Et si nous lisions la francophonie ?

Emmanuel Macron à L'Académie française, le 20 mars dernier. AFP

La Francophonie est à l’honneur en ce moment : elle a eu sa journée rituelle, qui était aussi celle du printemps, le 20 mars, et dans un discours devant l’Académie française, le président de la République a présenté un plan – « Ambition pour la langue française et le plurilinguisme » – visant à en renouveler la conception et le fonctionnement. On verra à l’usage ce qu’il en advient, mais au fait, qu’est-ce que ce monde « francophone » dont on nous parle sans que l’on comprenne toujours de quoi il s’agit ?

Interventionnisme linguistique

La Francophonie est la version contemporaine et mondialisée du traditionnel interventionnisme linguistique de la France. Dans notre pays, l’intervention politique dans le domaine de la langue a des précédents célèbres. L’abbé Grégoire, confronté au plurilinguisme de la France du XVIIIe siècle, a présenté à la Convention un Rapport sur la nécessité et les moyens d’anéantir les patois et d’universaliser l’usage de la langue française en vue de faire naître une langue nationale.

Aujourd’hui, l’Organisation internationale de la Francophonie est l’institution la plus importante de cette tradition française tournée vers les relations internationales. Au plan politique, elle appartiendrait aux « urgences françaises » (titre du livre de Jacques Attali, 2013), avec un but clair : « accroître notre influence politique, économique et culturelle », bref être l’un des axes géostratégiques de la politique étrangère française. Elle pourrait pallier le sentiment du déclassement de la France dans le monde, que nous rappellent quotidiennement les crises internationales, où notre pays a un poids limité. Puissance moyenne, la France rayonnerait par sa langue, instrument de propagation de sa culture. Il s’agit évidemment d’un programme national systématiquement minoré lorsqu’on évoque une communauté multiculturelle, il n’en existe pas moins et d’un point de vue de politique intérieure, il a sa légitimité. Toutefois, il convient aussi de demander leur avis aux « Francophones ».

Depuis janvier 2018, la plateforme Mon idée pour le français, consultation publique mondiale, a été conçue pour qu’ils puissent répondre. Elle ne brille ni par la diversité ni par l’originalité de ses réponses, comme le remarque A. Waberi (Le Monde 14 février). C’est qu’il ne s’agit pas de proclamer la supériorité d’une langue : le français n’est pas plus apte qu’un autre idiome à affronter les problèmes de ce temps. En pratique, diplomates et hommes d’affaires sont d’accord, la meilleure langue pour le commerce, c’est celle du client. Le français n’est pas non plus une langue d’oppression ou de libération en soi. En Afrique, les peuples sont aussi bien opprimés en anglais ou en portugais. S’il suffisait de changer de langue pour anéantir une dictature ! En réalité, ces débats posent la question des contours du phénomène francophone sans considérer l’ambiguïté du terme.

Francophonie, francosphère, littératures francophones

On prend rarement le temps de distinguer trois réalités francophones : la Francophonie, avec une majuscule, qui désigne l’ensemble des organismes politiques ayant pour centre l’usage de la langue française. Le principal acteur contemporain en est l’Organisation internationale de la Francophonie. Ensuite, la francophonie ou francosphère, l’espace de communication (oral, médiatique, électronique) entre locuteurs du français, et enfin les littératures francophones (ou francophonie littéraire). Sur les deux premières, les opinions des « Francophones » varient en raison de la diversité des situations, mais une majorité s’accorde pour présenter la Francophonie comme une tentative destinée à équilibrer le discours sur le village mondial à l’américaine, et pour la recentrer sur ses missions premières, éducation, culture et langue, donc pour créer un « espace de solidarité » (V. Tadjo, Le Monde, 26 janvier). Cela pourrait notamment répondre aux deux premiers volets de la stratégie définie par le président de la République : apprendre et communiquer. Mais quid de la francophonie littéraire ?

Un archipel littéraire mondial

On demande souvent aux écrivains de réfléchir à la Francophonie (ainsi, Leïla Slimani, actuelle représentante du président de la République à la Francophonie). Ce n’est pas absurde. L’une des manières de reconnaître l’importance du fait francophone est de considérer ces littératures dans leur richesse propre. La lecture de ces œuvres permet de comprendre les transformations historiques et d’entendre les idées et les aspirations émanant des multiples régions « francophones ». Elles appartiennent au troisième et dernier volet de la stratégie pour la francophonie : Créer.

Aujourd’hui, alors que l’ère des littératures nationales, repliées derrière leurs frontières, est révolue, les littératures francophones correspondent à l’air du temps. Elles sont l’un des espaces transnationaux de langue européenne, qui se sont développés à l’échelle planétaire. Comme les lettres anglophones, hispanophones ou lusophones, elles constituent un archipel littéraire d’importance mondiale. Même si certaines de ces littératures sont plus anciennes, ce développement date pour l’essentiel de la seconde moitié du XXe siècle. C’est alors que les littératures francophones (l’ensemble des littératures de langue française issues de régions extérieures à l’Hexagone) sont progressivement devenues un espace mondialisé, s’étendant, pour aller vite, entre une francophonie du Nord (Belgique, Québec, Suisse) et son homologue du Sud (des Caraïbes à l’océan Pacifique, du Maghreb à l’océan Indien) avec l’Afrique subsaharienne comme futur géant démographique. Certes, la séparation littérature française (hexagonale, en fait)/littératures francophones est contestable, comme le dénonçait dès 2007 le Manifeste pour une littérature-monde en français, publié dans Le Monde à l’initiative de Michel Le Bris et Jean Rouaud. Aujourd’hui, le partage subsiste. Sans doute disparaîtra-t-il à terme, sauf dans certains cas où la précision s’impose.

La francophonie, comme l’anglophonie ou l’hispanophonie, joue un rôle croissant dans la définition du canon de la littérature mondiale. Dans cet ensemble littéraire, l’expérience des écrivains, leur vision du monde s’inscrivent dans une langue partagée mais retravaillée, subvertie, élargie. Les grands textes en français sont plus accessibles et une tradition spécifique d’interprétation s’impose. Un canon littéraire nouveau apparaît, où à côté des classiques modernes que sont Sartre, Camus ou Sarraute figurent Césaire, Djebar, Hampâté Bâ, Bouvier ou Miron. Durant son discours, Emmanuel Macron a cité une vingtaine d’auteurs, d’inégal intérêt certes, mais qui donnent une idée de l’importance actuelle des Francophones, tant dans l’espace littéraire en français que dans les lettres mondiales.

Cet archipel littéraire de langue française, qui est loin d’être homogène, demeure encore trop centralisé et ce serait précisément l’une des tâches de la Francophonie que de faciliter l’autonomie, notamment en aidant les structures éditoriales. On connaît le rôle de Présence Africaine pour la diffusion des lettres africaines et caribéennes. Aujourd’hui, ce sont les structures locales du Sud qui méritent d’être soutenues, telle l’Alliance internationale des éditeurs indépendants, qui effectue un travail difficile de coordination des éditeurs en Afrique. À cet égard, deux points de la stratégie gouvernementale sont prometteurs : soutenir les industries culturelles et créatives des pays francophones ; organiser des États généraux de l’édition en français.

Des mouvements majeurs sont nés dans cet espace (la Négritude de Césaire, Damas et Senghor, la Créolisation selon Édouard Glissant), parfois au contact d’autres archipels littéraires (ainsi, le Congolais Sony Labou Tansi s’inspirant du Réalisme magique latino-américain). Les auteurs qui illustrent cet espace de langue française, Lépopold Sédar Senghor puis Ahmadou Kourouma, Kateb Yacine et Mohammed Dib, Maryse Condé ou Ananda Devi aujourd’hui, permettent de découvrir et de comprendre les cheminements d’identités contemporaines en mouvement. Tout comme les écrivains de langue française issus d’espaces non francophones, fort nombreux dans la deuxième moitié du XXe siècle, de Samuel Beckett ou François Cheng à Milan Kundera. Ici aussi, les trajectoires et les options créatives sont très variées. On évitera d’y reconnaître la répétition du modèle désuet d’une France, culturellement dominante, accueillant les diversités venues des quatre coins du monde. Leur apport à l’ensemble littéraire de langue française est à la fois situé dans le vieux centre parisien et subtilement décentré.

Un archipel littéraire mondial dans notre langue s’est formé et ne cesse de croître sous nos yeux. Il nous reste à le parcourir pour mieux percevoir ce qui se joue sur les autres continents. Après tout, on saisit bien mieux l’histoire, la vie et les aspirations caribéennes en lisant Simone Schwarz-Bart, Louis-Philippe Dalembert ou Patrick Chamoiseau, et l’on découvre le dynamisme de la plus grande ville francophone du monde, qui n’est pas Paris mais Kinshasa, dans les romans d’I.K. Jean Bofane. Paul Ricœur définissait la carte culturelle du monde comme « un entrecroisement de rayonnements à partir de centres, de foyers » non pas définis par la souveraineté de l’État nation, mais par leur créativité, « leur capacité d’influencer et de générer dans les autres foyers des réponses. » (Le Monde 24 mai 2004). Les littératures francophones sont devenues l’un de ces grands foyers actuels.

Ainsi entendue, la Francophonie/francophonie n’est ni à oublier ni à instrumentaliser. Par sa créativité, elle fait vivre notre langue et nous parle d’un monde pluricentré, sans être la défense et illustration de quelque organisation politique que ce soit. On ne « déringardise » pas une langue, pour reprendre l’expression attribuée à Leïla Slimani, mais plutôt certains de ses locuteurs. Tant d’écrivains de langue française nous le montrent de mille manières.

Lisons-les, relisons-les, intégrons-les plus systématiquement à nos cursus littéraires, comme y insiste Christiane Achour (Diacritik, 20/03), la francophonie littéraire est un excellent moyen d’entrer dans le XXIe siècle et de mieux comprendre les transformations sociales, esthétiques, philosophiques de ce monde et de ce temps.