La France, c’est aussi le pays du yachting

Le golfe de Saint-Tropez, point de rendez-vous estival incontournable pour tous les amateurs de yachts. RastoS / Shutterstock

Que ce soit à bord du SS Delphine où Franklin D. Roosevelt et Winston Churchill auraient négocié une partie des accords de Yalta, ou le bar du Christina O dans lequel ce même Churchill aurait rencontré pour la première fois John F. Kennedy et accueilli le mariage de Jacqueline Kennedy et d’Aristote Onassis, ou encore celui du Prince Rainier III de Monaco et de Grace Kelly, divers yachts ont marqué l’histoire du XXe siècle dans les sillons desquels est née le yachting professionnel.

Yacht, navire de haute ou de grande plaisance, yachting professionnel ou de luxe, super-yachts, mega-yachts… au-delà d’une terminologie floue et fluctuante se concentre le secteur très particulier des navires à moteurs ou à voiles de plus 24 mètres de long, armés pour accueillir des « touristes en goguette ». L’autorité de la concurrence définit le yacht comme un navire d’une longueur supérieure à 24 mètres et manœuvré par des équipages professionnels et subdivise les yachts en navire de moyenne plaisance (+ de 24 mètres), grande plaisance (+ de 40 mètres) et très grande plaisance (+ de 90 mètres). Bien que les yachts soient souvent à moteurs il existe encore de nombreuses unités de luxe à voiles comme le Maltese Falcon.

Croissance exponentielle dans les années 1990

Retraçant son étymologie dans le Jaghts néerlandais : bateau rapide employé pour la poursuite des pirates et contrebandiers dès le XIVe siècle, puis pour porter avec célérité la nouvelle du retour d’un navire marchand, l’emploi récréatif des yachts aurait véritablement commencé au XVIIIe siècle alors que le roi Charles II d’Angleterre organisait de nombreuses régates de yachts pour se distraire.

Restant majoritairement un privilège de la royauté et de la noblesse dans les décennies qui suivirent, c’est notamment sous l’impulsion de l’armateur Aristote Onassis et de ses frasques fort médiatisées à bord du Christina O, en compagnie de Maria Callas, Marilyn Monroe, Frank Sinatra… que le yachting tel qu’on le connaît actuellement a commencé à se développer en méditerranée dans les années 1950.

Le Christina O. Stef Bravin/Propriété de Morley Yachts, CC BY-NC-SA

Le développement de ce secteur poussa les courtiers de yachts français à se réunir pour former au début des années 1980 la Mediterranean Yacht Broker Association (MYBA, aujourd’hui the Worldwide Yachting Association) créant des standards de location de ces navires et recensant dans des bases de données l’essentiel des yachts disponibles à la location en Méditerranée.

La location connue sur ces bases une croissance exponentielle à partir des années 90, qui ne faiblit guère de nos jours, bien au contraire, alors que l’acteur historique MYBA se voit désormais concurrencé par de nouveaux intervenants comme la Large Yacht Brokers Association (LYBRA). C’est ainsi que voguent sur les mers « les jouets » de luxe les plus opulents de notre époque.

Louer un palace flottant pour les vacances

Alors qu’un yacht de 40 mètres de long coûte en moyenne 12 millions d’euros, ceux qui dépassent les 100 mètres de long peuvent atteindre plus de 200 millions d’euros à l’achat auxquels s’ajoutent des frais d’entretien qui sont en moyenne de 10 % du prix d’achat initial, par an. Au regard de ce gouffre financier, de nombreux propriétaires de yachts optent pour immatriculer leur navire sous un pavillon commercial, entraînant d’importants avantages financiers mais obligeant corrélativement à affecter ces navires, au moins partiellement, à une activité commerciale. Pour pallier cette difficulté est née une base très importante de yachts proposés à la location (plus couramment appelé charter). En mai, parallèlement au Festival de Cannes, débute ainsi chaque année la saison du yachting en Méditerranée qui se poursuivra jusqu’en septembre.

Il suffira alors à un client intéressé par des vacances à bord d’un yacht de s’adresser à un courtier (couramment appelé yacht broker) qui aura la charge de trouver un navire s’adaptant, au budget, disponibilité, qualité et destination souhaitée puis négocier avec le propriétaire du navire ou le gestionnaire de la commercialisation du navire appelé le central agent.

Yachts dans le port Cannes, dont le festival de cinéma annuel ouvre la saison en Méditerranée. Pxhere, CC BY

Le prix de la location très variable de ces navires, selon notamment leurs tailles et les services proposés, évolue dans une fourchette de quelques milliers d’euros à plusieurs centaines de milliers d’euros la semaine. Par exemple, la location du Lady S exigera de débourser la bagatelle de 1 470 000 euros pour profiter de ses diverses installations comme un hammam ou une salle de cinéma. Mais les plus méfiants préféreront peut-être le navire Eclipse avec ses vitres pare-balles, son système anti-missiles, anti-paparazzi, ses deux pistes d’hélicoptères et son sous-marin !

Plus de 2 000 litres/heure

Par ailleurs, le prix de la location ne représente qu’une part des frais engagés pour une traversée à bord de l’un de ces navires. Le coût du carburant, de la nourriture, des taxes portuaires, la TVA ou encore du pourboire de l’équipage… viendront alourdir la note finale de ces vacances dorées. La question de la TVA a d’ailleurs fait l’objet d’une récente évolution. Alors que pour soutenir le secteur du yachting, l’État français a pendant de nombreuses années exempté de TVA les locations des yachts commerciaux ; jusqu’à ce qu’une condamnation de la France par la Cour de justice de l’Union européenne ne vienne grandement réduire le champ de ces exemptions en 2013.

Le yacht Lady S vu du ciel à Portofino, en Italie.

Ce point est très loin d’être négligeable, car les exemptions touchaient par exemple l’achat du carburant, là où certains navires peuvent consommer plus de 1 000 litres/heure de diesel, comme le Mangusta 165 qui peut atteindre une consommation de 2 100 litres/heure ! Cependant, les montants astronomiques de ces locations n’épargnent pas les clients des tracas habituels de tous voyageurs. L’affaire du Cardigrae VI, illustre ces difficultés : les passagers subirent des problèmes de moteurs, de climatisation, d’alimentation en eau et des retombées de suie lors de leur charter d’un coût de presque 300 000 dollars !

Ces tarifs ne donneront pas non plus une liberté absolue à bord, en effet, le port des chaussures ou la cigarette est rigoureusement interdits à l’intérieur des yachts.

Pas plus de 12 à bord !

De plus, contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, ce sont des palaces à la capacité d’accueil très restreinte puisque la réglementation en vigueur limite le plus souvent à 12 le nombre maximum de passagers à bord pendant la navigation (ou jusqu’à 36 passagers pour certaines unités exceptionnelles). Mais peu de risque de sentir seul, car cette réglementation ne compte pas les membres d’équipage. C’est ainsi que le Lady Moura pourra vous accueillir avec ses 61 membres d’équipage !

Pour cette raison, l’essentiel des cérémonies ou autres festivités nécessitant l’accueil d’un grand nombre de passagers ne s’effectue jamais en navigation mais systématiquement quand le navire est amarré, hypothèse dans laquelle les yachts ne connaissent pas les mêmes limitations, c’est ce que l’on nomme un static charter.

À bord des yachts de luxe, le personnel est parfois plus nombreux que les passagers. MikeDotta/Shutterstock

Toutefois, il est erroné de croire que la pratique du yachting professionnel soit uniquement réservée à une élite financière ; plusieurs yachts proposent des locations de cabines pour quelques centaines d’euros par nuit et par personne par exemple le Callisto.

276 millions de chiffre d’affaires en France

La flotte mondiale de yachts est composée de plus 6 000 unités dont la moitié sillonne les rivages de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur pendant la période estivale. Les destinations phares du yachting sont en effet, en plus de la Corse, les différents ports allant de Saint-Tropez à Monaco en passant par Antibes et son célèbre « quai des milliardaires », Cannes ou encore Golfe-Juan.

CCI Nice-Côte d’Azur

Le yachting représente ainsi plus de 400 entreprises principalement ancrées dans la région PACA employant plus de 1 800 personnes en emplois directs, pour 276 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2016. Ce secteur offre de nombreuses perspectives d’emplois permanents ou saisonniers. Un navire de 40 mètres comptera en effet usuellement un équipage de 8 personnes : un capitaine ou skipper, un second, un chef de cuisine, un mécanicien, deux marins et deux stewards ou stewardess. Il donne une place de choix pour de nombreux professionnels souhaitant naviguer mais aussi aux techniciens qui préfèrent rester à terre (chantiers de constructions, de réparations, réfections/refit, etc.).

Les pouvoirs publics cherchent aujourd’hui à favoriser ces emplois. L’Établissement national des invalides de la marine (ENIM), en charge de la sécurité sociale des marins, s’attèle par exemple à réduire les inégalités entre les travailleurs en s’assurant par des évolutions récentes que chaque marin résidant en France puisse bénéficier de standards minimums de protection sociale quel que soit sa nationalité, alors qu’auparavant les armateurs pouvaient préférer employer des travailleurs étrangers moins coûteux pour l’employeur en l’absence d’obligation de protection sociale.

Le Lady Lau à proximité du port de Bonifacio (Corse-du-Sud, France). Myrabella/Wikimedia, CC BY-NC-ND

Tout est donc réuni pour accompagner au mieux la multiplication actuelle des projets en faveur du yachting dans la région PACA. Parmi ces initiatives, citons par exemple La Ciotat qui prépare la construction d’ici 2024 d’un village d’entreprises dédiées au yachting s’étendant sur 32 000m². La ville de Marseille participe de son côté à un projet de 77 millions d’euros à destination du yachting, tandis que la ville de Sète envisage la construction de 12 places de port pouvant accueillir des yachts de plus 100 mètres de long.

Le yachting donne ainsi l’occasion de faire rayonner la France à l’international par le biais de ses entreprises d’exceptions comme le chantier JFA Yachts qui a été récompensé par le ministère de l’Économie et des Finances du label « Entreprise du patrimoine vivant », qu’il partage désormais avec des marques telles que Chanel et Hermès.

Un pavillon alternatif français

La plupart des yachts dans le monde arborent la « Red ensign ». Pavel Lysenko/Shutterstock

Bien que la Méditerranée soit le théâtre principal de la navigation de luxe, 80 % de la flotte mondiale des yachts s’immatricule auprès des pavillons de la Red ensign, qui regroupe les pavillons de divers territoires britanniques offrant une réglementation douanière, fiscale et sociale avantageuse. L’immatriculation des yachts représente une manne financière et créatrice d’emplois non négligeable. Ainsi, les yachts ont eu une place particulière dans la création en 2006 du Registre international français (RIF) : pavillon français alternatif dont l’État a montré une volonté forte de promouvoir. Cette volonté a d’ailleurs été récompensée car on recense une récente augmentation du nombre de yachts immatriculés sous ce pavillon alternatif français.

Au regard de l’importance économique de ce secteur, il n’est guère plus étonnant que le yachting ait été récemment impliqué dans la guerre commerciale que se livrent les États-Unis et l’Union européenne, alors qu’une taxe de 25 % a été instauré sur l’importation des navires de construction américaine en représailles des taxes américaines imposées par l’administration Trump sur l’importation de l’aluminium et de l’acier.

La posidonie de Méditerranée, première victime de la flotte de yachts. Alberto Romeo/Wikimedia, CC BY

Cependant, en dépit de ces perspectives et de l’importance du yachting pour la région PACA, les pouvoirs publics ne semblent pas négliger les enjeux écologiques, comme le montre la publication prochaine d’un arrêté venant fortement limiter l’amarrage des yachts en Méditerranéen pour la préservation des herbes de posidonie, ce qui n’est pas sans susciter l’émoi et la crainte des plaisanciers.

Mais le yachting est également l’occasion de voir fleurir des projets qui se veulent favorables à l’environnement comme le REV, yacht en construction et qui se fixe pour objectif de collecter 5 tonnes de déchets plastiques par jour. L’homme libre chérira la mer mais on lui demande maintenant également de la protéger…