Innovation et économie circulaire : la révolte des sapeurs-pompiers

Indigné par l’enfouissement des tenues, le commandant Paul Malassigné s’est lancé dans un projet de recyclage des matériaux. SDIS de l’Indre.

L’économie circulaire est un levier clé pour une économie plus durable. Circulariser la durée de vie des produits devrait être un réflexe, mais nous sommes trop souvent les témoins impuissants d’un système qui peine à revoir ses circuits. Parfois, un témoin plus révolté qu’un autre réussit l’impossible : mobiliser un collectif et une hiérarchie. Quand cela arrive dans la fonction publique, cela ébranle notre manière d’appréhender le lien entre économie et bien commun.

Paul Malassigné, commandant du service départemental d’incendie et de secours de l’Indre (SDIS) est choqué lorsqu’il apprend que le nouveau fournisseur des uniformes des sapeurs-pompiers ne prendra plus la peine de récupérer les tenues réformées. Elles seront jetées au tout-venant, c’est-à-dire enfouies. Pourtant, elles ont des qualités exceptionnelles. Il le sait mieux que personne, ayant eu une formation de chimiste de haut niveau : avant de s’engager à venir en aide aux autres, il a suivi une formation de chimiste au King’s College de Londres puis obtenu un DEA en synthèse des molécules. Il est pénétré de la formule des chimistes : « rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme ».

Il demande donc l’autorisation à sa hiérarchie de voir ce qui peut être fait pour trouver une meilleure destination à ces tenues, si possible à la hauteur de leur vraie valeur. Elle lui est accordée à condition d’approfondir la question pendant son temps libre et ses jours de congé.

L’homme révolté

Commandant Paul Malassigné. SDIS de l’Indre.

Enquêtant sur le circuit des tenues usagées, il découvre que l’ancien fournisseur s’en débarrassait auprès du Relais, entreprise sociale et solidaire qui fabrique des plaques ou rouleaux d’isolant recyclé à base de fibres de coton déchiquetées. Cependant, elle n’utilise pas les tenues des pompiers et ne les revend pas sur les marchés asiatique ou africain, comme d’autres vêtements de seconde main. Elle les stocke donc sur place.

Convaincu que la transformation en isolant aux propriétés spécifiques est la vocation naturelle des tenues, Paul Malassigné trouve une entreprise, Minot Recyclage, qui accepte d’étudier la question et met finalement au point des plaques d’isolant prometteuses. L’aramide-viscose, dont sont faites les fibres des tenues, n’étant pas un matériau minéral, elle n’est pas conductrice de la chaleur et permet, bien mieux que la laine de verre ou de roche, de lisser les variations de température. Autre avantage : elle ne gratte pas et ne nécessite pour la pose ni tenue de protection ni masque.

Paul Malassigné teste cet isolant dans sa caserne, et en pleine canicule de l’été 2018, il règne une fraîcheur surprenante dans la pièce isolée. Il est même convoqué par sa hiérarchie qui pense qu’il a fait installer un climatiseur à son insu !

L’aramide-viscose a été testé (avec succès) pour isoler les locaux du service départemental d’incendie et de secours de l’Indre. SDIS de l’Indre

Pour développer l’expérience dans le département, un avenant est ajouté au contrat avec le fournisseur pour qu’il reprenne les tenues usagées et les cède au Relais pour le déchiquetage puis la fabrication de l’isolant. Ces fibres étant un peu plus chères que la fibre de verre, Paul Malassigné s’affaire pour que les appels d’offres pour les bâtiments du département spécifient l’usage d’un isolant biosourcé de type aramide-viscose ou équivalent. Cinq casernes de l’Indre en sont équipées aujourd’hui, ainsi que l’état-major.

On lui dit alors qu’il est en train de créer une économie circulaire, et l’enjeu le passionne. Il lui faut convaincre tous les départements d’en faire autant, ce qui n’est pas une mince affaire. Même si la preuve de concept est acquise, le passage à l’échelle reste une épreuve pour toute innovation. En l’occurrence, il faut collecter 250 000 tenues chaque année dans des endroits très dispersés, les faire converger vers le Relais, puis acheminer les panneaux isolants vers les lieux où l’on rénove des casernes. Cela suppose de mobiliser beaucoup de personnes sur des enjeux qui ne leur semblent pas forcément pressants. Il faut alors créer une prise de conscience collective.

Valoriser le projet par la médiatisation

Avec l’accord de sa hiérarchie, il réalise un court reportage sur le recyclage des tenues. Il est vu 6 000 fois en local, puis 60 000 fois quand France 3 Centre-Val de Loire le reprend et 3 millions de fois quand France 3 National le diffuse et les réseaux sociaux le relaient. Ce succès inattendu aurait pu susciter des réserves, mais la hiérarchie encourage au contraire l’équipe à continuer.

Présentation de l’isolant du commandant Paul Malassigné (Com SDIS36, 2019).

Paul Malassigné présente le projet à divers concours, notamment au Grand Prix des Bonnes Nouvelles des Territoires où il est élu coup de cœur du jury. Cette médiatisation entretient la motivation de la petite équipe qui porte le projet :

« Dans le film sur notre projet diffusé sur les réseaux sociaux, de nombreuses personnes impliquées apparaissent et l’on voit ce qu’elles ont réalisé. Lorsque nous recevons un prix, nous n’apparaissons pas tous sur la photo, mais nous organisons un événement pour l’occasion et le trophée matérialisant le prix est exposé dans une salle d’honneur. »

Entrepreneur en restant fonctionnaire

L’ambition de Paul Malassigné est de changer d’échelle. Si 23 SDIS participent actuellement au projet, représentant au total la moitié des tenues de sapeurs-pompiers. Celles de l’armée et de la police pourraient être aussi concernées. Des débouchés nouveaux pourraient être trouvés dans le BTP, l’automobile, l’aéronautique et même le spatial, à condition de faire de la R&D pour trouver des produits adaptés et à plus forte valeur ajoutée.

Inventer des produits, trouver des financements et des marchés relève d’une démarche d’entrepreneur, et Paul Malassigné est à une croisée des chemins. Fonctionnaire, il se doit à 100 % à son activité publique et si plusieurs lois sont venues ouvrir la porte à une activité secondaire, entretenir dans l’exercice de ses fonctions un lien financier avec des entreprises privées lui reste interdit même sur ses temps de congé et de loisir. De toute façon, un fort développement du projet n’est pas compatible avec un investissement dans les marges de son temps. Il devrait donc faire le saut vers l’entrepreneuriat, mais il n’est pas tenté :

« Mon objectif est de créer des structures qui fonctionnent seules. Je suis heureux d’être désintéressé. Les sapeurs-pompiers ou personnels hospitaliers ne sont pas rares à partir dans des zones frappées par une catastrophe pour mettre bénévolement, pendant leur temps de repos, leurs compétences au service d’une population qui en a besoin. Un instituteur me disait autrefois qu’on ne pouvait être fier que d’une chose, d’avoir sauvé un homme, ce n’est pas étranger à ma vocation. L’économie circulaire a de nombreuses vertus, mais elle ne sauve personne… ».

Il a préféré lancer un partenariat entre la Fédération nationale des sapeurs-pompiers et un entrepreneur, Thomas Huriez, autre lauréat du Grand Prix des Bonnes Nouvelles des Territoires qu’il a connu à cette occasion. Celui-ci a créé à Romans-sur-Isère l’entreprise 1083, qui a relocalisé toutes les étapes de fabrication de vêtements en France en mettant sur le marché une ligne de vêtements en matériaux recyclés ou biologiques.

Cette alliance originale peut permettre à Paul Malassigné de promouvoir son projet tout en restant pompier et à Thomas Huriez de tirer parti des expertises et des réseaux de son partenaire pour avancer dans un univers balisé de normes administratives et morales. À moins, qu’avec l’élaboration de la loi sur l’économie circulaire, il soit confié à Paul Malassigné un rôle pour aider à la mise en mouvement de toutes les administrations concernées…

On peut en tout cas être entrepreneur dans l’administration, à condition de savoir jouer dans les marges, et d’associer intelligemment la hiérarchie pour qu’elle apporte durablement au projet un soutien bienveillant.


Pour en savoir plus, voir « Comment des pompiers réinventent l’économie des uniformes ».

Retrouvez toutes les initiatives de la série « Le Jardin des entreprenants » en cliquant ici.

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 105,900 academics and researchers from 3,368 institutions.

Register now