Cpxjpkhs 1478105603

Le français perd-il du terrain dans les thèses de doctorat ?

Lâcher de toques. Université Paris-Saclay

Le français perd-il du terrain dans les thèses de doctorat ?

Lâcher de toques. Université Paris-Saclay

La loi Toubon du 4 août 1994 fait du français la langue de l’enseignement, du travail, des échanges et des services publics. Elle impose le français mais n’interdit pas l’usage d’autres langues. Dès sa promulgation, des exceptions ont été introduites pour l’enseignement supérieur et la recherche, afin de faciliter les échanges scientifiques et les cursus internationaux.

La loi Fioraso du 22 juillet 2013 en modifiant la liste des exceptions possibles a suscité, à l’époque, un débat très vif entre défenseurs du rayonnement de la culture et de la langue française et défenseurs de la visibilité de la recherche française dans une mondialisation principalement anglophone.

Deux ans après, cette question reste toujours sensible. Dans ma position, je suis amenée à répondre à des collègues qui sont à peu près aussi souvent des fervents défenseurs de la langue de Molière que de celle de Shakespeare. Tous ceux avec qui j’ai eu l’occasion d’échanger sur cette question ont très profondément à cœur le rayonnement international de la France, seulement voilà, ils n’ont pas du tout le même point de vue sur la manière de le soutenir. Les points de vue sont passionnés et certains préjugés ont la vie dure.

Quelle est la réalité des pratiques ?

Les thèses de doctorat font l’objet d’un dépôt légal et sont référencées sur les bases de données bibliographiques. Lorsque l’établissement a automatisé le dépôt légal et que l’auteur (le docteur) a autorisé la diffusion de sa thèse en open-access, alors la thèse est accessible sur le portail www.theses.fr de l’agence bibliographique de l’enseignement supérieur (ABES).

Pour cet état des lieux, j’ai demandé des données sur les thèses à l’ABES, qui m’a très gentiment donné, non seulement des données, mais aussi le mode d’emploi pour pouvoir faire des requêtes sur son moteur de recherche.

Part des thèses de doctorat rédigées en anglais ou en français selon leur année de soutenance. La durée de référence d’une thèse de doctorat est de trois ans. La loi Toubon a été promulguée en 1994.

En 1987, moins de 3 % des thèses de doctorat sont rédigées dans une autre langue que le français. La situation reste inchangée jusqu’à l’an 2000, six ans après la promulgation de la loi Toubon, année à partir de laquelle la situation évolue rapidement. Cette évolution se poursuit à l’identique après l’adoption de la Loi Fioraso.

En 15 ans, le nombre de thèses rédigées en anglais a augmenté régulièrement jusqu’à atteindre un tiers des thèses en 2015. Les thèses rédigées dans d’autres langues que le français ou l’anglais restent rares (moins de 3 %) et il s’agit systématiquement de co-tutelles internationales de thèse.

Sur la même période les effectifs de docteurs étrangers augmentent fortement, passant de 1 745 en 2000, à 4 815 en 2010 (+175 %), tandis que celui des docteurs français varie sur la même période de 6 163 à 7 269 (+17 %).

C’est donc une période de forte internationalisation, mais il ne faut surtout pas en conclure que l’augmentation du nombre de thèses en anglais est directement imputable aux docteurs étrangers. Les docteurs de nationalité étrangère rédigent leurs thèses, en français ou en anglais, à peu près dans les mêmes proportions que les docteurs de nationalité française. (Ce dernier résultat a été établi sur la base des seuls docteurs de l’Université Paris-Saclay, et pas de la France entière, car www.theses.fr ne contient pas d’information sur les nationalités des docteurs.)

Ainsi le français est la langue principale de rédaction des thèses, alors même que les articles scientifiques ou les colloques sont très majoritairement anglais.

Quels sont les autres leviers de rayonnement ?

Les thèses de doctorat peuvent contribuer au rayonnement de la langue française et/ou de la recherche française. Mais sous réserve qu’elles soient accessibles et visibles. Cela dépend de la sensibilisation des docteurs à l’intérêt d’une diffusion en open-access. Cela dépend aussi des dispositifs techniques mis en place par les établissements d’enseignement supérieur pour assurer cette diffusion et la rendre visible.

De ce point de vue aussi, la situation a considérablement évolué sur ces 15 dernières années. En 2000, 366 thèses rédigées en français étaient diffusées en open-access sur www.theses.fr et 16 en anglais. En 2015, c’est 3838 thèses en français qui sont diffusées en open-access et 2173 en anglais.

Il reste des marges de progression considérables, aujourd’hui 43 % des thèses rédigées en français et 28 % des thèses rédigées en anglais ne sont pas diffusées en open-access.

Nombre de thèses de doctorat déposées, rédigées en anglais ou en français, selon leur année de soutenance et selon qu’elles sont ou non diffusées en open-access.

Par ailleurs, la visibilité s’est aussi accrue. Les établissements ont, sur la même période, diminué la fragmentation considérable de leurs dépôts qui prévalait avant l’année 2000.

Nombre de noms différents d’établissements sous lesquels ont été déposés 25 %, 50 %, 75 % ou 100 % des thèses de doctorat par année universitaire. En 2015-2016, par exemple, 5 établissements ont déposé 25 % des thèses (Paris-Saclay, Bordeaux, Grenoble Alpes,Paris 6, Paris 4).

Le développement des outils de fouille de données en ligne et la prise de conscience de leur impact pour la visibilité des établissements d’enseignement supérieur et de recherche ont produit des effets. Manifestement les bibliothécaires veillent, de plus en plus, à déposer les thèses sous une signature unifiée dans chaque établissement.

Cet effet a été amplifié par la transformation engagée en 2010 dans l’enseignement supérieur qui a conduit à la création de regroupements d’établissements (ou COMUEs). L’accréditation à délivrer le doctorat a souvent été transférée au niveau du regroupement qui se charge alors de mettre ses thèses en visibilité sur son propre réseau.

Les 15 dernières années n’ont donc pas été une période de perte de visibilité pour les thèses rédigées en langue française, ou de marginalisation du français par rapport à l’anglais, mais au contraire une période de très forte augmentation de la visibilité des thèses en français. Le français n’a pas perdu de terrain, bien au contraire !

Les dépôts de thèse en ligne ont considérablement contribué à donner de la visibilité aux thèses rédigées en français. Université Paris-Saclay

Quels conseils donner aux auteurs ?

Les motivations des auteurs et celles de leur établissement d’enseignement supérieur se rejoignent sur un point, le choix de la langue de rédaction ne doit en aucun cas nuire à la qualité rédactionnelle des thèses, qui sont les chefs d’œuvre de nos docteurs. Au contraire, plus celles-ci seront visibles plus les exigences de qualité augmenteront.

Le choix de la langue de rédaction est donc d’abord conditionné par les compétences en français ou en anglais de l’auteur et aussi des relecteurs sur lesquels il peut s’appuyer, à commencer par son directeur de thèse. N’oublions pas que l’internationalisation de ces quinze dernières années, concerne aussi les chercheurs et enseignants-chercheurs titulaires ; nombreux sont les directeurs de thèse dont la langue maternelle n’est pas le français.

Le choix de la langue dépend aussi de la langue maternelle des doctorants et de leurs projets professionnels.

Un Français sera supposé, a priori, maîtriser la langue française. Rédiger sa thèse en anglais, lui permettra à la fois de diffuser plus largement ses travaux, de développer ses compétences en anglais et d’en faire la démonstration. Les articles de revues scientifiques, publiés en anglais pendant la préparation de la thèse, pourront remplir le même rôle.

Un doctorant dont la langue maternelle n’est pas le français pourra préférer rédiger sa thèse en français, pour les mêmes raisons : se former et faire la démonstration de ses compétences. Une bonne maîtrise du français est indispensable pour ceux qui veulent poursuivre leur carrière en France et ils sont nombreux. Pour ceux qui repartiront à l’étranger, leur maîtrise du français démontrera que leur expérience internationale a été fructueuse et qu’ils se sont bien intégrés dans le pays d’accueil.

Attention cependant, les doctorants non francophones ne sont généralement pas anglophones non plus, or ils auront aussi à rédiger des articles et à participer à des colloques en anglais pendant leur doctorat. La barre est placée très haut pour eux !

Et pour les institutions ?

Le premier objectif d’un établissement d’enseignement supérieur est la qualité et l’excellence des travaux diffusés sous son sceau, qu’ils soient en français ou en anglais et de leur assurer une visibilité maximale ou d’en permettre la valorisation.

Laisser la liberté aux doctorants de faire le choix du français ou de l’anglais selon leurs besoins, leur situation et leurs compétences personnelles, est nécessaire pour ne pas décourager d’excellents étudiants étrangers, intéressés par un doctorat, mais qui peuvent s’inquiéter des difficultés de la langue française.

Cependant comme le dit l’article L121-3 du code de l’éducation, « la maîtrise de la langue française et la connaissance de deux autres langues font partie des objectifs fondamentaux de l’enseignement ». Il faudrait donc s’attacher, dès le début de la préparation du doctorat, à former les francophones à l’anglais et les non-francophones à l’anglais et aussi au français.

Former les doctorants non-francophones à la langue et la culture française, en fera nos meilleurs ambassadeurs, surtout s’ils repartent ensuite à l’étranger et s’ils s’engagent dans une carrière académique, dans des universités avec qui nous aurons alors naturellement des liens privilégiés. Mais il faut leur laisser la possibilité de rédiger leur thèse dans la langue qu’ils maîtriseront le mieux ou dans laquelle ils souhaitent faire leurs preuves, français ou anglais.

Et demain ?

Demain, la question ne se posera peut-être plus. Ou en tout cas plus dans les mêmes termes.

Les articles scientifiques, les colloques et conférences internationales sont en anglais parce que cette langue est aujourd’hui la seule dans laquelle, les chercheurs de diverses nationalités peuvent se parler. Et je doute fort que cela change dans les prochaines années.

Mais pour les thèses, qui sont des documents écrits, le problème est différent. C’est seulement quand la possibilité technologique de les diffuser à l’international est devenue une réalité concrète que certains docteurs ont adopté l’anglais. Les chercheurs s’emparent rapidement des technologies qui répondent à leurs besoins. Ils s’empareront aussi des nouvelles technologies dans le domaine linguistique lorsqu’elles seront suffisamment performantes. Et les évolutions peuvent être très rapides.

Il n’aura échappé à personne que la traduction automatique des textes écrits progresse à pas de géant actuellement. Facebook, par exemple, dispose déjà de 101 langues de traduction. Dans quelques années, il est possible qu’il devienne la norme de rédiger dans sa langue maternelle, quelle qu’elle soit, le lecteur s’appuyant alors sur un outil de traduction automatique pour pouvoir lire le texte dans sa propre langue.

Aujourd’hui, contresens et erreurs de traduction sont nombreux et envisager de s’appuyer sur la traduction automatique pour des textes scientifiques prête à sourire. Mais cela peut évoluer, l’avenir nous le dira.

Help combat alt-facts and fake news and donate to independent journalism. Tax deductible.