Le football et les sciences sociales : « on refait le match » ?

Bill Shankly, l’entraineur emblématique de Liverpool (club fondé en 1892). Ben Sutherland/Flickr, CC BY

Cet article est publié dans le cadre du partenariat avec la Paris School of Economics École d’Économie de Paris.

En 1863, 17 représentants des publics schools anglaises se sont réunis pour unifier les règles du football qui variaient alors d’un collège à l’autre. Ces représentants allaient, sans doute involontairement, écrire l’un des chapitres importants de l’histoire du sport moderne. En effet, 13 représentants ont voté en faveur des 13 lois qui unifièrent les règles du football. Imaginaient-ils que 150 ans plus tard, la coupe du Monde de football puisse être regardée par la terre entière ? Que s’est-il passé entre temps ? Comment est-on passé d’une pratique sportive destinée à la formation des futures élites anglaises, ou en France à une pratique de patronage, à un business universel ?

Bill Shankly, emblématique entraîneur du Liverpool FC, disait que « Le football est un sport simple, rendu compliqué par les gens qui n’y connaissent rien ». Cette simplicité explique sûrement le succès planétaire de ce jeu noble (beautiful game) mais ne justifie pas que les intellectuels, notamment français, s’en soient désintéressés, voire moqués (Pierre Desproges : « Voilà bien la différence entre le singe et le footballeur. Le premier a trop de mains ou pas assez de pieds pour s’abaisser à jouer au football »).

Le football : un fait social total

En Angleterre et en Allemagne, les historiens, les sociologues, les anthropologues et les économistes étudient depuis longtemps le football. Pour l’Angleterre cela se justifie facilement : le football y est né et s’y est développé. Comprendre le football était donc une façon de comprendre la société et ses mutations. Pour l’Allemagne, la place importante du sport en général et du football en particulier dans la société a vraisemblablement incité les chercheurs à se spécialiser dans son analyse, aidés par la grande disponibilité de données.

Les livres Soccernomics (2009) et Sciences sociales football club (2015) résument bien les questions footballistiques qui peuvent être abordées par les différents champs de la Science économique : la théorie des jeux pour savoir où tirer un penalty, l’économie psychologique pour savoir s’il faut s’élancer en premier lors d’une séance de tirs au but, les indices d’inégalité pour juger de l’équilibre compétitif des championnats, les modèles d’addiction rationnelle pour quantifier les dépenses des supporters et en analyser les déterminants spécifiques (la passion, l’incertitude du résultat, etc.)…

La liste des sujets est longue et si le football peut être expliqué par la science économique, il constitue aujourd’hui à l’inverse, un véritable laboratoire, « terrain » d’expérimentations, pour comprendre l’économie.

Le football : ce jeu « noble », trop populaire pour les élites

En France, le football n’a jamais été un objet noble d’analyse pour les chercheurs en Sciences sociales. Outre le fait, comme l’a dit Pierre Bourdieu, que « parler de sport scientifiquement est difficile car, en un sens, cela est trop facile », les chercheurs ne s’y sont pas intéressés pour des questions de légitimité. Pour le football en particulier, cela est d’autant plus important qu’on retrouve à la fois l’opposition historique entre professionnalisme et amateurisme dont les élites en France ne se sont pas débarrassées au cours du XXe siècle, la vision marxiste de l’opium du peuple et un certain mépris des joies populaires.

Aujourd’hui, cela est moins vrai, non seulement car la société a changé – les jeunes diplômés d’aujourd’hui sont plus enclins que ceux d’hier à s’intéresser au football – mais le football a également profondément évolué, souvent d’ailleurs sous le feu des critiques : avatar de la globalisation, symbole de la consommation de masse, illustration de la starisation des acteurs et des rémunérations « obscènes », etc.

À tous ces sceptiques du ballon rond, à ceux qui se demandent encore comment il est possible de s’intéresser à la fois à Adam Smith et à Eric Cantona, la meilleure réponse est encore celle du même Shankly : « Certaines personnes pensent que le football est une question de vie ou de mort. Je trouve ça choquant. Je peux vous assurer que c’est bien plus important que ça. » En témoignent certains matchs internationaux « historiques » dont l’enjeu et les répercussions dépassaient la simple compétition : le match Salvador-Honduras en 1969, déclenchant la « guerre du football », le match RDA-RFA à la coupe du Monde 1974 pendant la guerre froide, le match Argentine-Angleterre en 1986 après la guerre des Malouines… Sans parler des rivalités entre clubs : en mai 1990, le match entre le Dynamo de Zagreb et l’Étoile rouge de Belgrade attisant encore un peu plus les rivalités entre Croates et Serbes est considéré comme l’une des étincelles de la guerre en Ex-Yougoslavie.