Quel est le « bon » âge pour avoir des enfants ?

Entre contraintes professionnelles, amoureuses et biologiques, pas évident de déterminer le meilleur timing pour avoir des enfants. Guillaume de Germain / unsplash

Au cours des trois dernières décennies, l’âge moyen des parents n’a cessé d’augmenter. Les progrès de la science dans le domaine de la fertilité on permis aux gens de congeler leurs ovules ou leur sperme, et ainsi repousser le début de la vie parentale. De nombreuses grandes entreprises, telles qu’Apple, Facebook et Google, offrent désormais à leurs employés la possibilité de congeler leurs gamètes, dans le cadre de leur programme de soins de santé. Il n’a jamais été aussi facile et socialement acceptable de retarder la naissance d’un enfant. Mais est-ce une bonne chose ?

Trois points sont à considérer. Votre enfant sera-t-il en bonne santé ? Allez-vous tomber enceinte ? Combien cela vous coûtera-t-il ?

Les parents ont une obligation morale de donner à leur enfant le meilleur départ possible dans la vie. Mais les enfants nés de mères de plus de 35 ans et de pères âgés de plus de 45 ans courent plus de risques que les autres d’être affectés troubles génétiques et neurodéveloppementaux, comme la schizophrénie et l’autisme. Ce qui pourrait évidemment affecter leur qualité de vie.

L'horloge biologique ne s'arrête jamais… Charlotte Walker, Author provided

Par ailleurs, des parents plus âgés sont davantage susceptibles d’avoir besoin de recourir à des techniques de procréation assistée telle que la fécondation in vitro (FIV). Or il existe un lien entre le recours à ces techniques et des risques d’accouchement précoce ou de poids plus faible à la naissance. Les bébés nés par fécondation in vitro sont également plus vulnérables aux maladies cardiovasculaires et métaboliques plus tard dans leur vie.

Certains de ces risques liés à l’âge peuvent être réduits si les futurs parents congèlent leurs ovules ou leur sperme lorsqu’ils sont encore jeunes. En revanche, ceux liés à la FIV demeurent. Par ailleurs, lorsque la FIV est réalisée avec des ovules congelés, la technique utilisée est l’injection intracytoplasmique de spermatozoïdes, qui consiste à injecter le sperme dans l’ovule. Celle-ci peut augmenter le risque de malformations congénitales chez les enfants. Le recours à l’injection intracytoplasmique de spermatozoïdes est également plus fréquente chez les hommes âgés, car la motilité de leurs spermatozoïdes est faible. Encore une fois, ce n’est pas assurer à son futur enfant le meilleur départ qui soit dans la vie.

Donc, vous avez décidé d’attendre

Si souhaitez attendre avant d’avoir des enfants, vous n’êtes pas seuls dans ce cas.

La plupart des couples parviennent à déclencher une grossesse après avoir essayé pendant un an. Néanmoins, un couple sur sept rencontre des difficultés à concevoir – et, à cet égard, l’âge est un facteur important. En effet, une femme sur six âgée de 35 à 39 ans ne parviendra pas à tomber enceinte au bout d’un an. Et si son partenaire a plus de 40 ans, ce chiffre tombe à plus d’une femme sur quatre.

La FIV est considérée par beaucoup comme une méthode de conception infaillible, mais son succès est lui aussi dépendant de l’âge des couples qui y ont recours. Pour une femme qui utilise ses propres ovules, le succès de la FIV après 40 ans est inférieur à 10 %.

Un modèle informatique a récemment simulé les risques inhérents au choix de retarder la parentalité. Si une femme de 30 ans décide de retarder le moment d’avoir un bébé jusqu'à 35 ans, ses chances de tomber enceinte diminuent de 9 %. Or dans ce cas, la FIV ne compensera ce risque que de 4 %.

Vous pouvez décider de congeler vos ovocytes. Parfait. Mais les femmes en produisent moins à mesure qu’elles vieillissent. Donc les femmes plus âgées peuvent avoir besoin de davantage de cycles de stimulation hormonale pour parvenir à stocker les huit à dix ovules nécessaires pour avoir une chance raisonnable d’avoir une naissance réussie – ce qui peut être extrêmement coûteux (ndlr : en France, l'assurance maladie prend en charge jusqu'à quatre FIV avant 43 ans, pour un coût unitaire moyen estimé à 4 100 euros).

Combien cela va-t-il vous coûter ?

Bien que la FIV en elle-même soit coûteuse, il existe d’autres coûts indirects importants lorsqu'on décide d'avoir un enfant.

La « pénalité salariale liée à la maternité » est souvent citée dans les discussions économiques sur l’effet de la maternité sur la carrière des femmes. On désigne par cette expression la perte de revenus à laquelle les femmes sont confrontées en raison de leur grossesse puis de leur maternité. Certaines données suggèrent que les femmes peuvent gagner plus en retardant leur maternité du début de la vingtaine au début de la trentaine.

Mais cette pénalité salariale ne semble pas être sexospécifique. Suite à l’introduction du congé parental pour les pères par le gouvernement norvégien, en 1993, une étude a révélé un effet similaire (effet négatif sur les revenus des pères qui restent au foyer.

En définitive, si vous choisissez de fonder une famille, vous subirez une baisse de revenus.

Quand commencer ?

Les données scientifiques sont claires. Si l’on tient compte de l’horloge biologique, le « bon » âge pour avoir un enfant est avant 35 ans pour les femmes et avant 40 ans pour les hommes.

Plus de 75 % des jeunes sous-estiment l’impact de l’âge sur la fertilité masculine et féminine. Or seuls 27 % des médecins abordent le sujet avec leurs patients âgés de 18 à 34 ans qui évoquent leur souhait de retarder le moment d’avoir un enfant pour des raisons sociales. Une plus grande sensibilisation aux risques liés au fait de repousser le moment de devenir parents est donc nécessaire, et les médecins de famille devraient jouer un rôle plus proactif à cet égard.

En définitive, si vous voulez avoir un enfant, l’âge idéal pourrait être plus précoce que vous ne le pensiez…

This article was originally published in English

Help us bring facts and expertise to the public.