Menu Close
Des femmes et un homme portent des habits rouge dans une manifestation
Manifestants argentins lors d'une manifestation contre la violence faite aux femmes, en 2007. Ils portent des photos de victimes de féminicides. (AP Photo/Natacha Pisarenko)

La maison est l’endroit le plus dangereux pour les femmes… mais il y a un lien avec la violence publique

En 2018, le magazine Time publiait un reportage, intitulé « La maison est le lieu le plus dangereux pour les femmes », qui a connu un retentissement international. Il résonne chaque année durant « Les 16 jours d’activisme contre la violence basée sur le genre », un événement qui débute tous les 25 novembre.

Pour son reportage, Time s’inspirait d’une étude récente de l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime. Elle révélait que 58 % des féminicides en 2017 avaient pour auteur un partenaire ou un parent. Mais il n’en demeure pas moins troublant que ce soit généralement des hommes qui commettent le reste des féminicides, c’est-à-dire les 42 % perpétrés en dehors du cercle intime de la victime.

Or, ces deux formes de violence, privée et publique, se renforcent mutuellement. Le lien entre les deux contribue à entretenir les structures patriarcales qui maintiennent les femmes et les filles « à leur place », aussi bien à la maison qu’en public.

Le fait que la maison soit le « lieu le plus dangereux » pour les femmes et les filles est une information vitale, susceptible de contribuer à assurer leur sécurité et à prévenir les féminicides. Et l a pandémie, qui a forcé le confinement de millions d’entre elles à domicile, a encore renforcé cette certitude.

La menace de la violence publique

Selon les recherches sur la peur de la criminalité, les femmes et filles craignent davantage la menace de violence en public que celle qui pourrait venir des hommes de leur entourage.

Dès le plus jeune âge, elles apprennent à se méfier des étrangers, et à les craindre. Mais en apprenant très tôt à se protéger des inconnus, elles baissent la garde face au danger émanant des hommes qu’elles connaissent.

Et cette violence domestique n’en est pas une qu’elles peuvent prévenir en adaptant leur routine ou leurs activités quotidiennes. Celles qui ne rentrent pas chez elles — quand elles ont un foyer — s’exposent à la violence publique. « Mieux vaut un danger que l’on connaît » — cet adage, un peu cliché, n’en demeure pas moins une réalité pour trop de femmes et filles.

Des femmes manifestent en tenant des pancartes’
Des militantes pakistanaises manifestent pour condamner la violence envers les femmes en juillet 2021. (AP Photo/K.M. Chaudhry)

Or, ce qui renforce la violence privée — au foyer ou provenant de partenaires ou parents —, c’est justement la violence publique. Celle-ci s’exprime l’expérience quotidienne de la menace, de la misogynie, d’injures et de sévices perpétrés par des hommes à leur endroit. Ces épreuves, qui limitent leurs mouvements et leurs activités, font partie d’une stratégie d’enfermement qui les tient proches du domicile.

Ce système reste en place malgré ce qu’en disent les autorités politiques, policières et juridiques et malgré les opinions personnelles de bien des hommes. Il suffit d’observer le niveau de violence verbale que subissent les politiciennes, les journalistes et autres personnalités féminines, en ligne et en personne, pour saisir qu’elle vise à rappeler aux femmes qu’elles doivent rester à leur place. Sauf que cette place — le foyer — n’est souvent guère mieux et parfois pire.

Les femmes et les filles se protègent

En mars 2021, l’enlèvement, le viol et le meurtre de la Britannique Sarah Everard aux mains d’un policier londonien, récemment condamné, a encore révélé brutalement le lien quasi invisible entre ces deux formes de violence.

« Un événement rare », ont répété de nombreux médias dans la couverture gigantesque qui a envahi les fil de presse.

Certes, la proportion de femmes et filles tuées par des inconnus reste faible — un fait bien documenté un peu partout, y compris au Canada. Mais voici ce que personne ne dit : si la statistique est si basse, c’est d’abord grâce aux mesures et aux gestes posés par les femmes et les filles elles-mêmes pour se protéger.

Or, il n’en demeure pas moins que certaines courent plus de risques en raison d’inégalités bien ancrées ou faute de ressources. Par exemple, il est reconnu que les transports en commun comportent des risques, qu’il est possible de prévenir en évitant les heures tardives, par exemple, ou n’utilisant que son propre véhicule (si on peut se le payer). Mais en bien des endroits, l’absence de service de transports en commun en place aussi plusieurs en situation de dépendance vis-à-vis des autres, souvent des hommes et même des inconnus.

Quel que soit leur statut social, la plupart des femmes consacrent une part de leur journée et de leurs ressources mentales (consciemment ou non) à adapter leurs faits et gestes quotidiens de manière à assurer leur sécurité. Malheureusement, plusieurs échouent dans leurs efforts.

Et le racisme vient encore empirer les menaces violentes et misogynes, particulièrement pour les femmes et filles noires, autochtones et d’autres minorités racisées.

Un homme et une femme essuient leurs larmes
L’émotion était vive lors des cérémonies marquant la publication du rapport de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées à Gatineau en 2019. La Presse canadienne/Adrian Wyld

Les violences privées et publiques se renforcent mutuellement

L’augmentation des injures et de la violence en ligne vient encore exacerber la situation. Pour celles qui en sont la cible, ça n’est encore qu’une autre forme de violence dans un nouvel emballage, mais dont il est de plus en plus difficile de se protéger.

L’erreur serait de vouloir combattre la violence dans une sphère au détriment de l’autre, car les deux sont intimement liées. Les menaces et la violence, privées ou publiques, se renforcent mutuellement. Elles œuvrent de concert pour tenir les femmes et les filles « à leur place » — celle que prescrivent les structures sociales patriarcales.

On est encore loin de l’égalité des sexes. Et la pandémie de Covid-19 est venue compromettre les progrès accomplis. Car les femmes et les filles, en cherchant comme tout le monde à se protéger du coronavirus, finissent par s’exposer davantage à la violence masculine à domicile ou en public, une violence qu’elles éprouvent de manière aiguë dans toutes les sphères de la vie.

This article was originally published in English

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 156,300 academics and researchers from 4,519 institutions.

Register now