, comme un code génétique dont l’expression est liée en partie à la composition de son environnement. J’ai transformé cette proposition de départ en une proposition à mes collègues : le projet sera ce que vous en ferez. Il ne s’agit pas seulement de « l’appliquer », d’être des « opérateurs », mais de donner vie à une idée, à une vision. Et nous dépendons de chaque implication pour cela. Nous sommes interdépendants. Le projet n’existe pas de la même manière sans chacun des engagements. Et il importe profondément de le reconnaître. De sortir d’un management mortifère pour garder la vitalité d’un projet qui dépend avant tout des forces vives qui s’y plongent.


Pour en savoir plus, une version longue est disponible sur le site de Mélodie Faury.