Menu Close

Au Bélarus, la centrale nucléaire de la discorde

La centrale d'Astravets pendant les travaux de construction, 6 juin 2016. Sergei Gapon/AFP

Un peu plus de trente ans après la catastrophe de Tchernobyl, le Bélarus, dont le territoire a pourtant été le plus touché par les retombées de l’accident, s’apprête pour la première fois de son histoire à mettre en service une centrale nucléaire.

Dotée de deux réacteurs, la centrale d’Astravets (Ostrovets en bélarussien) a été construite par la compagnie Atomstroyexport, filiale du monopole public russe Rosatom, grâce à un « prêt » de 10 milliards de dollars consenti par Moscou qui couvre près de 90 % de son financement. L’un des deux réacteurs VVER-1 200 sera a priori destiné à la consommation intérieure, tandis que l’autre permettra au Bélarus d’exporter de l’électricité dans la région. Minsk s’est par ailleurs engagé à acheter auprès de la Russie l’ensemble du combustible nucléaire pour la durée de vie des réacteurs.

Une angoisse lituanienne

Depuis que le projet a été annoncé en 2011, les autorités lituaniennes n’ont pas ménagé leurs efforts pour alerter leurs partenaires sur les risques que pourrait présenter cette installation en matière de sûreté. Elles ne manquent pas d’arguments :

  • le Bélarus n’a aucune expérience en matière de nucléaire civil ;

  • la Russie, fournisseur de la centrale, a déjà connu des accidents nucléaires gravissimes ;

  • le site est reconnu comme zone sismique ;

  • la centrale est située à la toute proximité de la capitale lituanienne (50 km environ), foyer de peuplement important (500 000 habitants). Or l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) recommande depuis 2013 de ne pas installer de centrale nucléaire à moins de 100 km des zones de fort peuplement ;

  • les eaux de refroidissement utilisées seront celles de la rivière Néris, qui arrose Vilnius avant de se jeter dans le Nemunas (qui lui-même fournit la majeure partie de l’eau potable en Lituanie) ;

  • la construction de la centrale a été émaillée d’incidents sur lesquels ni les autorités bélarusses ni Atomstroyexport n’ont manifesté une forte appétence à la transparence.

Le Bélarus, de son côté, rappelle qu’il a procédé en 2018 à des stress-tests exigeants et qu’il s’apprête à suivre les recommandations formulées par l’AIEA en matière de sûreté nucléaire. Il précise aussi qu’il ne compte pas renoncer à cette centrale qui va lui permettre de diversifier son mix énergétique.

Un autobus est décontaminé des substances radioactives lors d’un exercice d’urgence nucléaire à Svencionys, en Lituanie, le 2 octobre 2019. Cet exercice sans précédent a été organisé durant quatre jours par la Lituanie en raison des inquiétudes suscitées par la perspective de la mise en service prochaine de la centrale nucléaire d’Astravets. Petras Malukas/AFP

Un irritant bilatéral porté hors des frontières

Vilnius a d’abord cherché des appuis auprès des capitales de l’Union européenne pour entraver la construction de la centrale. Mais le Bélarus n’étant pas membre de l’UE, la marge de manœuvre de Bruxelles et des États membres est minime.

La Lituanie a donc tenté de porter le différend devant d’autres instances. En 2011, elle a en particulier déposé une plainte devant la Convention d’Espoo (Convention sur l’évaluation de l’impact sur l’environnement dans un contexte transfrontière, ONU, 1991) pour violation des évaluations d’impact environnemental. En effet, le Bélarus n’a pas effectué d’étude préalable d’impact sur l’environnement ni organisé de débat public dans le pays voisin ou de consultations bilatérales avec lui, comme le prévoit la Convention d’Espoo. En 2013, cette dernière a émis des recommandations à fin de rectification puis, en février 2019, une large majorité des pays parties ont statué sur le caractère inapproprié du site de construction. Notification qui n’a valeur que de recommandation.

Les autorités lituaniennes ont également poussé à la mention, dans le « Green Deal » proposé par la Commission européenne en décembre 2019, d’une clause selon laquelle les installations nucléaires dans les pays tiers doivent respecter les normes internationales les plus élevées en matière environnementale et de sécurité.

Quand le temps presse

En 2017, la Lituanie a adopté une loi l’engageant à ne pas acheter d’électricité provenant de sources produites au mépris des règles de sécurité. Le Parlement lituanien a alors déclaré la centrale d’Astravets « menace à la sécurité nationale, à l’environnement et à la santé publique ». Vilnius interdit également l’utilisation des infrastructures lituaniennes pour transporter l’électricité d’Astravets. En décembre 2019, le Parlement a adopté un amendement prévoyant des retraits de licence d’importation pour les agents économiques qui achèteraient de l’électricité provenant de cette centrale.

Mais pour que ces mesures aient du sens et que la Lituanie ne se trouve pas pénalisée dans son isolement, Vilnius a dû tenter de convaincre les pays voisins potentiellement clients de l’électricité bélarusse – Pologne, Lettonie, Estonie et Finlande – de s’engager dans le même sens. Avec un succès mitigé, puisque seule la Pologne a suivi le mouvement ébauché par Vilnius.

Alors que la centrale a procédé à ses premiers tests en décembre 2019, pour une mise en service du premier réacteur au cours du premier trimestre 2020, Vilnius change de nouveau de stratégie : pour le ministre des Affaires étrangères Linas Linkevičius, demander à Minsk de stopper le processus de mise en route de la centrale à ce stade serait tout aussi « irréaliste et trop radical » que d’exiger son déplacement. Ayant échoué à disqualifier la centrale en hypothéquant sa rentabilité, Vilnius privilégie aujourd’hui le dialogue, afin de rester informé de l’avancée des travaux, de la mise en service et d’éventuels problèmes, au nom du pragmatisme.

Une centrale au service des intérêts de la Russie ?

Les caractéristiques de la centrale sont souvent mises en avant par ceux qui veulent y voir une preuve de la stratégie russe de mise sous tutelle du Bélarus. Par exemple, Minsk doit rembourser le prêt de la Russie d’ici à 2036. Compte tenu de ses fragilités budgétaires, en cas de difficulté de remboursement, la propriété de la centrale pourrait passer dans les mains de la Russie, accroissant encore la dépendance bélarusse.

On soupçonne également Astravets de viser à maintenir la Russie dans son rôle d’acteur énergétique notable dans la région de la mer Baltique, en retardant la déconnexion des Baltes du système électrique BRELL (Bélarus, Russie, Estonie, Lettonie, Lituanie). Cette désynchronisation est en effet contraire aux intérêts de Moscou qui souhaite continuer d’exporter de l’électricité vers les pays de la région pour des raisons économiques, voire géopolitiques, mais aussi par souci de connexion entre la « Russie continentale » et l’enclave de Kaliningrad. La localisation de la centrale semble attester cette préoccupation : alors que les industries consommatrices d’électricité se trouvent plus au sud du pays, Astravets pèche étrangement par son éloignement des centres névralgiques bélarusses. Dès 1993, l’Académie des sciences de Minsk, évaluant une trentaine de sites possibles, avait d’ailleurs décrété que celui d’Astravets était le pire.

Pendant une manifestation en mémoire de la catastrophe de Tchernobyl, le 26 avril 2018 à Minsk. Sergei Gapon/AFP

Certains vont jusqu’à soupçonner la Russie de vouloir créer des dissensions dans la région : l’opposition frontale de la Lituanie n’a en effet pas fait l’unanimité auprès de ses partenaires, au point que Vilnius s’est un moment trouvé isolé sur le sujet d’Astravets, voire a suscité une fatigue au sein de l’UE, de l’AIEA, auprès de la Convention d’Espoo…

Par ailleurs, la localisation d’une centrale nucléaire aux portes de l’OTAN peut justifier une présence militaire russe pour protéger ce site sensible. Fin 2016, le Bélarus a installé une base militaire à proximité de la centrale afin d’assurer sa sécurité. Rien ne dit que cette base sera jugé suffisante par Moscou, qui pourrait souhaiter la renforcer.

Enfin, Vilnius estime que la centrale peut être utilisée comme instrument de guerre hybride : l’annonce, même erronée, d’un incident intervenu sur la centrale entraînerait l’évacuation de la capitale lituanienne, avec toutes les conséquences sociales, économiques et politiques que l’on peut imaginer…

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 115,400 academics and researchers from 3,750 institutions.

Register now