Faire du journalisme à l’ère des fake news : leçons du Brésil

Un partisan du candidat présidentiel brésilien de droite Jair Bolsonaro crie aux journalistes réunis devant la Conférence nationale des évêques du Brésil à Brasilia, où le candidat présidentiel du Parti du travail (PT), Fernando Haddad, tient une rencontre avec des dirigeants catholiques, le 11 octobre 2018. Evaristo SA/AF

Peut-on encore faire correctement son métier de journaliste dans des états influencés par une idéologie populiste ?

L’attaque d’un cameraman de la BBC par un partisan de Donald Trump à El Paso (Texas) en février 2019, l’attaque de journalistes à Rome par des militants d’extrême droite en janvier, l’impossibilité pour les journalistes de couvrir les événements au Cachemire, permettent d’en douter.

Dans le rapport RSF Index 2018, l’ONG Reporters sans frontières soulignait à quel point les médias étaient confrontés à une « rhétorique anti-média » constante émanant des hommes politiques et répandue dans le monde entier. Avec de telles attaques, les stratèges politiques d’extrême droite tels que Steve Bannon cherchent à discréditer les médias légitimes et à mettre en avant les médias sociaux – là où les « informations » peuvent plus facilement échapper à un contrôle éditorial et à la responsabilisation – pour devenir la principale source d’informations pour le public.

Les médias traditionnels ne sont bien sûr pas irréprochables – les cas de reportages biaisés ou d’informations non vérifiées sont légion, en particulier avec la concentration croissante des médias ainsi que des relations politiques et commerciales douteuses dans des pays tels que le Brésil, la France, l’Australie, entre autres.

Néanmoins, les tendances montrent que les principales victimes de la violence à l’encontre des médias sont les journalistes qui couvrent les faits politiques racistes ou xénophobes. Certains hommes politiques les ciblent systématiquement en tant que porteurs de « fake news ». Le Brésil a maintenant emboîté le pas de cette pratique avec ses propres dirigeants populistes.


Read more: How Jair Bolsonaro used ‘fake news’ to win power


Dans ce contexte, comment les journalistes et les professionnels des médias peuvent-ils renouer avec la confiance et leur image d’objectivité ? Dans une étude récente, nous avons examiné un groupe de journalistes brésiliens qui s’efforçaient d’échapper aux restrictions imposées par les médias traditionnels et de créer une nouvelle identité pour les journalistes. Ils sont devenus des blogueurs dans une ère pré-Bolsonaro et leur expérience unique peut être instructive pour les autres.

Les blogueurs brésiliens s’insurgent

Selon de nombreux posts de journalistes brésiliens, leur accession à l’indépendance a commencé par la couverture biaisée et parfois ouvertement fausse de la candidate à l’élection présidentielle Dilma Rousseff, ancienne secrétaire d’État de Lula. Un exemple célèbre est le cas d’un prétendu casier judiciaire : au cours de la campagne, Folha de São Paulo, l’un des plus grands journaux nationaux du Brésil, a publié les registres de Dilma datant de la période du régime militaire brésilien. En fin de compte, il a été découvert que la « preuve » était un faux provenant d’un spam.

Fin 2006, alors que Dilma Rousseff venait de remporter les élections contre José Serra, le candidat de droite favori des médias, les journalistes ont décidé d’accroître leur présence en ligne pour promouvoir une perspective différente du journalisme.

Ce mouvement a été principalement initié par quatre journalistes qui ont abandonné ou ont été exclus des médias traditionnels après les élections de 2006 : Luis Nassif, Luiz Carlos Azenha, Rodrigo Vianna et Paulo Henrique Amorim. Leurs blogs s’appelaient respectivement « Luis Nassif Online », « Viomundo », « Escrevinhador » et « Conversa Afiada ».

Ils défendaient des valeurs différentes de celles prétendument défendues par les principaux organes de presse, souvent liés aux politiciens de droite et soutenus par une publicité payée par le gouvernement. Les blogs étaient des propriétés privées et dépendaient de dons et de bannières publicitaires, qui ont finalement été abandonnées par certains blogs pour laisser entendre qu’ils étaient indépendants des intérêts économiques.

Escrevinhador.

La découverte de relations malsaines

Les journalistes indépendants ont adopté une tradition de journalisme critique, révélant des relations de pouvoir dans le journalisme où ceux qui détiennent les médias nationaux. Selon le rapport de Reporters sans frontières, les médias au Brésil sont possédés par « une dizaine de grandes entreprises » appartenant à quelques familles. Ils distribuent les informations dans tous les points de vente d’un pays de plus de 200 millions d’habitants, ainsi que des médias internationaux.

Les blogueurs ont également réinventé les pratiques des journalistes et tiré parti du libre accès et des outils participatifs des médias sociaux. Par exemple, beaucoup de ces blogueurs ont commencé à afficher ouvertement le processus de fabrication de l’information. Ils déconstruisaient la manière dont les médias traditionnels cachaient les manipulations et les biais sous l’apparence d’un journalisme soi-disant « objectif et neutre ».

Le blog Viomundo. Viomundo

Les blogueurs progressistes ont également invité les utilisateurs à suivre les étapes au fil des enquêtes et à assister à la création de rapports journalistiques. Le blog piloté par le journaliste Luis Nassif affichait un pavé graphique dédié intitulé « en observation » pour des histoires qui méritaient l’attention du public mais ne disposaient pas encore de preuves suffisantes pour garantir leur véracité. Les journalistes ont également invité les lecteurs à publier des vidéos et des images susceptibles de prouver ou d’infirmer leurs propos. Un cas concernait un candidat de droite qui affirmait avoir été frappé et blessé par un « objet contondant ». Des vidéos ont prouvé que l’objet était en fait une petite boule de papier.

L’incitation aux commentaires

Une autre pratique des blogs consistait à inciter les lecteurs à s’engager dans le processus de production d’informations en republiant leurs commentaires en renforçant ou en critiquant un article d’actualité original. Il s’agissait d’une pratique répandue, certains utilisateurs affirmant que leurs commentaires critiques étaient bloqués et d’autres suggérant la présence de trolls rémunérés.

Ces trolls étaient constamment dénoncés et confrontés par les utilisateurs eux-mêmes. Tous les blogs de journalistes ont consacré une rubrique dédiée aux utilisateurs, comme « Outras palavras » (En d’autres termes) et « Você escreve » (Vous écrivez).

Avec ces pratiques, les blogueurs progressistes ont essayé de créer une nouvelle façon de faire de l’information. Alors que le discours sur les « fake news » n’était pas aussi présent qu’aujourd’hui, leurs efforts suggèrent que certaines réponses existent déjà. Certains ont été reproduits par certains journalistes travaillant aujourd’hui pendant que d’autres évoluent encore sous le radar.

Ces journalistes continuent toujours leur travail de pionnier. Azenha et Amorim entretiennent leurs blogs, tandis que Vianna est hébergée par un magazine alternatif et que Nassif a créé sa propre agence de presse. Néanmoins, ils ont tous été davantage marginalisés par la surveillance accrue et le harcèlement des militants de droite et de leurs trolls, et par la dépendance croissante à l’égard du soutien financier de leur public.

Une réponse à l’attaque mondiale contre la légitimité des journalistes pourrait donc consister à ouvrir le processus d’information pour aider les publics actuels à comprendre, contribuer et reconnaître à nouveau l’importance et la force du vrai journalisme.


Traduction par le Prospective et MediaLab de l’Info, en co-publication avec France TV Info.

This article was originally published in English