Menu Close

La dynamique de communication entre bébés montre les racines du langage

Les bébés sont capables de mettre en place un système proto-communicatif complexe. SvetlanaFedoseyeva/Shutterstock

La proto-communication est l’acquisition chez le bébé de l’aspect communicatif de l’acquisition du langage, essentiellement de l’attention conjointe, qui prépare les mécanismes de base du dialogue : l’alternance des tours de parole (quand le parent parle, le bébé se tait), la continuité (le bébé n’interrompt pas une interaction, il répond toujours au parent), la synchronie interactionnelle (par exemple si le parent sourit, le bébé sourit).

La littérature consacrée à l’étude des premières capacités cognitives et linguistiques chez l’enfant, affirme d’ouvrage en ouvrage l’impossibilité de l’existence d’une protocommunication chez l’enfant de moins de 1 an. Dans cette étude une nouvelle approche apporte des nouvelles informations que nous ignorions au sujet de la naissance du langage.

Des informations datées

Certaines pseudo connaissances ont été transmises d’ouvrages en ouvrages sans qu’elles soient vérifiées scientifiquement, par exemple :

  • Ce ne serait que vers le 9e mois que les bébés commenceraient à effectuer des échanges communicatifs intentionnels avec des adultes. Avant cet âge, ses mouvements seraient purement réflexes.

  • Ce ne serait seulement à partir du 12e mois qu’ils seraient capables de coordonner le mouvement d’extension du bras et de l’index pour signaler qu’ils veulent diriger l’attention de l’adulte ou qu’ils veulent que l’adulte lui atteigne un objet.

  • Ce ne serait qu’entre les 12-18 mois que ces actes de communication se diversifient.

En réalité,cette nouvelle étude démontre le contraire. D'habitude, l’étude de la naissance de la parole chez l’enfant se centre sur l’analyse de l’interaction entre mère et enfant. Le modèle théorique universel dégagé de ces interactions met l’accent sur l’organisation de la communication à partir de l’association du regard et du geste entre l’enfant, un objet et l’adulte (c’est le concept de l’attention partagée/triangulaire ou conjointe).

Tandis que les auteurs inscrivent l’impossibilité des bébés de posséder et encore moins, de faire usage des moyens pré-linguistiques, il se trouve que cette méthode de répétition des informations ne rend plus compte de la réalité.

Mettre à jour nos démarches

La seule méthode qui permet la mise à jour de ces connaissances est l’analyse des enregistrements des interactions réelles par le recueil régulier d’un même groupe d’enfants et pendant une certaine période de temps.

Dans mon travail de recherche, je démontre que les affirmations signalant l’impossibilité de la proto-communication chez les bébés ne sont plus d’actualité.

Il ressort de ces analyses que les bébés âgés de 5 à 11 mois sont déjà capables de mettre en place plusieurs types de procédés protocommunicatifs plus riches que ceux théorisés entre mère-enfant tels que :

  • Différents types d’attention conjointe : le bébé montre de manière spontanée un intérêt vers ses partenaires et vers l'objet d'attention, aussi ils portent l'attention sur un autre bébé et non pas sur un objet.

  • Différents types d’interaction : trois enfants portent leur attention de manière simultanée sur le même objet et sur deux objets différents. Vers 6 mois peut s'instaurer une relation triangulaire, quatrilaire et cinquilaire.

  • • Différents types de proto-actes du langage : un bébé qui pointe vers un objet pour qu’un autre bébé atteigne l’objet ; les proto-requêtes, proto-expressifs, assertifs et directifs apparaissent.

Dans le champ de la linguistique, rares sont les études qui considèrent l’interaction entre pairs en très bas âge en étape pré-linguistique.

Une partie de mes travaux de recherche a consisté à filmer des bébés de 5 à 11 mois pendant 6 mois une fois par semaine. L’analyse des séquences vidéo permet de relever une liste de signes au niveau protodialogique, permettant de constater un contact bien établi entre bébés ainsi que la réussite à instaurer des échanges. Ces éléments permettent d’affirmer que les bébés de 5, 6 et 7 mois se sont engagés dans des épisodes d’attention conjointe. Ils montrent une capacité à gérer leurs contacts. Ils ont acquis un certain degré de compétences dans différents domaines comme l’attention conjointe, l’alternance des tours de parole, la synchronisation ou les interactions.

Plus de performance dans l'interaction

Les résultats de cette étude permettent par ailleurs de souligner que les caractéristiques des procédés proto-communicatifs mis en place entre bébés se révèlent plus performants que celles des procédés entre mère et enfant, inscrits et répertoriés dans la littérature ancienne.

Pour conclure, je dresse une liste des bénéfices au niveau de l’acquisition du langage et de la communication qu’entraîne la pratique des procédés proto-communicatifs entre pairs d’âge de 5 à 11 mois concernant :

  • l’attention conjointe

  • les compétences du bébé dans l’organisation du prédialogue

  • l’alternance de tours de rôles

  • la synchronie interactionnelle

  • les réactions anticipatrices

  • l’intentionnalité dans les productions vocales

  • les protoactes du langage

  • l’interaction.

Les résultats de toute recherche constituent des apports scientifiques et pratiques qui serviraient à améliorer notre qualité de vie. Que peut-on retenir de ces nouvelles recherches ?

Selon Laurent Danon-Boileau, professeur émérite de l’Université René Descartes :

« Cette considération novatrice est particulièrement intéressante du point de vue des conceptions générales de l’acquisition et de la relation de communication entre pairs et communication adulte/enfant. Elle pourrait avoir certaines incidences sur la prise en charge des très jeunes enfants. »

Quel bénéfices pratiques pourrait-on en tirer de ces nouvelles données ?

Pour aller plus loin, il faudrait un autre travail de recherche qui pourra mettre en relation les nouvelles données avec le système institutionnalisé de prise en charge du jeune enfant en travaillant directement avec des psychologues, et des personnes qui prennent en charge les enfants.

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 182,200 academics and researchers from 4,941 institutions.

Register now