La sortie du charbon amorcée (presque) partout dans le monde

Dans l’Union européenne, huit États-membres (dont la France) ont décidé de supprimer la production d’électricité à partir du charbon d’ici à 2030. Shutterstock

En 2019, nous expliquions pourquoi la consommation de charbon dans le monde était à la hausse. Les annonces récentes de plusieurs gouvernements sur leur plan de sortie du charbon, les fermetures avancées de vieilles centrales électriques ou encore le gel de certains projets en construction indiquent peut-être une inversion de tendance dans les années à venir. Ces signes encourageants annoncent-ils la fin du charbon dans le monde ?

À partir des différentes bases de données et informations centralisées par le bureau d’études spécialisé dans le domaine de l’énergie Enerdata, nous décryptons les grandes tendances mondiales du charbon à court et moyen terme.

1,3 % en 2019, un tournant décisif

Selon les dernières estimations d’Enerdata, la consommation mondiale de charbon aurait diminué de 1,3 % en 2019 (alors qu’elle augmentait de 0,9 % en 2018). L’inversion de cette tendance est principalement due à une chute de son usage aux États-Unis (-9 %) et en Europe (-4 %).

Aux États-Unis, la consommation de charbon a en effet atteint son niveau le plus bas depuis 40 ans, s’expliquant par la fermeture de centrales électriques au charbon (15 GW de capacité fermée en 2018), des normes d’émissions plus strictes et la disponibilité de gaz naturel moins cher pour la production d’électricité. En Europe, elle a décliné pour la septième année consécutive, en raison des politiques climatiques, du développement d’autres énergies (renouvelables et gaz) et de l’augmentation du prix de la tonne de CO2 au sein de l’Union européenne.

Ailleurs dans le monde et particulièrement en Asie, toutefois, le recours au charbon augmente. Sous l’impulsion de la production dans certains secteurs électro-intensifs (acier, ciment et produits chimiques), la Chine ne parvient pas à réduire sa dépense de charbon malgré le ralentissement de son économie.

Au moment où les pays industrialisés tentent d’atténuer leurs émissions de CO2, le Japon fait bande à part et prévoit la construction de 22 nouvelles centrales à charbon. Une conséquence involontaire de la catastrophe de Fukushima, qui a contraint le pays à mettre fin à son programme d’énergie nucléaire.

D’ici 2030, 8 pays européens se détourneront du charbon

Dans l’Union européenne, huit États membres (dont la France) ont décidé de supprimer la production d’électricité à partir du charbon d’ici à 2030.

Leur production d’électricité représente 22 % de la production totale d’électricité au charbon de l’UE. En outre, l’Allemagne qui produit un tiers de son électricité à partir du charbon (et contribue à 38 % de la production d’électricité au charbon de l’UE), a approuvé fin janvier 2020 un projet de loi visant à stopper ce type d’électricité d’ici à 2038 et entend fermer 40 % de sa capacité charbon d’ici à 2030. Les autres pays de l’UE ne se sont pas engagés : la Pologne, notamment, qui produit aujourd’hui 78 % de son électricité à partir du charbon.

En dehors de l’Union, le gouvernement britannique a avancé d’un an la date de sortie du charbon prévue maintenant en octobre 2024.

Figure 1 : Plans de sortie de charbon et part du charbon dans le mix électrique par nation en 2018. Carine Sebi (données Enerdata)

Engagement des secteurs énergétique et financier

Au-delà de ces annonces gouvernementales, certaines entreprises clés du secteur envisagent également le retrait ou l’arrêt de centrales charbon. Le distributeur d’électricité et de gaz américain PSEG a présenté cet été sa vision Powering Progress, dans laquelle il prévoit de fermer ou de vendre l’intégralité de son parc de centrales électriques au charbon d’ici 2021, soit un retrait d’une capacité équivalente à 2 400 MW. Son homologue espagnol, Endesa, a décidé de fermer toutes ses centrales au charbon en Espagne et au Portugal (soit 5 800 MW ou l’équivalent de la consommation en électricité hors chauffage et eau chaude de 4,6 millions de ménages en France, dont 50 % d’ici 2022).

Les banques d’investissement publiques et privées dévoilent également leur stratégie en matière de climat et politique de prêts dans le secteur de l’énergie, qui exclut les financements de projets charbon, en raison de la pression exercée par les régulateurs de la finance et du risque d’entacher leur réputation.

C’est le cas par exemple de la Banque européenne d’investissement qui ne soutiendra plus les projets d’énergie fossiles (y compris du gaz naturel) d’ici à 2021. Au Japon, la banque d’investissement MUFG, l’un des plus grands bailleurs de fonds au monde pour le charbon, s’est elle aussi engagée à cesser le financement de tels projets.

En regardant de plus près l’état d’avancement des projets en construction, on se rend compte du nombre grandissant d’annulations de centrales électriques au charbon. Sur la capacité mondiale additionnelle prévue d’ici à 2030 (soit ~300 GW), 21 % est gelée ou annulée, avec une part non négligeable en Asie (14 % pour la Chine et l’Inde par exemple).

Figure 2 : Capacités agrégées des futurs projets de centrales charbon prévus par région du monde. Carine Sebi (données Power Plant Tracker, Enerdata), CC BY-NC-SA

Réduire la dépendance des plus gros producteurs et consommateurs

En plus d’annuler la construction de nouvelles centrales, de gros pays consommateurs de charbon se défont de cette énergie pour produire leur électricité. La Corée du Sud a adopté un moratoire pour la construction de nouvelles centrales charbon et a également prévu de fermer jusqu’à 15 de ses centrales cet hiver (soit 2600 MW, soit 2,2 % de sa capacité totale installée) pour limiter la pollution ambiante.

Les pays charbonniers ont également entamé une forte réduction de la part du charbon dans leur mix. L’Afrique du Sud, dont 73 % de la production d’électricité provient de cette source d’énergie, fermera près de 30 % de sa capacité d’ici à 2030 et réduira la part du charbon dans sa capacité installée à 45 % en 2030. L’Indonésie (60 % de charbon dans le mix électrique) prévoit de fermer et de remplacer toutes les centrales charbon de plus de 20 ans par des centrales renouvelables, sans préciser d’échéance.

De la même manière, l’Australie clora toutes les centrales au charbon (63 % du mix) d’ici à 2040. Enfin l’Inde, dépendant à 72 %, souhaite réduire cette part à 50 % d’ici à 2030.

Les raisons du tournant

Dans l’actualité « charbon », on note également que de plus en plus de vieilles centrales charbon (les plus polluantes) fermeront plus tôt que prévu, fermetures prématurées poussées par les alertes climatiques par exemple en Corée du Sud, aux Pays-Bas, mais aussi en Chine.

Malheureusement, les fermetures prévues ne compenseront pas les projets actuellement en cours dans le monde. Si l’on compare les capacités cumulées des centrales en construction avec celles qui vont fermer, on ne note une diminution nette des capacités charbon qu’en Europe, en Amérique Latine et en Amérique du Nord.

Figure 3 : Capacités agrégées des centrales charbon en fermeture et en construction par région dans le monde. Carine Sebi (données Enerdata), CC BY-NC-SA

Dans d’autres régions du monde, la réduction de la consommation du charbon est plutôt due à la découverte et la substitution par d’autres ressources. Par exemple le Maroc ou l’Égypte, qui optent pour des importations de gaz, ou le Chili, qui prévoit une sortie d’ici 2040 avec une fermeture d’un tiers de sa capacité charbon d’ici à 2024. Israël annonce également une sortie définitive du charbon à 2025 du fait de découvertes abondantes de gaz. Le recul du charbon observé aux États-Unis s’explique par le développement et l’abondance d’une autre énergie carbonée, à savoir le gaz de schiste.

Les alertes sur la pollution et le climat, ainsi que les plans nationaux énergétiques, sensibilisent les acteurs privés et les incitent à trouver de nouvelles solutions. La justice kényane a décidé de bloquer un projet contesté de construction d’une centrale de production électrique à charbon (981 MW), à Lamu, un site classé au patrimoine mondial de l’Unesco.

Même si les fermetures des vieilles centrales charbon ne compenseront pas les constructions à venir, ces engagements des plus gros pays consommateurs et producteurs de charbon amorcent la sortie du charbon dans le monde. Mais le déclin du recours au charbon actuellement observé est aussi lié à des phénomènes exogènes conjoncturels.

Le ralentissement de la croissance en Inde a provoqué en 2019 la première baisse de production d’électricité à partir de charbon depuis dix ans (-2,5 %). De la même manière, l’épidémie actuelle de coronavirus fait déjà chuter les émissions de CO₂ de façon spectaculaire.


Bruno Lapillonne, directeur scientifique d’Enerdata, bureau d’études spécialisé dans le domaine de l’énergie, a participé à la rédaction de cet article.

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 108,800 academics and researchers from 3,575 institutions.

Register now