En Chine, la corruption affecte l’ensemble des activités économiques. A_stockphoto / Shutterstock

Développer une entreprise dans un environnement corruptif : les cas de la Chine et de l’Inde

S’il existe une abondante littérature qui analyse la corruption, nous nous sommes rendu compte qu’il y avait peu de solutions permettant à la fois à l’entreprise d’atteindre ses objectifs tout en protégeant ses équipes et en respectant l’éthique et la loi.

Les facteurs influençant la corruption peuvent se décomposer en facteurs internes et externes à l’entreprise.

Auteurs.

Dans cet article nous nous intéresserons aux facteurs externes : comment comprendre la corruption dans l’environnement de l’entreprise ? Comment mettre en place des solutions conformes à l’éthique et à la loi ?

Il est difficile de mesurer la corruption. Il s’agit d’un délit que les parties prenantes ont tout intérêt à dissimuler. Le recensement des condamnations est nécessairement incomplet. Les résolutions de conflits entre entreprises ou avec les États restent confidentielles. L’alternative, proposée par plusieurs institutions, de mesurer non pas la corruption mais sa perception en passant par des indices indirects et par interviews, permet au mieux d’alerter d’un niveau général du risque mais ne répond pas au besoin de l’entreprise.

Nous avons choisi de prendre un autre angle en nous focalisant sur deux pays possédant les caractéristiques communes suivantes :

  • nombreux travaux universitaires ;

  • un poids important dans l’économie mondiale ;

  • une corruption non pas massive mais systématique et institutionnalisée (nous reviendrons sur ce point).

La Chine et l’Inde partagent ses caractéristiques. Elles offrent par ailleurs plusieurs autres points communs dont une large population et une classe moyenne éduquée.

Le modèle chinois structuré autour de l’État

En Chine, la corruption se traduit par une convergence des flux de la corruption vers le Parti communiste chinois (PCC). Il utilise son « monopole de la violence » pour maintenir sa position de récipiendaire unique de la corruption. Comme l’indique la revue allemande Internationale Politik, Le PCC est « un réseau ou plutôt une mafia orientée vers le profit, qui peut être connecté avec un accès exclusif à la richesse publique ». Le guanxi, ou l’échange de faveurs constitutives de la qualité des relations personnelles et professionnelles, facilite ce réseau.

Toutes les structures de l’État sont organisées sur ce modèle. Comme l’a redit le président Xi Jinping lors du 19ᵉ congrès du PCC en octobre 2017 :

« Tout doit être placé sous la direction du Parti, que ce soit les organisations du Parti, le gouvernement, l’armée, la société́ civile, et quel que soit l’endroit où l’on se trouve. Il faut implanter dans l’esprit de chacun la conscience politique, la conscience de l’intérêt général, la conscience du noyau dirigeant et la conscience de l’alignement. »

Le président chinois Xi Jinping serre la main des délégués du Parti communiste chinois à la fin de la session de clôture de l’Assemblée populaire nationale, à Pékin en mars 2018. Nicolas Asfouri/AFP

Les entreprises présentes en Chine, qu’elles soient à capitaux chinois ou étrangers, sont soumises à cette organisation de l’État. Les États-Unis l’ont bien compris et régulièrement assimilent des entreprises chinoises à des agents de l’État. Ils peuvent alors étendre les poursuites, selon le Foreign Corrupt Pratice Act (FCPA), à toute entreprise, soit présente en Chine, soit travaillant avec une entreprise chinoise.

Le 18 février dernier, certains médias ont même été assimilés à des organes d’information de l’État par les États-Unis, qui ont supprimé les accréditations journalistiques pour 5 d’entre eux et leur ont imposé les mêmes conditions de transparence et de contrôle qu’au corps diplomatique.

En Inde, la réglementation ne change rien

En Inde, la corruption s’est greffée sur la démocratie. Elle n’est pas organisée vers un récipiendaire unique mais consiste en des réseaux organisés selon les familles, religions et les castes. Comme en Chine, la corruption y est systématique : plus l’entreprise est au contact de l’État, plus elle y est soumise.

Les produits de la corruption convergent vers les partis politiques dont les élus, jusqu’en 2018, ne pouvaient se financer autrement et vendaient leurs votes. Le changement de majorité lors des élections de 2014 n’a pas montré de changements significatifs : seuls les bénéficiaires de la corruption ont changé. L’évolution de la législation en 2018, qui autorise les dons des personnes, des groupes et des entreprises n’a elle aussi rien changée : en autorisant les dons anonymes et en provenance de l’étranger, elle n’a permis que la dépénalisation des élus.

India : bribery and corruption on the rise (CNN, juillet 2016).

Chine et Inde montrent ainsi malgré 2 formes de gouvernement opposées, des caractéristiques très proches en termes de corruption.

Une fois que cet environnement corruptif est intégré dans l’analyse, les questions à se poser en découlent. Pour la Chine :

  • Quels personnels intégrer à mes équipes, quels sont leurs guanxi, avec qui ?

  • Quels clients ? Suis-je en capacité de leur proposer des activités annexes ou d’autres flux de valeurs ?

  • Avec quels tiers devons-nous travailler pour soutenir nos activités principales et annexes ?

Complété pour l’Inde avec les questions :

  • À quelles castes, religions et familles appartiennent nos interlocuteurs ?

  • Quelles sont les limites des réseaux identifiés ?

  • Quelle est l’espérance de maintien à leurs postes des élus ?

Les réponses sont plus complexes à trouver.

La loi Sapin 2 fait obligation d’établir une cartographie des risques. L’appliquer aux marchés chinois ou indien n’apporte rien : la corruption y étant systématique, tôt ou tard l’entreprise s’y trouvera confrontée. La réponse simpliste et contraire aux objectifs de l’entreprise est de s’interdire ce marché.

Manque de vision stratégique

Plus intéressante est une cartographie des risques non limitée à la corruption et suffisamment précise pour permettre de proposer des marchés annexes (ou flux de valeurs), conformes à la loi et à l’éthique, pouvant se substituer aux paiements de pots-de-vin. Cette approche n’est certainement pas la solution définitive et universelle à la corruption. Mais elle permet par l’analyse et la connaissance d’établir une stratégie de différenciation appliquée aux mécanismes spécifiques de ces marchés.

Malheureusement cette analyse n’est pas toujours faite. Certaines entreprises européennes ont tressé la corde pour se pendre. Prise dans un environnement qu’elles n’ont pas appréhendé à temps, elles ne sont plus en position de conquête du marché chinois, mais doivent se défendre sur leurs propres marchés.

Pour ne pas reprendre les exemples de Danone-Wahaha et d’Airbus toujours cités, la CRRC, le « TGV chinois », en est un autre : en 3 ans, malgré une catastrophe majeure en 2011, cette entreprise est devenue en capacité de bloquer l’action de ses concurrents et anciens partenaires occidentaux en Chine, et remporte maintenant des appels d’offres en dehors de la Chine.

Le géant du ferroviaire chinois CRRC rachète le groupe allemand Vossloh (Europe 1, aout 2019).

Tous les acteurs chinois de ce marché étant connus, on peut se demander s’il s’agit d’erreurs de partenaires et d’un manque de vision stratégique. Ne s’agit-il pas plutôt, pour les entreprises occidentales de « court-termisme » et d’avoir négligé les risques et pour les États d’un manque de soutien à des entreprises seules face à la stratégie du régime chinois ?

Pour conclure, et au risque de désespérer certains, un article de janvier dernier montre que les entreprises originaires de pays à forte corruption sont contraintes de se projeter vers les pays moins corrompus pour rétablir leur profitabilité. Elles utilisent l’ensemble de leurs avantages stratégiques : un marché d’origine protégé par un réseau nourri de pots-de-vin et des coûts de fonctionnement réduit toujours par ces pots-de-vin (non-respect des lois et réglementation). Les auteurs montrent toutefois que, si les niveaux de corruption deviennent trop importants, ces avantages compétitifs diminuent.

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 99,600 academics and researchers from 3,194 institutions.

Register now