Pourquoi et comment le datura contamine-t-il les denrées alimentaires ?

La belle corolle blanche du datura cache une violente toxicité. Isidre blanc/Wikimedia Commons, CC BY-SA

Pourquoi et comment le datura contamine-t-il les denrées alimentaires ?

Le 11 mars, la Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF) a publié sur son site un avis de rappel de haricots surgelés contaminés par le datura (Datura stramonium). Plusieurs hypermarchés ont rappelé des lots suite à cette communication.

C’est la seconde fois en quelques mois que cette plante toxique fait l’objet d’alertes : en janvier 25 personnes avaient été intoxiquées en Martinique après avoir consommé de la farine de sarrasin contaminée qui avait fait l’objet d’un avis de rappel de la DGCCRF en novembre 2018. Retour sur les raisons qui sous-tendent la contamination de certaines denrées et pas d’autres.

Une plante particulièrement toxique

Botanistes, vétérinaires et médecins s’accordent pour définir le datura comme une plante particulièrement toxique. Cette toxicité (qui, comme c’est souvent le cas pour les « plantes à poison », lui confère également des vertus médicinales), provient du fait que toutes ses parties (fleur, feuille, graine, sève) contiennent d’importantes teneurs en alcaloïdes. Certains, comme l’atropine ou la scopolamine, sont utilisés pour la lutte contre l’asthme, les névralgies, les spasmes. Il s’agit d’antagonistes de l’acétylcholine, un neurotransmetteur qui joue entre autres un rôle dans l’activité musculaire et les fonctions végétatives (respiration, battements du cœur, salivation, etc.).

Ces alcaloïdes sont responsables des symptômes générés par l’intoxication au datura : augmentation du diamètre de la pupille (mydriase), hallucinations, tachycardie, confusion mentale, sécheresse des muqueuses. Il n’existe actuellement pas de valeurs seuil officielles pour la scopolamine et l’atropine dans l’alimentation. Chaque année, plusieurs dizaines de cas d’intoxication au datura sont recensés, généralement sans conséquence grave, les complications les plus importantes survenant lors de l’ingestion volontaire de datura (à visée récréative). Les cas recensés d’intoxication accidentelle mentionnent aussi l’ingestion par les enfants de graines issues du fruit de datura, une capsule épineuse assez esthétique et parfois présente dans les bouquets secs.

On soulignera que le datura n’est pas la seule plante adventice (se dit d’une espèce sauvage qui pousse dans les champs) toxique ou ayant un effet sur la santé ; la morelle noire est à la fois commune et donnée comme toxique. D’autres végétaux sont aussi suivis, notamment par les réseaux sentinelles, du fait de leur fort pouvoir allergisant. C’est notamment le cas de l’ambroisie à feuilles d’armoise ou de la berce du Caucase.

Une large aire de répartition

Le datura fait partie des plantes annuelles estivales que l’on trouve de façon sporadique dans presque toute la France, mais il se développe plus facilement dans le Sud. Cette espèce invasive, originaire d’Amérique centrale (Mexique), est en effet thermophile : elle apprécie les températures chaudes. Le datura pousse sur le bord des routes et les friches, mais il pénètre aussi les terres cultivées, où il peut devenir localement abondant s’il est mal maîtrisé. Et c’est là que le bât blesse.

Pied de Datura stramonium dans un champ de carotte en Allemagne. Lorsque la plante est développée, il n’est en général pas difficile de la repérer. Wikimedia Commons, CC BY

Dans les champs, le développement végétatif luxuriant du datura le rend concurrentiel des cultures estivales, notamment des maïs, sojas, tournesols et productions maraîchères. Le datura a ainsi pu profiter de la monoculture de maïs et du déploiement des tournesols pour progresser depuis le Sud (Nouvelle-Aquitaine, Occitanie, Provence) jusqu’en Poitou-Charentes, Centre et Val-de-Loire. Son aire de répartition s’étend maintenant jusqu’en Picardie et Nord Pas-de-Calais.

On pourrait supposer qu’avec le réchauffement climatique, les espèces printanières et estivales comme le datura trouvent plus régulièrement des conditions favorables à leur développement. Néanmoins, les suivis effectués ne corroborent pas ce sentiment ; si tendance il y a alors elle ne peut expliquer seule une augmentation des cas d’intoxication. Le problème ne tient pas tant à une densité beaucoup plus importante dans les parcelles qui étaient déjà contaminées qu’à une extension géographique du datura, ce qui engendre la sensation d’une situation en progression, plus préoccupante.

Comment le datura entre-t-il dans la chaîne alimentaire ?

En France, les lots problématiques retirés du marché concernent surtout des farines de sarrasin (aussi appelé blé noir) contaminées par des graines de datura, ainsi que des surgelés ou conserves de légumes polluées par des fragments de plante. Pourquoi ces deux familles de denrées alimentaires, assez différentes, sont-elles davantage touchées que d’autres ? La biologie et l’écologie du datura peuvent nous éclairer sur ce point.

Le datura apprécie les températures élevées, et ses germinations s’échelonnent entre le printemps et l’été. Parallèlement, elle est sensible au gel, ce qui lui interdit les cultures d’hiver. C’est pourquoi blé, orge et colza en sont généralement indemnes. Le datura affectionne en revanche les cultures semées entre avril et septembre. On le retrouve donc dans les cultures de soja, de tournesol ou de maïs, parfois à de fortes densités.

Comparaison de 5 graines de datura noires, crénelées et en forme de rein, à du sarrasin. Si la distinction visuelle est aisée, une simple grille peine à les séparer par tamisage. Agroécologie, Dijon, Author provided

Dans ce cas de figure, il ne pose généralement pas de problème sanitaire pour l’être humain, car les graines de soja, de tournesol ou de maïs excèdent très largement la taille des semences produites au sein de la capsule du datura. Les grilles utilisées pour la récolte font facilement le tri. De même, en culture de pomme de terre, la récolte concernant les seuls tubercules, il n’y a pas non plus de risque de contamination.

En cultures légumières, les choses se corsent. Le datura est en effet à floraison quand se fait la récolte de certains légumes verts. Les épinards, les haricots et flageolets sont plus particulièrement sujets à ce que des fragments de la plante, tous toxiques, soient inclus par inadvertance. Il peut alors s’avérer difficile de distinguer un fragment végétal de haricot d’un fragment de datura…

Extraction de la base de données Pestobserver comptabilisant les avertissements agricoles et Bulletins de la santé du végétal traitant des cultures légumières et dans lesquels le mot ‘datura’ apparaît.

En France, le sarrasin est également victime du datura, car il est semé du printemps à l’automne, souvent comme une seconde culture de fin de saison. S’il est récolté pour ses grains, il peut se retrouver synchrone avec la maturité du datura. La taille du datura devrait permettre de le repérer et de l’éliminer en amont de la moisson, mais la distinction devient d’autant plus difficile que les plantes sèchent. Le millet se retrouvera dans une situation similaire à celle du sarrasin, toutefois cette céréale reste relativement peu utilisée en alimentation humaine dans notre pays, et la couleur des graines diffère franchement.

Des intoxications en recrudescence ?

Il est difficile d’infirmer ou confirmer une recrudescence des problèmes d’ingestion involontaire de la plante toxique. Comme l’ensemble de la flore des champs, le datura fait l’objet d’observations, notamment au sein du réseau d’épidémio-surveillance végétale, service donnant lieu à des notes hebdomadaires d’information, plutôt à destination des professionnels. Il n’existe toutefois pas de plan de surveillance spécifique pluriannuel sur lequel s’appuyer pour objectiver l’état stable ou en recrudescence de la plante.

Savoir si les gens et les animaux s’intoxiquaient davantage autrefois mériterait une exploration plus poussée. Une chose est certaine : la surveillance de la qualité sanitaire de notre alimentation s’est fortement améliorée au cours des dernières décennies, notamment du fait de la multiplication des contrôles. La capacité démultipliée de détection amène, avec le principe de précaution, à retirer les lots potentiellement problématiques. Cette situation pourrait avoir entraîné l’apparition d’un biais de perception chez des consommateurs de plus en plus préoccupés par les atteintes potentielles à leur santé, notamment via leur alimentation.

Toutefois, l’intensification des pratiques agricoles et des échanges mondiaux, qui s’est accompagnée d’une augmentation des volumes, peut aussi avoir rendu plus aléatoire et difficile le tri en amont de l’arrivée à l’usine. Les usines de conserves sont équipées de trieurs optiques discernant bien les seuls légumes, mais rien ne ressemble plus à une tige de haricot qu’une tige d’une autre espèce végétale et les trieurs automatiques ne savent pas (encore) faire la distinction…

L’industrialisation en cours de l’agriculture peut intensifier ce risque, tout comme l’adoption généralisée du numérique peut venir le limiter, aux champs (grâce au développement de l’imagerie de détection des adventices dans le couvert végétal) comme dans la chaîne de conditionnement (grâce à un gain de sensibilité permettant de distinguer les impuretés botaniques).

Répartition du datura selon la compilation des données des conservatoires botaniques. siflore.fcbn.fr, Author provided (No reuse)

Des pratiques qui contribuent à entretenir les risques

Au-delà de l’extension d’aire « naturelle » du datura, certaines pratiques peuvent favoriser sa dissémination. Ainsi, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail a constaté que 30 à 50 % des lots de graines de tournesol et de mélanges de graines à destination des oiselleries sont contaminés par du datura. Sans doute de peu d’impact sur les oiseaux, cette information est préoccupante, car ce sont autant de sources de dispersion récurrente et à longue distance dans l’environnement. Les mélanges pour jachère faune sauvage seraient aussi des sources de différentes contaminations botaniques.

Par ailleurs, malgré le risque d’intoxication, différentes espèces et variétés de datura sont également toujours proposées en jardinerie du fait de la qualité esthétique de la fleur. Certains sites de jardinage ont même pu aller jusqu’à proposer d’introduire sciemment le datura dans les parcelles maraîchères, dans l’espoir de contenir certains insectes ravageurs herbivores. Cette pratique, dont l’efficacité n’a jamais été avérée, a pu accroître le nombre de situations ou le datura s’est retrouvé en contact direct avec des cultures maraîchères destinées à l’alimentation.