La Commission européenne se dote d’une nouvelle doctrine vis-à-vis de l’Afrique

Sommet Union européenne-Union africaine à Bruxelles, en 2014. DR

La Commission européenne a publié, le 4 mai dernier, une communication conjointe avec la Haute Représentante de l’Union pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité, intitulée « un nouvel élan pour le partenariat Afrique-UE ». Établissant la doctrine de la Commission européenne qui défend l’intérêt général de l’Union conformément aux traités, celle-ci est adressée au Conseil de l’Union européenne (UE) et au Parlement européen. Elle fixe les grandes orientations pour le cinquième sommet triennal UE-Afrique, prévu en novembre 2017 à Abidjan (Côte d’Ivoire), et définit la feuille de route des relations avec l’Union africaine (UA) pour les années 2018-2020 et, plus généralement, le nouveau cadre conceptuel de ces relations.

La Commission y indique notamment « l’importance qu’elle l’[Afrique] revêt pour les dimensions intérieure et extérieure de la sécurité et de la prospérité de l’Europe est de plus en plus évidente ». À l’instar du Sénat qui présente l’Afrique comme « l’avenir » de la République française, la Commission européenne voit dans le continent la source de la prospérité future de l’Europe en crise, comme lors des négociations des Traités de Rome avec l’introduction de l’Eurafrique par les dispositions juridiques de la quatrième partie du traité sur la Communauté économique européenne (CEE) relative à l’association des pays et territoires d’outre-mer (articles 131 à 136).

Les sommets UE-Afrique ont pour but de redynamiser les relations conventionnelles entre l’Union européenne et les États africains (accord de partenariat ACP-UE pour les pays d’Afrique subsaharienne et accords euro-méditerranéens pour les pays d’Afrique du Nord). Mais ces sommets triennaux (2000, 2003 – annulé –, 2007, 2010, 2014 et 2017) ont aussi pour but explicite de contrecarrer l’offensive chinoise sur le continent et les sommets triennaux du Forum sur la coopération sino-africaine (FOCAC) inauguré en l’an 2000 également.

Les sommets euro-africains veulent tempérer l’unilatéralisme et l’accusation d’impérialisme qui imprégneraient les relations entre l’Union européenne et les États africains liées aux dispositions relatives aux colonies dans le traité de Rome relatif à la CEE. Il s’agit de promouvoir le respect des partenaires africains par la reprise du slogan chinois « gagnant-gagnant », devenu la norme dans les relations extérieures des États africains.

Quel est l’apport de la nouvelle communication de la Commission ? Opère-t-elle une mue ou un véritable changement conceptuel dans la fixation des intérêts stratégiques européens en Afrique ?

Une méthodologie se référant au cadre conceptuel africain

Au regard de l’accusation continue d’asymétrie et d’unilatéralisme des relations entre l’Union européenne et l’Afrique, la Commission innove dans la fixation des intérêts stratégiques européens en Afrique. Pour la première fois, elle adopte une méthodologie prenant explicitement en compte les projets africains sous la forme suivante :

  1. visions africaines ;

  2. actions de l’UE sur le continent ;

  3. propositions européennes.

Adepte du syllogisme, la Commission précise dans un premier temps la conception africaine, puis présente la vision de l’Union, pour ensuite confronter les deux visions afin d’en extraire ses priorités stratégiques. Les visions africaines systématiquement prises en compte par la Commission sont celles contenues dans l’Agenda 2063 – « l’Afrique que nous voulons » – de la Commission de l’Union africaine. Il s’agit surtout pour la Commission européenne d’enrayer le désamour africain pour l’Europe par la référence aux textes africains censés fixer leurs intérêts stratégiques.

Par la référence aux dispositions de l’Agenda de 2063, il s’agit aussi et surtout de renforcer le partenariat stratégique entre l’UE et l’UA. Cette vision est confortée par le Conseil Affaires étrangères de l’Union européenne du 19 mai 2017.

La communication fixe ainsi les sujets d’intérêts du sommet d’Abidjan tels que l’établissement d’États et de sociétés résilientes ou encore la valorisation des jeunes par l’extension du champ d’application d’Erasmus+ au continent.

L’édification d’États et de sociétés résilientes

Comptant le plus grand nombre d’États fragiles au monde, le continent africain est particulièrement exposé aux conflits et au phénomène de captation des richesses par des acteurs internes et externes. Dans son Agenda 2063, l’Union africaine donne la priorité à l’opérationnalité de l’Architecture africaine de paix et de sécurité pour prévenir les conflits, gérer les crises et consolider la paix. Architecture qui rencontre encore des tribulations dans les réalisations.

L’UE soutient financièrement – avec plus de 2 milliards d’euros octroyés depuis 2004 dans le cadre de la Facilité de soutien à la paix pour l’Afrique – et militairement ce processus par ses missions et opérations PESC (politique étrangère et de sécurité commune) en Afrique. On peut citer la Mission de formation de l’armée malienne (EUTM Mali), l’opération en République centrafricaine (EUFOR RCA) ou encore la mission de dissuasion, de prévention et de répression des actes de piraterie et de vols à main armée au large des côtes de la Somalie (EUNAVFOR Atalanta).

L’objectif est de faciliter les réformes au sein des armées, de la justice et de l’État de droit dans les États africains. Le sommet de novembre 2017 à Abidjan doit confirmer la continuité de ces actions et mettre en avant le slogan « des solutions africaines aux problèmes africains ».

Outre le contenu de l’Agenda 2063, la Commission prend en compte dans sa stratégie globale le rapport Paul Kagame de janvier 2017 sur la réforme de l’UA mais aussi le rapport Donald Kaberuka d’août 2016 sur le financement de la paix sur le continent.

Si l’UE agit avant tout en fonction de ses intérêts stratégiques au Mali – éviter la propagation du terrorisme aux portes de l’Europe –, en Somalie – protéger la route maritime commerciale du golfe d’Aden –, par le soutien et la prise en compte explicite des initiatives africaines, il s’agit de tempérer son unilatéralisme face à un continent qui diversifie de plus en plus ses relations extérieures (avec la Chine, l’Inde, la Turquie, le Brésil, etc.). La priorité est accordée à l’avenir, et notamment aux jeunes qui constituent la plus grande richesse du continent. L’Union cherche à exploiter ce potentiel en étendant au continent le programme Erasmus+.

Vers la mise en place d’un Erasmus euro-africain

L’Agenda 2063 met l’accent sur la valorisation des compétences et la formation des jeunes pour parvenir à une révolution industrielle bleue et verte en Afrique. Ne voulant pas rater l’émergence économique du continent, la Commission accorde une attention particulière aux jeunes dans ses priorités pour l’Afrique. Elle veut ainsi étendre le champ d’application du programme Erasmus+ qui existe déjà à la faveur de trois étapes :

  1. le lancement d’un programme « Youth empowerment » (autonomisation des jeunes) pour faciliter la mobilité entre les jeunes et les jeunes entrepreneurs en Afrique et en Europe ;

  2. l’établissement d’un projet de mobilité de l’enseignement et de la formation professionnelle ;

  3. la consolidation de la section africaine de l’Association des étudiants et anciens étudiants d’Erasmus+.

Avec la mue conceptuelle qu’opère l’Union européenne dans la prise en compte de ses intérêts stratégiques sur le continent africain, l’organisation paneuropéenne se présente comme panafricaine, réactivant ainsi les idées du comte Richard Nikolaus de Coudenhove-Kalergi. Ce dernier avait déjà établi cette connexion en forgeant le concept d’Eurafrique dans son ouvrage Paneuropa (1923).

Mais l’Eurafrique n’a pas été favorable à l’émergence des intérêts africains et beaucoup de chercheurs et d’acteurs politiques ignorent encore aujourd’hui qu’elle a été la matrice conceptuelle de la Françafrique. Le marché eurafricain devait en effet renforcer la position économique et stratégique de la France dans ses anciennes colonies par des financements européens tout en permettant « le développement du continent africain », selon la Déclaration Schuman du 9 mai 1950. Ce sont les difficultés de la mise en place effective de la géopolitique eurafricaine française qui ont finalement poussé Paris à se focaliser essentiellement sur la Françafrique.

Si la nouvelle doctrine de la Commission européenne reprend la géopolitique eurafricaine, c’est en se fondant sur le cadre stratégique panafricain.