Menu Close

Université des sciences juridiques et politiques de Bamako

L’Université des Sciences Juridiques et Politiques de Bamako (USJPB) est un établissement public à caractère scientifique, technologique et culturel, à vocation à la fois nationale, sous-régionale et internationale, créée par l’ordonnance n°2011-022/P-RM du 28 septembre 2011, ratifiée par la Loi n°2011-080 du 29 décembre 2011. Héritière de l’Université de Bamako (UB) créée en 1993 et qui était l’unique université publique nationale du Mali, l’USJPB est née à la faveur de la scission de cette dernière en 2011. Elle possède de ce fait une longue et riche expérience en matière d’enseignement supérieur et de recherche scientifique. En effet, dans la conduite de ses missions telles qu’il ressort des textes législatifs et réglementaires, l’USJPB organise des formations supérieures, pratiques et spécialisées, des formations supérieures professionnalisées, des formations postuniversitaires ainsi que des formations continues.

En outre, elle conduit des programmes de recherche et d’innovation scientifiques et participe à la réalisation d’expertise dans ses multiples domaines de compétences. A ce titre, ses centres de recherches que sont le Laboratoire d’études et de Recherche en Droit, Décentralisation et Développement Local (à la Faculté de Droit Public), Le Laboratoire de Droit Privé et Sciences Criminelles, le GRAAL (Groupe de Recherche Appliquée, Antenne Lascaux (GRAAL/USJPB) (à la Faculté de Droit Privé), et le GERSDA (Groupe d’Etude et de Recherche en Sociologie et Droit Appliqué), ont mené en leur nom propre ou pour le compte de multiples organismes, des études et recherches pertinentes en matière de gouvernance et de sécurité mais aussi dans les domaines du foncier, du droit de la décentralisation et du développement local, etc.

Aujourd’hui, l’USJPB est la référence en matière de formation juridique et politique au Mali. C’est ainsi que plus de 14.000 étudiants reçoivent une formation de qualité dans les domaines du droit privé, du droit public et des sciences administratives et politiques, cela à tous les niveaux (1er cycle, 2ème cycle et 3ème cycle). L’année universitaire 2016-2017 a marqué la fin du basculement de l’USJPB au système, avec la sortie des premières promotions de Licences. Les programmes d’enseignement sont dispensés par un corps professoral expérimenté, jeune et dynamique avec l’appui d’une administration moderne qui a fait le pari de la promotion des nouvelles technologies de l’information et de la communication, comme en témoigne l’existence d’un site internet (usjpb.edu.ml), d’une bibliothèque virtuelle, de programmes d’enseignement à distance et l’introduction dans les curricula et la gestion administrative de l’outil informatique.

L’ouverture sur son environnement national et international a été un volet important de la politique des autorités de l’Université des Sciences Juridiques et Politiques de Bamako. Fidèle ici à son slogan « l’excellence au service du développement », l’USJPB a tissé un réseau de partenariat dans plusieurs régions du monde (Europe, Amérique, Asie et Afrique). L’USJPB est membre fondateur du Réseau pour l’Excellence de l’Enseignement Supérieur en Afrique de l’Ouest (REESAO) mis en place à Lomé en 2006 pour favoriser l’implémentation du système LMD. Au plan structurel, l’Université des Sciences Juridiques et Politiques (USJPB) comprend des structures administratives et de recherches-enseignement. Au plan administratif, l’USJPB est gérée par un Rectorat. Enfin, au plan pédagogique, l’Université se compose de trois facultés, d’un Institut et de deux Chaires UNESCO :

• La Faculté de Droit Privé (FDPRI) ;
• la Faculté de Droit Public (FDPU) ;
• La Faculté des Sciences Administratives et Politiques (FSAP) ; • L’Institut de Pédagogie Universitaire (IPU) ;
• La Chaire UNESCO pour la Promotion de la Culture de la Paix et des Droits de l’Homme ;
• La Chaire UNESCO d’Enseignement et de Recherche sur l’Environnement.

L’école doctorale est en cours de création. Pour terminer, précisons que notre Plan Stratégique de Développement s’articule autour de 5 axes prioritaires :

• L’adaptation de l’offre de formation aux besoins de la société;
• L’amélioration de la gouvernance universitaire;
• la promotion de la recherche en sciences juridiques et politiques;
• L’Amélioration des conditions d’étude et de travail au sein de l’université;
• Le développement du partenariat interuniversitaire.

Links

Displaying all articles

Des militants lors d'une manifestation contre la traite des esclaves et le trafic d'êtres humains. Gulshan Khan/AFP via Getty Images

Pourquoi l’« esclavage par ascendance » subsiste encore au Mali

Malgré l’abolition de l’esclavage en 1905, ce fléau n’a pas totalement disparu au Mali, où les supposés « descendants » des esclaves d’antan continuent d’être catégorisés comme esclaves eux-mêmes.
Le président de la transition malienne Bah N'daw (à gauche) lors de sa prestation de serment au CICB (Centre International de Conférences de Bamako) à Bamako le 25 septembre 2020. Michele Cattani/AFP

Transition malienne : politisation de l'armée ou militarisation du politique ?

L’armée exerce une influence jamais démentie sur la politique malienne depuis le premier putsch de 1968. La présence massive des militaires dans la transition actuelle confirme cette tendance.
Activists stand together during a demonstration against the slave trade and human trafficking. Photo credit should read GULSHAN KHAN/AFP via Getty Images

Mali fails to face up to the persistence of slavery

Descent-based slavery – when a slave status is ascribed to a person based on their alleged ancestry – continues to exist in Mali.
Un officier militaire malien porte le portrait de l'ancien président du Mali Moussa Traoré devant son cercueil drapé du drapeau national malien lors des funérailles nationales à Bamako le 18 septembre 2020. Michele Cattani/AFP

Mali : Moussa Traoré, parcours d’un dictateur déchu et réhabilité

L’ancien président Moussa Traoré vient de décéder. Son parcours permet de comprendre certaines aspirations actuelles des Maliens mais aussi des dysfonctionnements qu’il est urgent de résoudre.
Le président malien, ré-élu en 2018, Ibrahim Boubacar Keita arrive à la mosquée centrale de Bamako durant l'Aïd 2018. AFP

Au Mali, religieux et stars des médias bataillent pour capter l’opinion

Quelle a été l’influence des associations islamiques et de leurs représentants dans le débat public au Mali ? Et qui aujourd’hui leur oppose un autre discours ?

Authors

More Authors