Menu Close
La ministre belge de la Défense Ludivine Dedonder et le premier ministre belge Alexander De Croo posent avec Volodymyr Zelensky à côté d'un avion de chasse F-16 lors d'une visite du président ukrainien en Belgique dans le cadre d'un accord visant à aider Kiev à lutter contre l'invasion russe, à l'aéroport militaire de Melsbroek à Steenokkerzeel, au nord-est de Bruxelles, le 28 mai 2024. La Belgique s'est engagée à livrer 30 avions de combat F-16 d'ici 2028 pour aider Kiev à lutter contre l'invasion russe. Simon Wohlfahrt/AFP

Des armes, mais pas seulement : ce que Volodymyr Zelensky demande à l’Europe

Un an après sa tentative de reconquête de l'Ukraine orientale et quelques semaines après avoir obtenu un nouveau plan d'aide des États-Unis, le président ukrainien vient de réaliser une tournée diplomatique express en Europe.

Outre des matériels militaires indispensables à ses forces armées, qu'est-il venu chercher auprès des pays de l'UE ?

Quelles visites, pour quels objectifs ?

Volodymyr Zelensky vient d'effectuer une tournée diplomatique express : après avoir rencontré les autorités espagnoles (le président du gouvernement Pedro Sanchez et le roi Felipe VI) à Madrid, le 27 mai, puis le premier ministre belge

Alexander De Croo à Bruxelles le 28 mai, il s'est rendu le lendemain à Lisbonne pour y rencontrer son homologue Marcelo Rebelo de Sousa ainsi que le premier ministre Luís Montenegro.

Il est ensuite rentré en Ukraine mais reviendra dans quelques jours de nouveau sur le territoire de l'UE car il a été invité à assister aux commémorations du 80e anniversaire du Débarquement, en Normandie, le 6 juin prochain.

En Espagne, en Belgique et au Portugal, il a chaque fois obtenu trois résultats : la signature (ou le renouvellement) d'un accord de défense ; l'octroi d'une aide financière ; et la livraison de matériels de guerre. Le choix de ces trois États membres pour une visite présidentielle peut étonner : aucun de ces pays n'est un avocat de l'Ukraine sur la scène européenne comme le sont, par exemple, la Pologne ou les États baltes.

Dès lors, au-delà des résultats immédiats, il convient de s'interroger sur les objectifs stratégiques que poursuit désormais le chef de l'État ukrainien. S'agit-il de compléter les approvisionnements promis par les États-Unis ? Veut-il lutter contre la «fatigue de l'Ukraine» dont les opinions publiques européennes pourraient être saisies à l'orée d'une séquence électorale européenne complexe ?

Ce que cherche avant tout Volodymyr Zelensky, c'est modifier la façon dont ses soutiens européens envisagent leur contribution à la légitime défense de l'Ukraine. Plus qu'une tournée d'approvisionnement en matériels, il s'agit d'une campagne de doctrine dans la perspective du sommet pour la paix qui sera organisé par la Confédération helvétique les 15 et 16 juin prochains.

Du matériel pour le front ukrainien : la quantité compte !

Malgré l'octroi, en avril, d'une aide militaire américaine supplémentaire importante (61 milliards de dollars) et malgré les fonds versés par l'UE à l'Ukraine, le président Zelensky est venu en Europe pour obtenir des accords militaires bilatéraux et des équipements supplémentaires. En effet, l'ampleur de l'invasion russe de 2022 et l'échec de la reconquête ukrainienne de l'été 2023 ont souligné les besoins (et les lacunes) des matériels actuellement en service sur les fronts russo-ukrainiens.

La contre-offensive de l'été 2023 a manifestement été entravée, dans ses résultats, par la faible couverture aérienne des attaques au sol. C'est pour cette raison que les autorités ukrainiennes ont sollicité et obtenu des aéronefs F16 auprès de plusieurs États européens, comme le Danemark les Pays-Bas et, cette semaine, la Belgique. La tournée de printemps de Volodymyr Zelensky vise à combler les lacunes de matériels au moment où les forces armées russes enregistrent des succès militaires dans le nord-est du pays.

Pourquoi demander des équipements à des pays européens dont les forces armées sont limitées ? C'est que, pour l'Ukraine, la course à la quantité est engagée avec la Russie. Celle-ci a en effet officiellement porté son effort de défense à 7,1% du PIB dans la loi de finances 2024 et a placé à la tête du ministère de la Défense l'économiste Andreï Belooussov, afin d'accentuer l'effort de guerre sur le plan industriel. Si, dans une guerre d'attrition, la quantité compte, aucun équipement de défense supplémentaire ne peut être négligé, même si les contingents promis sont limités (24 F16 des Pays-Bas, 19 du Danemark, 30 de Belgique).

De même, dans un conflit de longue haleine, la durabilité des soutiens est essentielle : alors que Vladimir Poutine vient de réaliser une tournée en République populaire de Chine et en Asie centrale, Volodymyr Zelensky signe ou renouvelle des accords militaires bilatéraux en Europe pour consolider son réseau d'alliances sur le long terme. Au moment où s'ouvre une séquence institutionnelle européenne qui peut durer (élections des parlementaires, nominations à la Commission et au Conseil), le président ukrainien a voulu s'assurer sur le terrain d'approvisionnements durables.

Défendre l'Ukraine ou frapper la Russie ?

L'autre objectif de la tournée est moins visible, moins explicite, car beaucoup plus sensible. Depuis plusieurs semaines, les autorités de Kiev sont engagées dans une campagne aux États-Unis pour infléchir la doctrine américaine sur l'utilisation des armes sur le front. L'administration américaine a été constante par-delà les alternances politiques, depuis la guerre du Donbass en 2014 : les armes américaines ne doivent pas être utilisées contre les forces russes ou séparatistes hors du territoire ukrainien.

De même, l'Europe considère depuis le début de la guerre que la légitime défense de l'Ukraine ne doit pas comporter d'attaques sur le sol russe avec ses matériels de défense. La nuance peut paraître subtile mais elle est essentielle : les Européens veulent donner à l'Ukraine les moyens de se défendre sans entrer en conflit avec la Russie.

Cette semaine et la semaine prochaine, lors des célébrations du Débarquement, le président ukrainien a entrepris de changer cette vision de la défense de l'Ukraine. En effet, l'offensive récente de la Russie sur la ville de Kharkiv et sa région est menée depuis le territoire de la Fédération de Russie. Cette tactique permet aux artilleurs russes de bombarder la ville sans s'exposer à des tirs de contre-batterie ukrainiens utilisant des équipements occidentaux. Et elle est facilitée par la géographie : la ville de Kharkiv se situe à quelques kilomètres de la frontière russo-ukrainienne internationalement reconnue.

La «campagne de Kharkiv» place les Européens devant une décision stratégique lourde : soit ils considèrent que l'aboutissement naturel de leur soutien à l'Ukraine lève le tabou de frappes sur le sol russe avec leurs matériels, soit ils maintiennent leur posture initiale.

Dans le premier cas, ils franchissent un degré supplémentaire dans le rapport de force militaire avec la Russie, comme l'a souligné Vladimir Poutine. Dans le deuxième, ils privent l'Ukraine des moyens de se protéger efficacement des actions menées depuis la Russie. Le débat, surplombé par la crainte symétrique d'une défaite ukrainienne et d'une régionalisation du conflit, est si critique qu'il s'est même manifesté lors du conseil des ministres franco-allemand du 28 mai dernier, quand Emmanuel Macron a évoqué la possibilité d'autoriser Kiev à utiliser les missiles livrés par la France pour frapper les batteries se trouvant en territoire russe.

Par-delà la sécurisation d'approvisionnements en matériels, le président ukrainien est donc venu en Europe lancer une campagne visant à changer la doctrine de ses alliés sur la conduite des opérations militaires. Ses forces avaient déjà lancé des opérations spéciales et des bombardements sur la ville-frontière (russe) de Belgorod. Mais elles l'avaient fait en employant les armes de longue portée et les aéronefs ukrainiens. Désormais, elles envisagent de porter la guerre sur le territoire russe, en profondeur, grâce à l'aviation, grâce à une artillerie de longue portée et grâce à des missiles de croisière. C'est le soutien des Européens pour réaliser ces opérations que le président ukrainien est venu chercher.

De la tournée en Europe au sommet de la paix en Suisse

Tout en demandant à ses interlocuteurs un soutien militaire, financier et diplomatique, Zelensky est aussi venu en Europe pour préparer le prochain sommet de la paix en Suisse. Si plus de 40 États sont invités, les objectifs sont pour le moment incertains : comment, en effet, lancer des négociations de paix alors même qu'aucun des deux ennemis n'a atteint ses objectifs stratégiques ?

Cet événement est aujourd'hui exposé à un double risque : d'une part, l'absence éventuelle du président américain en raison de la campagne électorale et, d'autre part, l'invitation lancée à la Russie à l'initiative du Brésil et de la Chine. Le président ukrainien milite pour l'absence de la Russie, accusant Vladimir Poutine de juguler toute tentative de règlement juridique et diplomatique. Dans cette perspective, ce sont bien les Européens qui constitueront son soutien le plus ferme… et sans doute son dernier recours.

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 185,200 academics and researchers from 4,982 institutions.

Register now