La tentation du frugalisme

Prendre sa retraite à 40 ans, c'est l'objectif des frugalistes. Leonie Fahjen/Pexels

Le frugalisme est dérivé de l’adjectif masculin frugal (du latin frugalis), qui signifie sobre. Ce terme, généralement utilisé pour qualifier le mode de vie d’une personne qui se « nourrit de peu, qui vit d’une manière simple », décrit en 2018 une tout autre réalité. Le frugal représente un individu qui décide de prendre sa retraite de manière précoce (early retirement), à partir de 35 ans environ.

Le principe du frugalisme

Mouvement né aux États-Unis (un des ouvrages fondateur du mouvement y a été publié), il prône la déconsommation à travers un mode de vie simple. En France, vivre suivant les préceptes du frugalisme semble encore très anecdotique et/ou témoigne de la volonté de ses membres de ne pas médiatiser leur mode de vie, comme ceux rencontrés au fil de nos travaux de recherche. Nous avons croisé la route d’une dizaine de frugalistes qui s’ignoraient : ils ont fait fortune dans les jeux d’argent en ligne, en investissant dans les métaux précieux ou encore en vivant de la perception de loyers immobiliers.

Ils ont pu s’extraire du modèle de productivité grâce à leur capacité à jouir des avantages économiques de ce dernier. En d’autres termes, ils ont été capables de réduire leur budget mensuel (et d’épargner davantage), d’investir leurs économies (placements financiers, boursiers ou immobiliers), tout en se projetant dans l’organisation d’un nouveau quotidien (vivre en autogestion ou construire une maison sur un autre continent par exemple) où l’argent économisé, et/ou placé, doit leur assurer de pouvoir vivre leur vie de frugaliste. En faisant preuve d’ingéniosité et de créativité, ils opèrent un calcul stratégique par rapport aux efforts qu’ils doivent déployer pour atteindre leurs objectifs d’indépendance financière (principe de l’individualisme méthodologique de R. Boudon).

Et si le frugal de 2018 était le rentier de la fin du siècle dernier ?

Le rentier désigne un individu « qui perçoit une ou des rentes, c’est-à-dire qui vit sans travailler de ses seuls revenus ». Plus précisément, le frugaliste profite d’une rente dite de « situation », c’est-à-dire un « avantage, privilège dont le bénéficiaire profite depuis longtemps et qu’il finit par considérer comme un droit acquis ».

Lorsque l’on s’intéresse aux profils socio-économiques de ces « retraités précoces », malgré des destins différents, des points communs se dessinent : issus des classes moyennes, diplômés de niveau bac à bac+3, entrepreneurs, touchant des revenus annuels entre 35 et 75 000 euros, bénéficiant du soutien de leurs proches afin de rendre possible cette transition de vie (hébergement, conseils d’épargne, gestion du patrimoine ou activités financières). Des récits fédérateurs voient le jour sur les réseaux sociaux où des figures emblématiques comme Monsieur Money Moustache explicitent les « ficelles » de ce style de vie afin d’accompagner de futurs candidats au frugalisme. Loin d’être isolés, ils s’organisent en réseaux. Aux États-Unis, un mouvement dont l’acronyme anglais est « FIRE » pour « indépendance financière retraite anticipée », propose un accompagnement pédagogique pour ceux qui veulent se lancer dans l’aventure.

Dans cette même logique, des frugalistes proposent leurs services et leurs expertises payantes afin de guider les futurs appelés dans la construction de leurs projets de vie (meilleurs placements financiers, stratégies boursières, etc.).

Portrait d’un frugaliste : le récit de vie d’Hervé, le bourguignon qui vit au Laos

La maison en construction d’Hervé au Laos. La photographie a été transmise par Hervé.

Suivant le principe de la sérendipité, en mars 2017, lors d’un voyage en TGV qui reliait Paris à Lausanne, nous avons rencontré un frugaliste, Hervé, aujourd’hui âgé de 50 ans. Il n’avait pas conscience de faire partie de ce mouvement, mais il a accepté de répondre à nos questions et de revenir sur les motivations qui l’ont conduit à quitter sa Bourgogne natale pour le Laos. Ce changement de vie a semble t il été motivé par son burn-out de 2012. Hervé explique :

« Suite à un premier voyage au Laos en 2012, j’ai décidé de vivre là-bas, je suis même en train de faire construire une maison. Je reste gérant de ma société, même si c’est mon fils qui est aux commandes, ce qui me permet de percevoir un salaire mensuel. En plus, à compter de 2019 j’aurai des revenus immobiliers, car la SCI qui chapeaute les terrains et les bâtiments de ma société est dégagée de tout emprunt ».

La photographie représente la vue dont jouit Hervé dans sa maison au Laos. La photographie a été transmise par Hervé.

Nous avons également essayé de comprendre quelle était sa perception du frugalisme. Loin de se reconnaître dans celui-ci, il l’analyse comme un énième phénomène de mode :

« On dirait les nouveaux bobos qui ont trouvé comment faire chier leurs voisins. Pour moi, à part certains perchés ou illuminés qui souhaitent vivre d’amour et de guitare autour d’un feu de camp, il n’y a pas de « mouvement ». Chacun tire la couverture à soi dans les pays industrialisés, plus tu gagnes, plus tu es égoïste ».

Au-delà des valeurs individuelles qu’il attribue au frugalisme, Hervé dénonce les contradictions des adeptes qui se revendiquent de ce mouvement :

« Monsieur Moustache nous prend pour des cons et il l’écrit… Le mec qui donne des astuces pour ne pas mettre la clim dans sa bagnole équipée d’une clim. Bref, c’est comme l’histoire de la pouffe qui gueule après les hors-bord parce qu’ils détruisent les coraux, mais qui est venue en avion sur l’île et loge au Sofitel ».

Photographie des travaux de la maison d’Hervé au Laos où il est aidé par un habitant du village.

La quête du bonheur : valeur refuge en temps de crise ?

Alors que le syndrome du postmodernisme pousserait l’individu à vivre dans l’instantanéité et à ne plus croire en l’avenir, les frugalistes semblent avoir réussi le tour de force d’ériger en réussite sociale le fait de capitaliser sur les ressources financières et sociales dont ils disposent afin de pouvoir vivre sans travailler. L’évolution des modèles de consommation que l’on observe (phénomène de déconsommation ou de double consommation) auraient-ils permis la transformation de la figure de l’homme d’affaires du « Culte de la performance » des années 90 décrit par A. Ehrenberg, en celle d’un individu humaniste au mode de vie vertueux ?

Le modèle de fonctionnement sur lequel repose le frugalisme s’apparente à celui décrit par M. Abrous au sujet des intermittents du RMI. La sociologue décrit les itinéraires de porteurs de projets artistiques qui ont fait le choix de penser leurs parcours professionnels grâce au « chômage indemnisé ou au RMI », faisant effet « d’amortisseur » de la pauvreté. Les frugalistes eux, font le choix d’inscrire leur parcours professionnel non plus dans une stratégie carriériste (long terme), mais dans une accumulation de capitaux (court terme) qui va leur permettre de développer des projets de vie non contraints par l’argent (long terme) et où leurs rentes font office d’amortisseur. Un processus en 4 phases se dessine dans les récits de vie des frugalistes : entrée dans le monde professionnel (vers 20 ans), accumulation d’actifs et volonté de se créer une nouvelle réalité (de 20 à 30 ans), départ volontaire en retraite anticipée (aux alentours de 35 ans), pérennité du nouveau mode de vie (40 ans et plus).

D’une société postmoderne à une société de projets ?

Le frugalisme peut alors être entrevu comme la réponse individuelle aux injonctions paradoxales de la société postmoderne : réussir sa vie (pas seulement professionnelle mais dans tous les domaines) en s’inscrivant dans une démarche de développement personnel guidée par une quête de sens nécessaire à l’atteinte du bonheur. Alors que l’argent s’érige en « religion monétaire » (pour reprendre la terminologie de David Chidester) pour le frugaliste, d’autres typologies d’individus prônent également un mode de vie alternatif et modeste : il s’agit des adeptes de la société de projets, théorisée notamment par des auteurs comme Anders Fogh Jensen (2012) ou Pierre Colombot (2011) – tous deux auteurs de manifestes non accessibles en ligne. Ils prônent, comme certains auteurs de la décroissance, plus de souplesse de la part des institutions sur la capacité des individus à entreprendre (règlements, normes, lois, impôts, etc.) afin de pouvoir libérer les énergies qui, lorsqu’elles écloront, œuvreront « au plus grand profit de l’intérêt général » (citation extraite du manifeste de Pierre Colombot).

Alors que certains voient dans le postmodernisme une diminution de la confiance envers les systèmes abstraits (règles, institutions) au profit de la construction d’un soi émotionnel, les frugalistes (une nouvelle catégorie de consommateurs) seraient en passe de se réapproprier ces valeurs afin de redéfinir les contours du bonheur.

Bienvenue dans l’ère du frugalisme, où l’argent permettrait d’accéder à un paradis perdu et où l’état de nature serait possible, loin de toutes contraintes financières (du moins en apparence) !