Les Français n’aimeraient-ils ni les insectes, ni la nature ?

Les ichneumons sont des parasites indispensables : ils limitent la prolifération d'insectes ravageurs. Romain Garrouste, Author provided

Le 21 mars dernier, le ministre de l’Environnement, Nicolas Hulot, s’est indigné lors d’une séance de questions à l’Assemblée nationale :

« Je vais vous présenter un plan biodiversité dans les semaines qui viennent […] mais, très sincèrement, tout le monde s’en fiche, à part quelques-uns. Je veux un sursaut d’indignation. »

Valérie Chansigaud a écrit récemment d’autre part un livre fort instructif à ce sujet : Les Français et la nature, sous-titré « Pourquoi si peu d’amour » ?

Cette question est lourde de sens tant les racines de ce désamour semblent à la fois profondes et plus que jamais d’actualité. L’essai de Valérie Chansigaud aborde cette problématique dans la littérature et la communication, la politique, comparant notre situation avec celles de nos voisins anglo-saxons, et soulignant notamment les paradoxes à l’œuvre dans les discours des hommes politiques sur ce sujet.

Beaucoup sont douloureux, ces paradoxes touchant à notre relation avec la planète : pour certains, elle est fondamentale, structurante et indispensable ; pour d’autres, juste un terrain de jeux pour s’enrichir, où rien ne compte à part l’objectif (économique le plus souvent).

Dans la question formulée par Valérie Chansigaud, on pourrait aisément remplacer le mot « nature » par insectes, tant ceux-ci en sont des ambassadeurs essentiels.

Nicolas Hulot à l’Assemblée nationale le 21 mars 2018. (Le Monde/YouTube, 2018).

La peur de la nature

Les raisons profondes de ce manque d’amour sont peut-être à rechercher du côté de la peur de la nature, théorisée par François Terrasson en 1991. L’homme aurait « encore » peur des zones sombres et exubérantes ; il préférerait les steppes et autres milieux ouverts.

Une attitude qui viendrait de loin dans le temps. Le défrichage, l’aménagement, l’« ouverture du milieu » sont souhaités, répondant au double objectif de produire et de rassurer ; il s’agit de s’éloigner de la sombre forêt et de l’épais sous-bois.

Combien de vils et sournois insectes se cachent dans ces bois profonds ?

La peur des insectes, des arthropodes en général et de tout ce qui est susceptible de « grouiller » caché dans les sols et la végétation, n’est rien d’autre que cette peur de la nature. Le manque d’éducation, de formation, d’intérêt, ainsi que la désinformation font des dégâts collatéraux considérables dans la non-prise en compte de la nature dans les activités humaines.

Toute une vie souvent ignorée derrière les sombres feuillages. Kayla Rojales/Unsplash, CC BY

Le biais taxonomique

La divulgation récente des travaux scientifiques concernant le déclin des oiseaux et des insectes en Europe n’ont pas rencontré le même impact médiatique. Même si les deux ont surpris, c’est bien la disparition des oiseaux qui a rassemblé le plus de commentaires. Et peu ont fait le lien entre ces deux événements : car que mangent principalement les oiseaux ?

C’est ici l’expression du « biais taxonomique » que nous mesurons dans les travaux scientifiques sur la biodiversité.

Insectes, araignées et autres mille-pattes sont les « mal-aimés » de la biodiversité et, par conséquent, des études sur la biodiversité… malgré leur importance dans le fonctionnement des écosystèmes, que ces derniers soient naturels ou mis en place par l’homme (agrosystèmes et écosystèmes urbains).

Des espèces à protéger

La protection des espèces constitue un outil juridique important car complémentaire de la protection des espaces. En effet, la présence d’espèces protégées motive la protection des espaces et des habitats. Cet outil juridique est souvent associé à la mobilisation de moyens d’études, notamment en biologie de la conservation, en donnant des moyens souvent absents par ailleurs.

Mais faire protéger une espèce est un exercice difficile et complexe, surtout quand il s’agit des insectes !

Là aussi le biais taxonomique s’exerce. Certaines sont plus emblématiques que d’autres : les papillons et les libellules par exemple.

Depuis 1976, une liste de protection nationale existe, renforcée par des listes de protection régionales, elles-mêmes renforcées par des directives européennes et des textes complémentaires, qui sont complétés par des Listes rouges éditées par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), des outils objectifs pour évaluer les espèces.

La genèse de ces listes est discutable concernant le choix des espèces. La taxonomie y joue un rôle important car des imprécisions ou inexactitudes peuvent être lourdes de conséquences.

Si les ONG et les « associations de protection de la nature », tel que l’Office pour les insectes et leur environnement (OPIE), plaident pour augmenter le nombre d’espèces protégées, les pouvoirs publics – qui devront appliquer et faire appliquer cette réglementation de plus en plus complexe – modulent cet élan.

En 30 ans, près de 80 % des insectes auraient disparu. (C à dire/YouTube, 2017).

Un écocide par les pesticides ?

Que ce soit dans les champs, dans les jardins, et jusqu’aux plantes en pot de nos balcons, les Français sont les champions de l’utilisation des pesticides.

Chaque ravageur, chaque maladie, a son produit dédié, et l’industrie chimique communique fort bien : il suffit de visiter le rayon correspondant des jardineries ou de regarder les publicités sur nos écrans de télévision.

La législation évolue enfin pour restreindre les molécules autorisées, avec beaucoup de réticences des professionnels qui se sentent démunis et demandent toujours des délais supplémentaires pour continuer à polluer.

On peut légitimement se demander si détruire les insectes massivement avec des pesticides constitue un écocide, une infraction environnementale grave reconnue par certains États (Vietnam ou Russie, par exemple), surtout à l’échelle des milliers d’hectares cultivés dans l’Hexagone.

Ce déséquilibre est-il réversible ? Impactera-t-il à jamais nos écosystèmes ? Combien d’avertissements seront-ils nécessaires, comme l’effondrement des populations d’abeilles en première ligne du front ?

Beaucoup de questions, qui semblent inquiéter les naturalistes scrutant notre biodiversité, mais qui semblent aussi laisser de marbre les Français et leurs décideurs, reléguant ce type de questionnement au rang des problématiques secondaires.

L’une des conséquences de ce désintérêt envers la nature est l’attitude envers les espèces invasives. Résignation et indifférence font face aux invasions de la punaise diabolique proliférant dans Paris, ou aux vers « géants » menaçant l’équilibre écologique des sols. Seule la filière apicole a su mobiliser à propos du frelon asiatique.

Xanthogramma ressemble à une guêpe, mais il s’agit en réalité d’une syrphe, totalement inoffensive. Romain Garrouste, Author provided

Et pourtant…

Dans la série des paradoxes relatifs à notre rapport aux insectes, la France possède la société savante la plus ancienne du monde dévolue à leur étude, la Société entomologique de France (SEF), fondée le 29 février 1832, et reconnue d’utilité publique le 23 août 1878, soit depuis près de 200 ans  ! Mais également, la revue scientifique la plus ancienne, Les Annales de la SEF, où se côtoient scientifiques et non professionnels, creuset d’une véritable science citoyenne avant la lettre. L’entomologie a toujours été une affaire de citoyens-naturalistes et ce, même en France.

Une chaire d’Écologie et de protection de la nature a même existé en France, au Muséum, entre 1955 et 1958 (attribuée au Pr Kuhnholtz-Lordat) puis renommée « écologie générale ».

Mais nous ne sommes pas à un paradoxe près : capable de désamour et d’indifférence envers les insectes et la nature mais avec un bilan pas si catastrophique en comparaison avec nos voisins européens comme le Benelux, l’Angleterre ou l’Allemagne. Ce paradoxe, noté par Valérie Chansigaud est intuitif, mais partagé.

Peut-être parce que notre relative ruralité et la déprise agricole ont été une sorte de protection ?

La France part avec un avantage sur ces autres pays en accueillant une part importante de la biodiversité européenne : la région méditerranéenne est un hot-spot de biodiversité.

Parce que les effets de l’agriculture, maintenant industrielle, se font sentir avec du retard ? Les récents travaux nous obligent à la prudence, la naturalité apparente de certaines zones protégées n’est pas le gage d’une biodiversité optimale. C’est la première leçon d’une étude allemande, réalisée dans une aire protégée.

Dans tous les cas, il faut nous mobiliser pour défendre la biodiversité et nos écosystèmes, dont les insectes font partie, des plus « jolis » aux plus insignifiants.

Essayons de comprendre la nature et indignons-nous. En ces jours de fête de la nature, regardons-la, regardons les insectes autrement. Un changement de paradigme s’impose, c’est une question de survie.