Enseignement numérique et formation par la recherche, un binôme pour innover en école de management

Vidéo de lancement du cours. EM Normandie

Actuellement, on constate une tendance de certains discours à considérer l’innovation pédagogique et l’activité de recherche en école de management comme deux activités totalement déconnectées ou opposées en termes de résultats et de compétences. Certaines déclarations laissent à penser qu’un « bon chercheur » ne peut pas être un « bon pédagogue », l’activité de publication étoilée étant jugée comme trop chronophage pour consacrer du temps à l’innovation pédagogique ou aboutissant à des résultats intéressant la seule communauté académique.

Les chercheurs excellant dans leur activité de publication ne se soucieraient aucunement de l’impact de leur activité de recherche sur l’étudiant ou sur le manager car trop concentrés sur l’impact théorique de leurs travaux et sur leur carrière académique. De telles assertions peuvent être d’ores et déjà remises en cause.

En effet, les accréditations internationales encouragent désormais fortement la démonstration d’un impact de l’activité de recherche sur le praticien et l’étudiant (exemples des accréditations AACSB, EQUIS ou bien encore BSIS qui évalue l’impact des activités des business schools sur leur territoire). Les écoles de management doivent donc composer avec de nouveaux impératifs structurés autour des notions d’impact sur le praticien et d’impact sur l’étudiant.

Par ailleurs, les sciences de gestion, faut-il le rappeler, sont par nature dédiées à l’action du manager. Elles ont pour vocation d’éclairer la prise de décision du dirigeant par le recours à des méthodologies rigoureuses d’observation et d’analyse de la réalité managériale (méthodologie qualitative par études de cas approfondies, méthodologie quantitative, etc.).

Recherche et innovation pédagogique : des activités interdépendantes pour se différencier

En matière d’enseignement et de pédagogie, on ne peut innover sans nouveau contenu ou nouvelles connaissances que l’activité de recherche est à même d’engendrer. Il n’y a pas d’enseignement supérieur de haut niveau sans activité de recherche préalable. L’activité de recherche permet de produire et de transmettre des connaissances à la pointe, facilitant ainsi l’actualisation constante des enseignements dans les différentes disciplines du management.

Nier l’utilité de la recherche en matière d’innovation pédagogique revient à occulter, pour une école de management, les sources potentielles de différenciation stratégique par le développement d’expertises issues de travaux de recherche. Est-ce un hasard si l’accréditation EQUIS s’intéresse au lien entre activité de recherche et offre de la business school en matière d’executive education ? Les praticiens en formation ne sont-ils pas à la recherche de nouveaux savoirs fondés sur des connaissances fiables et généralisables que seule la démarche scientifique peut garantir ? Les promoteurs de l’innovation pédagogique ont tout à gagner en procédant à une association fructueuse entre digitalisation de l’enseignement et formation par la recherche.

Former à distance par la recherche : l’exemple d’un enseignement digitalisé de méthodologie du mémoire de recherche en formation continue

Dans l’enseignement supérieur, la formation par la recherche ne se limite pas à la réalisation d’un master recherche ou d’un doctorat. Elle désigne l’ensemble des exercices pédagogiques basés sur la consultation et/ou le test de la littérature scientifique et qui permettent de renforcer l’esprit critique de l’étudiant ainsi que ses aptitudes d’analyse et de synthèse.

En école de management, on peut citer notamment le cas du mémoire de recherche élaboré en dernière année de programme master. Ce type d’exercice participe d’une co-création de nouveaux savoirs avec des enseignants-chercheurs (le professeur de méthodologie du mémoire et le directeur du mémoire de recherche) qui initient l’apprenant à une démarche de production de connaissances fiables et généralisables pouvant déboucher dans certains cas à des publications conjointes.

Le mémoire de recherche permet de développer les compétences suivantes :

  • la capacité à développer une expertise dans la résolution d’un problème de gestion spécifique, interne à une organisation (fonction RH, fonction marketing, gestion du changement stratégique, etc.) ou liée à l’environnement externe dans lequel elle évolue (relations avec les fournisseurs, les consommateurs, les concurrents, etc.) ;

  • la capacité à prendre du recul devant des solutions immédiates et incomplètes grâce à la démarche scientifique ;

  • la capacité à élaborer des recommandations managériales.

À l’EM Normandie, tous les étudiants inscrits en programme master ont l’obligation (ou plutôt l’opportunité !) de rédiger un mémoire de recherche. Cette exigence concerne également les apprenants candidats au diplôme par la voie de l’e-learning. Elle a donc nécessité une digitalisation de l’enseignement de méthodologie du mémoire. Disponible sur une plateforme Moodle, ce module d’enseignement s’articule autour de cinq étapes caractéristiques d’une démarche de recherche en sciences de gestion :

  1. le choix d’une thématique de recherche ;

  2. la définition d’une problématique de recherche ;

  3. la construction d’un cadre théorique et l’élaboration de propositions ou d’hypothèses de recherche grâce à la consultation de la littérature scientifique ;

  4. la collecte de données empiriques ;

  5. l’analyse des résultats et la déclinaison d’un ensemble de recommandations managériales.

Cet enseignement à distance se compose de cinq vidéos accompagnées de messages de renfort, de supports pédagogiques rédigés par le professeur (les « mags »), de glossaires, de liens Internet et d’exercices visant à tester la maîtrise par les apprenants des différentes étapes du mémoire de master (initiation à la littérature scientifique managériale, construction d’un poster dédié à la problématique de recherche, etc.).

Un forum disponible sur la plateforme incite les apprenants à poser à leur professeur de méthodologie des questions relatives au cours ou à faire part de leurs difficultés. En résumé, le recours à des outils numériques permet aux apprenants en e-learning de bénéficier des vertus pédagogiques de la rédaction d’un mémoire de recherche en sciences de gestion.

Complémentarité entre enseignement digitalisé et enseignement en face à face

L’efficacité du module d’enseignement présenté ci-dessus procède d’une complémentarité entre enseignement digitalisé et enseignement en face à face. En effet, l’ensemble des apprenants assiste physiquement à deux ateliers consacrés à la présentation de leurs travaux individuels.

Le professeur s’assure ainsi de leur progression dans la maîtrise de la démarche scientifique (capacité à problématiser c’est-à-dire à construire une question de recherche pertinente et capacité à construire un cadre théorique et empirique facilitant la résolution de la problématique). Chaque apprenant est également encadré par un membre du corps professoral (rencontres physiques lors des semaines de présence sur site des apprenants et/ou échanges téléphoniques et/ou échanges par Skype).

La pédagogie numérique, quant à elle, favorise l’autonomisation de l’apprenant dans sa recherche d’informations dédiées à la résolution de la problématique de recherche via les exercices à réaliser en ligne. Elle contribue par ailleurs à l’optimisation du présentiel (séminaires de regroupement sur site) par la mise en place de travaux préparatoires disponibles uniquement sur la plateforme d’apprentissage et rendus possibles par l’accès à distance à des bases de données scientifiques.

Contribution de l’enseignement digitalisé à la dissémination des résultats de recherche

Pour l’EM Normandie, l’enseignement digitalisé facilite la dissémination à distance des résultats de son activité de recherche :

  • par l’utilisation de publications scientifiques rédigées par le corps professoral et destinées à illustrer les différentes étapes de la démarche scientifique en sciences de gestion ;

  • par l’utilisation de vidéos réalisées en collaboration avec des chercheurs de l’école et portant sur les résultats de leurs travaux de recherche individuels ou collectifs ;

  • par l’utilisation du blog de l’école qui met en ligne des liens Internet vers des tribunes et des articles de vulgarisation rédigés par des chercheurs de l’école.

En d’autres termes, la pédagogie numérique contribue à l’accroissement de l’impact de l’activité de recherche de l’école sur le public de formation continue, grâce à la mise en œuvre d’une pédagogie orientée vers le développement d’une expertise managériale et basée sur une démarche scientifique. La boucle vertueuse « recherche-innovation pédagogique » est donc possible !

Il devient donc urgent de stopper dans les discours les dichotomies peu fécondes et de pratiquer un management de synergies entre deux activités qui par essence sont indissociables et complémentaires : l’enseignement et la recherche ! Cela passe bien évidemment par la mise en place de dispositifs d’incitation adéquats pour les corps professoraux : reconnaissance de l’importance de l’activité de vulgarisation, meilleure valorisation des enseignements digitalisés relativement aux enseignements en face à face, accompagnement des professeurs à la digitalisation, etc.