Menu Close

Le débat sur la valeur travail est une nécessité

Débattre de la notion de travail devrait questionner la centralité même de ce dernier dans nos vies par rapport à d'autres enjeux, comme la famille, l'intime, la place du politique. Sarah CHai/Pexels, CC BY-NC-ND

CC BY-NC-ND

« Controverses » est un nouveau format de The Conversation France. Nous avons choisi d'y aborder des sujets complexes qui entraînent des prises de positions souvent opposées, voire extrêmes. Afin de réfléchir dans un climat plus apaisé et de faire progresser le débat public, nous vous proposons des analyses qui sollicitent différentes disciplines de recherche et croisent les approches.

La série « travail » s'attache à décrypter des aspects improbables, parfois inconnus ou impensés autour de cette notion actuellement au cœur des débats politiques.


La question du travail est au cœur de questions brûlantes d'actualité telles que la réforme des retraites, l'utilisation industrielle de l'intelligence artificielle ou bien encore la remise en cause du modèle productiviste.

Paradoxalement ces multiples interrogations sur les évolutions concrètes du travail ont lieu au moment même où le travail continue à être présenté comme une valeur morale indiscutable et cela de la gauche à la droite de l'échiquier politique.

Tout se passe comme si les débats nécessaires sur les transformations de la place du travail dans notre quotidien étaient limités voire empêchés par un consensus non interrogé, une doxa, sur la centralité indépassable du travail pour avoir un revenu, pour s'émanciper, pour créer de la solidarité, etc.

Et pourtant accepter de débattre sur la place du travail dans la société de demain est sans doute un préalable à toute bifurcation nous permettant de remédier à la triple crise économique, démocratique et écologique que nous vivons.

Définir l'espèce humaine

Le travail, activité visant à transformer son environnement, peut être perçu comme l'élément qui définit la spécificité humaine. L'homme en créant par le travail les conditions de son existence se différencie ainsi de l'animal soumis aux aléas de la nature. Simultanément le travail comme effort pour aller au-delà de soi-même est perçu comme un moyen d'émancipation. Dans ces conditions, le travail comme valeur morale reste central alors même que le travail comme activité économique n'obéit plus à la même nécessité qu'autrefois du fait de l'évolution technologique.

Déjà l'ouvrier spécialisé a été remplacé par la machine dans de nombreuses entreprises et nous sommes aujourd'hui avec l'intelligence artificielle au début de questionnements quant à l'avenir des activités intellectuelles. Cette tension entre la raréfaction du besoin de travailler pour produire de la richesse économique et le consensus autour de la nécessité de travailler et l'une des sources, dans nos sociétés, de dégradation de l'emploi (défini comme du travail rémunéré).

Faute d'envisager une diminution drastique du temps de travail et de décorréler obtention d'un revenu et emploi, nous assistons à une lente dégradation de la qualité et de l'intérêt du travail : précarisation, parcellisation des tâches, etc.

Cela se traduit par des phénomènes comme «les bull shit jobs» mis en évidence par l'anthropologue David Graeber, le «quiet quitting» (faire le minimum dans l'emploi qu'on occupe), la souffrance au travail, ou la grande démission. Cela participe aussi à l'opposition des Français au report de l'âge de la retraite et à la montée d'un ressentiment vis-à-vis des élites économiques mais aussi politiques ce qui alimente la crise démocratique.

Le travail contre la démocratie?

Certains, qui ont la chance d'exercer des métiers intéressants et rémunérateurs semblent défendre la dimension émancipatrice du travail alors que, dans les faits, ce qu'ils défendent réellement c'est l'obligation faite à des personnes peu qualifiées d'accomplir des tâches pénibles et non porteuses de sens qu'ils ne veulent pas accomplir.

Homme triste avec cravate
Aujourd'hui, on assiste à une colonisation du temps consacré à l'activité économique sur les autres temps sociaux. Andrea Picquadio/Pexels, CC BY-NC-ND

Ce phénomène, que le philosophe André Gorz nomme «dualisation salariale» est dangereux pour la démocratie car il éloigne l'horizon d'égalité. Cette dualisation salariale se couple avec l'idée de subordination propre à tout contrat salarial. Pour le dire autrement, on défend l'idée morale d'un travail émancipateur qui se traduit par un contrat salarial producteur d'inégalités et réducteur d'autonomie.

Or la démocratie est auto nomos (autonomie) la capacité à faire et défaire collectivement les normes qui nous gouvernent comme le rappelait Cornélius Castoriadis.

Être libéré du travail pour participer à l'activité essentielle : la politique

En effet, la valorisation morale du travail semble une donnée intemporelle, naturelle, alors que dans la Grèce antique, quand on parlait de valeur on discutait du beau, du bien ou du vrai mais pas du travail. D'ailleurs, ainsi que le soulignait la philosophe Hannah Arendt, il fallait même être libéré du travail pour participer à l'activité essentielle : la politique

Aujourd'hui, au contraire, à travers le télétravail on assiste à une colonisation du temps consacré à l'activité économique sur les autres temps sociaux.

Ce temps consacré à l'économique est d'autant plus important que nous sommes rentrés dans une économie de l'attention qui occupe une large part de nos loisirs. Cette temporalité hégémonique du travail et de la consommation correspond à ce que Karl Polanyi (1983) nomme une société de marché, c'est-à-dire une société qui n'est plus régulée par des lois délibérées mais par les règles de l'échange marchand. De ce fait, nous avons de moins en moins de temps pour vérifier les informations, pour remettre en cause des évidences, pour construire sereinement dans la délibération des désaccords féconds. Cela dans une période où il nous faut pourtant prendre le temps d'inventer des solutions collectives pour aller vers une société plus résiliente et écologique.

Valeur travail ou soutenabilité écologique, il faut choisir

L'impératif moral d'avoir une activité productive rémunérée fait passer au second plan l'utilité sociale et écologique de la production. Autrement dit, nous sommes dans une société où on ne travaille plus pour produire plus mais où on produit plus pour pouvoir être en mesure de travailler plus.

Ainsi, produire plus d'automobiles ne permet pas d'aller plus vite et d'être plus libre, cela crée des embouteillages et de la pollution ce qui créera de nouveaux marchés nécessitant plus de travail dans l'invention et la production de véhicules plus rapides ou plus écologiques. Nous pouvons faire référence à Ivan Illich qui montrait dans La convivialité et cela dés 1973, que l'automobile ne permettait pas de se déplacer plus vite qu'en vélo mais qu'elle créait, au nom du progrès et la croissance, de la dépendance.

Mini-bus, van, bicyclette
Peut-on imaginer une société plus conviviale sur le modèle proposé par le penseur Ivan Illich? Pexels/Elviss Railijs Bitāns, CC BY-NC-ND

Or ce paradoxe est catastrophique pour l'écologie. Il n'est pas possible d'avoir une croissance infinie sur une planète finie. Pour préserver les conditions d'habitabilité de la planète, il semble nécessaire de produire moins et donc accepter de travailler moins. Comment ? Dans quel secteur ?

Remettre en question la place centrale du travail

Pour que ce débat ait lieu, il faudrait débattre de la valeur travail et remettre en cause sa centralité. Or ce débat n'est pas simple car il renvoie, tout d'abord, à des questions débattues mais qui n'ont pas, pour l'instant, trouvé de réponses consensuelles.

La première, mise en évidence à l'occasion de l'épisode de Covid-19, est celle de la juste rémunération des tâches. Les tâches socialement les plus utiles – celle du care notamment – sont pourtant parmi les moins rémunératrices.

La seconde, ouverte par les débats autour du RSA en France et plus généralement du revenu d'existence en Europe, est celle du découplage du lien entre emploi et revenu.

[Près de 80 000 lecteurs font confiance à la newsletter de The Conversation pour mieux comprendre les grands enjeux du monde. Abonnez-vous aujourd'hui]

Cette seconde question entraîne une troisième, celle de la répartition des tâches collectives ingrates si elles ne sont plus assurées par des personnes soumises à des conditions de travail dégradées. Mais ce débat est complexe aussi parce qu'il renvoie à des thèmes non débattus dans l'espace public.

Le premier est celui de la justice distributive (à chacun selon ses mérites). Le droit de vivre doit-il découler de l'effort productif ou du respect de la dignité humaine ? Dans le premier cas, chacun doit apporter une contribution au collectif, dans le second chacun est libre de sa (non) participation. Le deuxième est celui de la valeur économique. Aujourd'hui, l'économie se fonde sur l'idée que la création de richesses repose sur la création de valeur qui elle-même repose sur l'utilité. C'est-à-dire en définitive sur les désirs des individus. Tant que quelque chose répond à un désir humain quelconque il doit être produit. Conception qui engendre de la croissance mais pas nécessairement de l'utilité sociale et de la soutenabilité écologique.

En réalité, le débat sur la valeur travail est à la fois nécessaire et difficile à mettre en place car il vise à remettre en cause la primauté de l'économique sur le politique, le social et l'écologique. Débattre de la valeur travail c'est, au fond, débattre de «ce à quoi nous tenons».

À lire aussi


Les auteurs publieront prochainement leurs réflexions sous le titre Théorie délibérative de la valeur, issu d'un premier travail de recherche déjà publié.

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 186,800 academics and researchers from 4,994 institutions.

Register now