Tous hacktivistes

Les citoyennes et les citoyens sont de retour : « Mème » pas peur !

Visualhunt

Vers la fin du sentiment d’impuissance des citoyens ?

Une fois les élections passées (dans les pays revendiquant un mode de fonctionnement démocratique) comme la France, le sentiment général est que le citoyen n’a plus son mot à dire – à tort ou à raison – jusqu’aux prochaines élections ! Et il a une vision peu reluisante des politiques. N’est-ce pas l’une des explications du mouvement qui s’annonce en France le 26 mai 2018 et que les organisateurs annoncent comme une marée populaire ?

Le think tank Le jour d’après avait – dès avril 2017 – alerté : Emmanuel Macron doit donner des gages à la société civile !. Un an plus tard, le 18 mai 2018, les membres du think tank expliquaient – à nouveau – dans une nouvelle tribune au Monde, qu’il n’y aura pas de réforme possible sans assurer un échange réel entre le pouvoir exécutif et la société civile.

Un « Mème Internet »

Le terme citoyen de nos jours « désigne les personnes pouvant participer à la vie politique ». Cela ne relève pas d’un idéalisme béat. Un « Mème Internet » ne relève pas d’une simple vue de l’esprit !

Mais un « Mème » me demanderez-vous – à juste titre- un « Mème » avec un accent grave, venez-en enfin au fait : qu’est-ce donc ?

Un « mème Internet » est un anglicisme (venant d’« Internet même ») utilisé pour décrire un élément ou un phénomène repris et décliné en masse sur Internet. Si l’on s’en réfère à la définition de l’Oxford English Dictionary, un « mème » est « un élément d’une culture ou d’un ensemble de comportements qui se transmet d’un individu à l’autre par imitation ou par un quelconque autre moyen non génétique… ». L’hacktivisme répond naturellement à cette définition. Les Anonymous sont à ce titre une illustration de « mème Internet » – de type hacktiviste – parmi les plus connues du grand public.

Allons au-delà

À la relecture de la définition, il serait réducteur de cantonner ce phénomène aux actions hactivistes. Un buzz peut être apparenté à un « mème Internet », tout comme le financement participatif (crowdfounding), une cagnotte en ligne, une pétition en ligne… Vous souvenez-vous des 3 millions de signatures de la pétition demandant un nouveau referendum après le Brexit ? Un « mème Internet » est donc avant tout une action citoyenne de la population qui exerce son droit non négociable de participer à la vie de la cité et dispose désormais des moyens de le faire.

Le penser par soi-même est de retour, les citoyens aussi.

À suivre