Les espaces-tests agricoles aident les aspirants agriculteurs à se faire la main. Shutterstock

Des tiers-lieux pour aider les néo-paysans à se lancer

Selon le dernier recensement agricole français, quelque 200 000 actifs agricoles ont été perdus entre 2000 et 2010, soit une baisse de 26 %. Pour chaque installation d’un agriculteur, on compte désormais 3 départs. En 2015 en France, 885 000 personnes (chef d’exploitation, coexploitant, conjoint, actif non salarié) travaillaient de manière régulière dans les exploitations du secteur. C’est moins de 4 % de la population active du pays (contre plus de 35 % au milieu du XXe siècle).

La démographie y est pour quelque chose, l’âge moyen des exploitants atteignant les 51 ans. Et quand les agriculteurs prennent leur retraite, ils ont bien du mal à transmettre leur exploitation. En cause notamment, un schéma de reprise familiale en déconstruction : les enfants d’agriculteurs reprennent de plus en plus rarement l’exploitation familiale.

Lorsque les exploitations trouvent repreneurs, c’est généralement au profit de l’agrandissement d’une exploitation existante plutôt que d’un nouvel agriculteur. Cet agrandissement rend ensuite plus difficile encore l’installation de nouveaux porteurs de projets agricoles plus modestes.


Read more: Comprendre le malaise des agriculteurs


La difficile installation des « hors cadre »

D’autres facteurs rendent le renouvellement difficile. Parmi ceux qui s’installent en agriculture – environ 1700 chaque année en Auvergne-Rhone-Alpes, par exemple – 1/3 sont dits « hors cadre familial » : leurs parents ne sont pas agriculteurs ou ils ne reprennent pas la ferme familiale.

Ces nouveaux porteurs de projets font évoluer les profils sociologiques. Il s’agit, de plus en plus souvent, de personnes non issues du territoire où ils désirent s’implanter ; ils s’y installent avec une conception différente de l’agriculture et du travail agricole.

Ils préfèrent les petites exploitations et une pratique plus raisonnée de l’agriculture ; et ils souhaitent pour certains que leur activité agricole n’occupe pas 100 % de leurs activités professionnelles.

Les premières difficultés qu’ils rencontrent concernent l’accès au foncier, le coût élevé de l’investissement de départ, le manque de réseau et de connaissance du territoire ainsi que le manque de formation. Cela a pour conséquence de fragiliser la pérennisation des installations ou de la ralentir fortement.

Un agriculteur sur 5 doit transmettre sa ferme hors du cadre familial. (France 3 Hauts-de-France/Youtube, 2017).

Des dispositifs de soutien alternatifs

En France, les mécanismes d’aide à l’installation agricole existent. Le plus connu est certainement la « dotation jeune agriculteur », mais ses conditions d’éligibilité sont souvent mal adaptées à ces profils « hors cadre familial ».

La « dotation jeune agriculteur » exclut en effet les plus de 40 ans, donc les nouvelles vocations. Elle exige la « capacité agricole », donc un diplôme faisant foi des compétences et demande que les personnes soient installées à « titre principal », ce qui exclut les très petites exploitations, ainsi qu’un revenu équivalent au smic dès la quatrième année d’activité, ce qui limite la possibilité de pluriactivité.

Face à cette situation, des dispositifs d’appuis alternatifs existent, parmi lesquels les « espaces-tests agricoles » (ETA). Il s’agit d’un dispositif réversible d’accès au foncier pour des individus qui souhaitent tester leur projet agricole sans y investir de sommes trop importantes.

Cette notion de test dans les structures d’accompagnement à la création d’activités dans les milieux ruraux est apparue au début des années 2000. Elle s’inspire des couveuses et pépinières d’entreprises. Il a fallu peu de temps cependant pour constater la spécificité des activités agricoles dans la perspective d’un test. La saisonnalité, les outils de production onéreux, le lien étroit avec la situation géographique et les risques inhérents au travail sur la machinerie agricole réclamaient une nécessaire adaptation.

Ces dispositifs de test sont rassemblés depuis 2012 au sein du Reneta, le réseau national des ETA. Il compte près de 80 espaces-tests dans toute la France et permet leur mise en relation tout en facilitant le partage d’expériences de plus de 500 porteurs de projet.

Présentation du test d’activités agricole. (Reneta/Youtube, 2018).

Un espace-test, comment ça marche ?

L’ETA permet à une personne, potentiellement non issue du milieu agricole ou en reconversion professionnelle, de tester un projet en conditions réelles et réversibles sur une période oscillant entre 1 et 3 ans, tout en réduisant les risques associés à l’acquisition de foncier.

Dans cet espace-test convergent quatre fonctions autour d’un porteur de projet ou testeur. La première concerne la fonction « couveuse » qui met à disposition un cadre juridique où le testeur s’inscrit, par exemple par un contrat d’appui au projet d’entreprise. Il y reçoit de l’aide comptable et des conseils juridiques. La seconde est la fonction « pépinière », qui donne accès à des moyens de production. Cela peut prendre la forme d’accès à du foncier, des bâtiments ou du matériel, voire des animaux. La troisième fonction correspond à un accompagnement technique, mais surtout humain, visant l’acquisition graduelle des compétences requises par le projet agricole du testeur. La quatrième fonction, celle de l’animation, concerne la mise en cohérence des trois fonctions précédentes autour du testeur et de son projet.

Ces différentes composantes du test peuvent être portées par une seule organisation, mais sont le plus souvent le fait de plusieurs structures. Les testeurs n’ont ainsi que très peu d’investissement à apporter pour se tester. Cet apport varie en fonction de chaque ETA, de rien du tout à un forfait annuel, voire un capital de départ.

Le dispositif rassemble toutes ces composantes et rend possible la réalisation du test. Ce dernier se déroule sur un lieu pouvant adopter différentes formes, dépendantes de la structure de l’espace-test et du type de test (maraîchage, élevage, apiculture, plantes aromatiques…).

Ce lieu peut correspondre à une zone dans une ferme ou à une ferme entière qu’un agriculteur cherche à transmettre. Il peut être mis à disposition par la structure d’ETA, par un particulier, par une collectivité territoriale ou encore une association, comme Terre de liens par exemple.

Le lieu-test peut être permanent – lorsque le terrain aura vocation à rester en test en voyant se succéder les porteurs de projet – ou provisoire s’il est décidé que le testeur s’y installera définitivement au terme de la période d’essai. Un ETA peut comprendre plusieurs lieux-tests, il sera alors et dit « en archipel ». Un territoire pourra ainsi accueillir 3, 4, 5 lieux-tests. De par son fonctionnement, son territoire et les partenaires prenant part au projet, chaque structure créée est unique.

Des tiers-lieux agricoles

On le voit, un espace-test se base généralement sur un multipartenariat et peut compter des structures associatives (telles que des associations pour le développement de l’emploi agricole et rural, des groupements d’agriculteurs biologiques…), des collectivités territoriales, des couveuses d’entreprises ou couveuses d’activités et d’emplois, des institutions d’enseignement agricole ou encore la chambre d’agriculture.

Des groupes locaux de soutien formés par des représentants de ces acteurs et des habitants de communes concernées sont aussi formés pour épauler l’intégration des testeurs aux milieux locaux. Les ETA s’inscrivent ainsi au sein de stratégies multipartenariales de développement territorial.

Pour cette raison, on peut concevoir l’ETA comme quelque chose de beaucoup plus ample qu’un dispositif menant à l’installation de nouveaux agriculteurs ; il s’agit dans les faits de véritables tiers-lieux du développement agricole.

Comme tous les tiers-lieux, les ETA ne sont ni domiciles ni lieux de travail, ils constituent le cadre d’une mise en commun « libre et volontaire ». Ils favorisent la création d’un capital social, individuel et relationnel qui va bien au-delà du porteur de projet : même si ce dernier peut décider que l’installation agricole ne lui convient pas, les acteurs qu’il aura rassemblés autour d’un projet partagé continueront de contribuer collectivement au développement local.

L’un des principaux défis rencontrés aujourd’hui par les structures d’ETA concerne la confrontation entre l’intention première d’accompagnement des porteurs de projets et les besoins urgents de redynamisation qu’éprouvent nombre d’acteurs ruraux, publics notamment. Bien comprendre que les ETA constituent un espace de rencontre et d’accompagnement plutôt qu’un outil de formation permettrait à ces acteurs de profiter de tout leur potentiel. À cet égard, la France ne fait pas cavalier seul puisque nombreux sont les pays aux prises avec la problématique du renouvellement des actifs agricoles et, plus largement, de la revitalisation des espaces ruraux.

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 108,900 academics and researchers from 3,575 institutions.

Register now