Menu Close
Page 870 de l'édition de 1887 de l'Histoire de la Révolution française par Jules Michelet. Illustration de Vierge. Flickr / British Library

Grâce aux ressources numériques, on sait mieux comment travaillait Michelet

Pénétrer dans l’atelier des écrivains n’est plus aujourd’hui une gageure. On peut suivre l’élaboration des scénarios romanesques de Flaubert, les ébauches et les dessins préparatoires de Zola, le parcours qui mène Victor Hugo du premier jet des Misérables (alors intitulé Misères) au chef-d’œuvre de 1862. On peut encore lire les ébauches de la Recherche dans les Carnets de Proust.

Au sein des études littéraires, la recherche sur cette préhistoire des œuvres constitue une spécialité, la génétique littéraire, âgée d’un bon demi-siècle, et qui a apporté un éclairage irremplaçable sur le travail de la plume et de l’esprit créateurs. Les outils numériques sont largement utilisés par les généticiens littéraires pour leur grande souplesse, se prêtant à des solutions de visualisation ou d’interrogation de ces documents particuliers, qui n’avaient pas été conçus, on l’imagine, pour être publiés sous la forme classique du livre imprimé.

Michelet par Nadar, vers 1855-1856. Wikipedia

Mais comment naît une œuvre historique majeure ? De quelle manière ces cathédrales d’érudition, de culture et de savoirs que sont nos grandes histoires de France ou de la Révolution se sont-elles construites ? On aimerait découvrir les arcanes de ces énormes chantiers d’écriture qui ont en général occupé leurs auteurs de nombreuses années. On aimerait pénétrer dans les secrets de l’invention historienne, assister au moment où naît dans l’esprit de l’auteur l’idée d’une relation de cause à effet entre tel fait et tel autre. On serait curieux de savoir comment la vision d’un événement ou d’un grand homme se dégage du dépouillement des sources, de l’accumulation des notes.

Un matériau foisonnant

Persuadé que la connaissance des divers stades de l’élaboration d’une œuvre intéresserait les esprits du futur, l’historien Jules Michelet (1798-1874) a conservé, outre les manuscrits de ses livres, beaucoup de ses brouillons et de ses dossiers préparatoires. On peut les consulter à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris (BHVP), où ils sont conservés, après avoir été légués au Musée Carnavalet. Cette masse de documents a été classée, un peu approximativement il faut bien le dire, et reliée en recueils factices – solution évitant qu’on ne les déclasse, ne les perde ou ne les subtilise. Dans ce fonds comptant une bonne cinquantaine de volumes sept regroupent les papiers préparatoires de l’Histoire de la Révolution française (1847-1853).

Notes de Michelet. Cerilac/BHVP

Le curieux qui se plonge dans ces in-folio y trouve des écrits fort divers : petits pense-bêtes griffonnés à la suite d’une conversation, feuillets couverts de notes de lecture, plans très détaillés préparant les développements de plusieurs chapitres. Il est fort difficile d’en faire une lecture suivie, et parfois même de les lire tout simplement, car les idées de l’historien s’étoilent sur le papier, ne s’astreignant en rien, à ce stade du bouillonnement de la pensée, au respect de la linéarité de l’écrit. Il est tout simplement impossible de prendre des notes sur ces papiers préparatoires car tout est potentiellement parlant, important, et en particulier la disposition du texte sur la page, la taille variable de l’écriture, l’énergie des soulignements, la façon dont en se relisant plume rouge à la main Michelet a encore mis en valeur d’un trait certains éléments qui lui paraissaient essentiels, ajouté ici une métaphore, là une formule frappante.

Les ressources de l’édition numérique

L’idée a donc germé d’utiliser les ressources de l’édition numérique pour présenter une transcription de ces sept volumes de Papiers préparatoires de l’Histoire de la Révolution française sous une forme qui les rende plus facilement consultables et exploitables par les chercheurs. Le programme « La Fabrique de la Révolution » est en cours depuis 2013, et se propose, grâce à une édition numérique complète des quelque 2 000 feuillets contenus dans les sept volumes, d’explorer la genèse d’une œuvre historique considérée comme l’une des plus marquantes du XIXe siècle.

Après avoir obtenu de la BHVP l’autorisation de faire numériser les sept tomes concernés, une équipe de chercheurs en littérature française de l’Université Paris Diderot s’est attelée, avec l’appui de collègues de l’Université de Grenoble, à élaborer un protocole de transcription et d’encodage de ce matériau inédit. Une chaîne éditoriale a été mise en place, permettant un travail collectif. Chaque participant peut télécharger sur un site la photographie du document dont il prend en charge la transcription, ainsi que le fichier numérique correspondant à ce document. Grâce à Oxygen, logiciel d’édition en langage xml, installé sur son ordinateur, le chercheur peut alors plonger dans l’atelier même de l’historien.

Le vrai mot de Cambronne : notes de Michelet. Paule Petitier, Author provided

Au début, c’est une véritable gageure : il faut déchiffrer l’écriture manuscrite, et les abréviations fréquentes dans ces brouillons, identifier les noms de personnes dont l’orthographe n’est pas toujours conforme à celle d’aujourd’hui. Et puis, comme souvent quand on s’engage dans un travail qui explore l’envers d’une œuvre, et permet de partager en partie le labeur de l’auteur, on se prend au jeu, véritable jeu de pistes, qui amène à traquer les références indiquées de façon elliptique, à éclaircir les allusions, à saisir des mécanismes de pensée.

Au fur et à mesure que les transcriptions s’accumulent apparaît plus nettement l’énorme travail de Michelet, son énergie intellectuelle sans cesse en éveil, qui se manifeste dans la collecte obstinée des faits, des chiffres, des impressions des survivants de la Révolution, dans la polémique implicite avec ses homologues contemporains (Lamartine, Louis Blanc, Buchez et Roux), bien plus apparente dans les notes préparatoires que dans la version définitive.

Un travail d’encodage minutieux

En parallèle à la transcription des notes, nous procédons à leur encodage. Celui-ci concerne deux catégories d’éléments, sémantiques et formels, sur lesquels nous nous sommes mis préalablement d’accord. Parmi les éléments formels, nous avons considéré qu’il était important d’encoder les titres ou les bandeaux, fréquents en tête des papiers, les soulignements, les changements de plume (passage de l’encre noire à l’encre rouge, au crayon à papier). Parmi les éléments sémantiques, il nous a paru nécessaire d’encoder les noms propres, les noms de lieux, les références bibliographiques, les références littéraires, culturelles, artistiques, les dates, les nombres, les événements.

La salle de lecture de la Bibliothèque historique de la Ville de Paris. Wikipedia

Ce travail est très minutieux puisqu’il demande à l’encodeur de rattacher chaque nom, date ou référence à une forme normalisée, qui rendra possibles des interrogations portant sur l’ensemble du corpus. Si par la suite un chercheur souhaite repérer tous les papiers préparatoires dans lesquels Michelet a traité de Louis XVI, il pourra en faire apparaître la liste complète – que ces papiers mentionnent le nom complet du souverain ou seulement « L XVI », « le Roi », voire tout autre forme allusive. Si ce chercheur veut consulter tous les papiers qui évoquent des lieux de Paris, ils pourront également être sélectionnés, de même que ceux qui se rapportent à une date précise, ou encore ceux qui contiennent des allusions aux fables de La Fontaine, à Shakespeare ou à Dante.

L’identification des références bibliographiques et des documents d’archives est un enjeu important de notre travail. On a souvent taxé Michelet d’historien qui puisait davantage dans son imagination que dans la sévère documentation du savant. Les Papiers préparatoires attestent de l’étendue de son enquête (forcément limitée malgré tout par le fait d’être l’un des pionniers de l’histoire de la Révolution), le nombre d’ouvrages consultés, l’abondance des notes prises en les lisant. C’est une des parties les plus délicates de notre travail que de retrouver les références complètes de ces lectures, identifiées trop souvent par des abréviations obscures.

Grâce au nombre de textes aujourd’hui numérisés et accessibles en ligne, nous parvenons la plupart du temps à retrouver l’ouvrage dans lequel Michelet a puisé ses informations et nous associons la référence qu’il en donne à un lien vers une édition numérisée, ce qui permettra aux usagers du site définitif de confronter en un clic la source aux notes qu’en extrait Michelet. De telles mises en regard sont extrêmement éclairantes pour comprendre le processus d’interprétation auquel se livre l’historien à partir de la sélection de certains éléments de la source ; leur insertion dans un dispositif de pensée, bien visible sur la feuille de notes à travers une mise en page expressive (soulignements, encre rouge, retraits, tirets, numérotation des paragraphes…), est en elle-même parlante ; elle nous rapproche de la façon dont l’historien a raisonné à partir de ses sources.

Un feuillet de notes de Michelet. Cerilac/BHVP

Nous espérons au bout du compte reconstituer de façon quasi exhaustive la bibliothèque de Michelet pour écrire l’Histoire de la Révolution française – savoir précieux pour une période où les historiens n’avaient pas encore pris le pli de la note en bas de page (Michelet jugeait cette pratique contraire à la reconstitution de la vie historique).

Au-delà du seul Michelet, cette bibliothèque donnera aussi des indications sur la transmission et la construction d’une mémoire savante de la Révolution, entre le moment où l’on commence à écrire sur l’événement, dès 1789, et le milieu du XIXe siècle. Quels sont, au cours de cette période où l’on a déjà beaucoup écrit sur la Révolution, les ouvrages restés « actifs » (auxquels les historiens font régulièrement référence), quels sont ceux qui sont tombés dans l’oubli (quitte à ressurgir à une période ultérieure) ?

C’est à l’archéologie d’un savoir mais aussi d’un imaginaire que voudrait contribuer « La Fabrique de la Révolution ».


La Région Ile-de-France finance des projets de recherche relevant de Domaines d’intérêt majeur et s’engage à travers le dispositif Paris Région Phd pour le développement du doctorat et de la formation par la recherche en cofinançant 100 contrats doctoraux d’ici 2022. Pour en savoir plus, visitez iledefrance.fr/education-recherche.

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 187,000 academics and researchers from 4,998 institutions.

Register now