Menu Close

Muséum national d’histoire naturelle (MNHN)

Au carrefour des sciences de la Terre, de la Vie et de l’Homme, le Muséum national d’histoire naturelle se consacre quotidiennement – et ce depuis près de 400 ans – à la nature et à ses relations avec l’espèce humaine. Le Muséum offre une formation au niveau de la mention de master « Évolution, Patrimoine naturel, Sociétés » et de l’École doctorale 227 « Sciences de la Nature et de l’Homme ».

La prise de conscience environnementale et la sauvegarde de la planète sont au cœur des débats contemporains. Totalement engagé sur ces questions, le Muséum occupe une position de référence grâce à des missions variées : la recherche fondamentale et appliquée, la conservation et l’enrichissement des collections, l’enseignement, l’expertise et la diffusion des connaissances.

Centre de recherche, le Muséum s’appuie sur des travaux en laboratoire et des expéditions dans le monde entier, un grand éventail de disciplines, des collections exceptionnelles et une expertise reconnue. À travers l’enseignement ou les actions de diffusion, il a également pour mission de partager ses savoirs. Avec un objectif clair : rendre les connaissances sur la nature accessibles à tous et sensibiliser le plus grand nombre à la protection de notre planète.

Une des particularités du Muséum est de répartir son activité sur 12 sites dans toute la France. Son cœur historique est situé à Paris, au Jardin des Plantes, qui accueille des laboratoires, des galeries d'exposition, une ménagerie ou des lieux d’enseignement. Citons également deux autres lieux parisiens incontournables, le Parc Zoologique de Paris et le Musée de l’Homme (réouverture prévue pour octobre 2015). Mais il reste encore à découvrir dans tout l’Hexagone deux stations marines, un arboretum, un parc zoologique, des jardins botaniques, un chantier de fouilles préhistoriques, des laboratoires…

Links

Displaying 1 - 20 of 276 articles

Le bryozoaire Watersipora subatra est originaire du Japon. Ici dans la rade de Brest, où sa présence est attestée depuis 2019. Olivier Dugornay/Ifremer

Images de science : « Watersipora subatra », voyageuse au long cours

L’arrivée d’une espèce invasive peut perturber l’écosystème, même quand elle reste discrète.
Déjà à la préhistoire il existait un grand nombre de chiens très différents. Christian Mueller/Shutterstock

À quoi ressemblaient les chiens à la préhistoire ?

Les chiens préhistoriques présentaient déjà une grande variété de taille et de forme de têtes, d’après une étude publiée aujourd’hui.
Regards d'un homme et de singes.

Spectre de l’autisme : quand il est plus facile de lire les émotions chez les animaux que chez les humains

Une nouvelle étude révèle que les difficultés qu’éprouveraient les personnes du spectre de l’autisme à interpréter les émotions d’autrui se limiteraient aux situations interhumaines.
La primatologue britannique Jane Goodall attend une rencontre avec une famille de gorilles devant la vitre du parc zoologique et du jardin botanique de Budapest, le 11 février 2008. AFP

Les femmes sont-elles plus attachées aux animaux que les hommes ?

L’engagement en faveur des causes animales et les marques d’empathie envers les animaux semblent factuellement beaucoup plus féminins que masculins. Mais s’agit de rôles acquis socialement ?
Les parcs urbains sont-ils des espaces artificiels ou non ? William Chevillon/flickr

Objectif ZAN : comment tenir les comptes ?

Le plan Zero Artificialisation Nette vise à renaturaliser un espace pour chaque espace artificialisé. Mais la détermination artificiel ou non-artificiel fait encore débat.
Illustration d'une étoile entourée d'un disque protoplanétaire. NASA/JPL-Caltech

Quelle est l’origine de l’eau sur Terre ?

L’eau est l’élément indispensable à la vie sur notre planète. Connaître son origine est donc primordial.
L'expression « bien-être animal » est issue de la locution anglaise animal welfare popularisée dans les années 1960. Fred Tanneau / AFP

Parlons-nous trop du « bien-être animal » ?

Le terme de « bien-être animal » est trompeur à plusieurs égards, et tend à minimiser la réalité des souffrances des animaux d’élevage.
Dépôts sédimentaires abritant des fossiles de vertebrés continentaux à la localité de Büyükteflek, Turquie. Alexis Licht et Grégoire Métais

« Balkanatolie » : le continent disparu pour la migration de la faune asiatique vers l’Europe

Il y a environ 40 millions d’années, un continent a servi de pont pour la faune asiatique pour s’installer en Europe.
Le Covid-19 tue davantage les hommes que les femmes. Est-ce plus que la mortalité habituelle qui frappe également davantage les hommes à âge égal ? View Apart / Shutterstock

Les hommes meurent plus du Covid-19 que les femmes : de combien ? et pourquoi ?

Le Covid-19 tue davantage les hommes que les femmes. Est-ce plus que la mortalité habituelle, qui frappe également davantage les hommes à un même âge ? Et quelles en sont les raisons ?
En Ouganda, un pangolin sauvé du trafic d’animaux locaux. Isaac Kasamani / AFP

Bonnes feuilles : « Le sourire du pangolin »

À l’heure de la sixième extinction de masse, Philippe Grandcolas nous engage, dans son ouvrage « Le sourire du pangolin », à mieux connaître et comprendre la diversité du vivant.
Une des espèces de vers plats à tête en forme de marteau en voie d'envahir le monde: Diversibipalium multilineatum Photo par Pierre Gros

L’invasion des vers plats est loin d’être terminée

Des modèles climatiques permettent de prédire que l’invasion des vers plats continuera dans le futur, aussi bien en France que dans le monde, et même s’aggravera avec le réchauffement climatique.
Valéry Hache, AFP

Vieillissement démographique de la France : à quoi s’attendre d’ici un demi-siècle ?

Les dernières projections de l’Insee annoncent la poursuite du vieillissement de la population dans les prochaines décennies. Sur quelles bases repose ce pronostic ?
La nouvelle espèce Diversibipalium mayottensis photographiée à Mayotte. Laurent Charles

Une nouvelle espèce de ver plat à Mayotte

Une nouvelle espèce trouvée à Mayotte change les idées sur l’évolution des vers plats, et pose un problème de conservation.
Pavel1964/Shutterstock

Autorregeneración: de lo que nuestro cuerpo es capaz

En contra de la creencia popular, nuestro cuerpo es capaz de regenerarse en parte. ¿Cuáles son sus límites y qué podemos aprender de los animales que lo hacen mejor que nosotros para la medicina del mañana?
Reconstitution d'un groupe d'Elasmotherium dans leur environnement marécageux supposé proposée dès 1948 (par V. A. Vatagin, d'après le travail de V. A. Teryaev). V. Zhegallo et al., 2005

La « licorne de Sibérie » était-elle vraiment une licorne ?

Elasmotherium, un cousin des rhinocéros était surnommé la « licorne de Sibérie ». Cet animal avait-il vraiment une grande corne sur le front ?
Représentation 3D de la structure physique de nos chromosomes. Julien Mozziconacci et Annick Lesne

Images de science : Quelle est la forme de nos chromosomes ?

La forme prise par les chromosomes peuvent donner des informations sur leur fonctionnement. Ici, une méthode de reconstruction éclaire la séparation spatiale entre gènes actifs et inactifs.
Été 2020, monoculture d’épicéas morts en Argonne, région naturelle chevauchant les départements de la Marne, des Ardennes et de la Meuse (sept. 2020). Sylvain Gaudin

Pourquoi la forêt française a besoin d’un traitement de fond

Si la surface de forêt a augmenté sur le territoire métropolitain ces dernières décennies, les peuplements forestiers dépérissent. Une approche écosystémique s’impose.
Ressouder des os, réparer de la peau, oui. Mais reconstituer une jambe entière est de portée de notre espèce. Pavel1964/Shutterstock

Auto-régénération : ce dont notre corps est capable

Contrairement aux idées reçues, notre corps est capable de se régénérer - en partie. Quelles sont ses limites… et quelles leçons tirer des animaux qui font mieux que nous pour la médecine de demain ?

Authors

More Authors