Menu Close
Fadel Senna/AFP via Getty Images

Le séisme au Maroc n'était pas inattendu : les codes de construction doivent s'y adapter

Plus de 2 000 personnes sont mortes lorsqu'un puissant tremblement de terre de magnitude 6,8 a frappé le Maroc le 8 septembre. L'épicentre se trouvait dans les montagnes du Haut Atlas, à 71 km au sud-ouest de Marrakech. Moina Spooner, de The Conversation Africa, a demandé à José A. Peláez, professeur de géophysique qui a mené des recherches sur l'activité sismique au Maroc, ce qui a conduit à cette situation.

Quels sont les facteurs géologiques qui ont contribué à ce tremblement de terre ?

La surface de la Terre est constituée de plusieurs plaques tectoniques, de grands segments de la couche externe de la planète, qui se déplacent les uns par rapport aux autres. Ce mouvement est à l'origine de divers phénomènes géologiques, tels que les tremblements de terre, les volcans, la formation des montagnes et des bassins océaniques.

L'activité tectonique au Maroc est principalement liée à la convergence des plaques eurasienne et nubienne (africaine). La plaque eurasienne poussant contre la plaque nubienne est à l'origine de la formation des montagnes de l'Atlas, qui traversent le Maroc, l'Algérie et la Tunisie. C'est dans ces montagnes que se trouve l’épicentre du récent tremblement de terre.

Shutterstock

Actuellement, les collisions entre les plaques provoquent un raccourcissement des montagnes de l'Atlas, ce qui explique la sismicité de la région. Nous le savons grâce aux données des mesures GPS, qui montrent qu'elles se rapprochent d'environ 1 millimètre l'une de l'autre chaque année.

Ce raccourcissement et cette compression provoquent ce que l'on appelle des failles, ce sont d'énormes frictions entre les plaques. Ces failles sont la cause probable de ce tremblement de terre. Les scientifiques pensent que ces failles sont actives depuis longtemps, depuis quelques millions d'années.

En outre, comme l'ont souligné plusieurs chercheurs, les montagnes du Haut Atlas présentent une caractéristique géologique unique : la couche externe et dure de la Terre, appelée lithosphère, est plus mince que d'habitude, ce qui s'accompagne d'une élévation inhabituelle du manteau. Toutes ces caractéristiques pourraient avoir influencé la survenue de ce tremblement de terre de forte magnitude.

Quelle est l'histoire des tremblements de terre au Maroc ?

L'activité sismique et ses phénomènes, comme les tremblements de terre, ne sont pas inhabituels au Maroc.

Au cours des mille dernières années, les tremblements de terre qui ont affecté le Maroc ont eu tendance à se produire principalement dans deux zones. Une zone offshore, le long de la faille transformante Açores-Gibraltar et de la mer d'Alboran, et une zone terrestre, le long des montagnes du Rif dans le nord du Maroc et de la chaîne de montagnes du Tell Atlas dans le nord-ouest de l'Algérie. Les tremblements de terre le long de la ceinture de l'Atlas sont moins nombreux, mais ne sont pas inhabituels.

Les montagnes de l'Atlas. Wikipedia

Les tremblements de terre les plus importants et les plus récents qui ont affecté le Maroc ont eu lieu en en 1994, 2004 et 2016, avec des magnitudes comprises entre 6,0 et 6,3. Ils se sont produits dans la région la plus active du Maroc sur le plan sismique, ainsi que dans la région de la Méditerranée occidentale.

Un peu plus loin dans l'histoire, il y a eu le tremblement de terre dévastateur d'Agadir en février 1960, d'une magnitude de 6,3. Il était situé à la limite entre le Haut Atlas occidental et l'Anti Atlas, au sud. Les données disponibles indiquent qu'entre 12 000 et 15 000 personnes sont mortes à cause de cet événement. En outre, près de l'endroit où s'est produit le récent séisme, il y a eu un autre tremblement de terre en 1955, d'une magnitude estimée à environ 5,8.

Encore plus loin dans le temps, avant la mise en place des sismomètres, plusieurs événements importants ont été enregistrés au Maroc. Parmi eux, le tremblement de terre de Fès en 1624, d'une magnitude estimée à 6,7, et le tremblement de terre d'Agadir en 1731, d'une magnitude de 6,4.

Pouvait-on le prévoir ?

Les tremblements de terre ne peuvent pas être prédits, même avec les connaissances actuelles en sismologie. De nombreux chercheurs pensent d'ailleurs qu'il ne sera plus possible de le faire à l'avenir. Ce que les sismologues peuvent faire, c'est déterminer les zones dans lesquelles les tremblements de terre sont les plus susceptibles de se produire, voire établir la probabilité de leur survenue et leur incertitude.

C'est ce qu'on appelle une prévision à long terme, réalisée à partir d'études spécifiques sur les risques sismiques dans la région. Elles sont basées sur la connaissance de la sismicité passée de la région, tant historique qu'instrumentale, et sur l'existence et la connaissance de structures tectoniques actives (failles) susceptibles de générer des tremblements de terre. Plus on en sait sur ces deux sujets - la sismicité et les failles actives dans la région -, plus on en saura sur la sismicité future de la région et moins l'incertitude sera grande.

Les études sur les risques sismiques comprennent également l'étude des conditions du sol à proximité de la surface et des caractéristiques des bâtiments. Cela permet d'évaluer les dommages éventuels causés par ces tremblements de terre potentiels.

Que peut-on faire pour réduire l'impact des futurs tremblements de terre au Maroc ?

Le meilleur outil dont nous disposons pour atténuer l'impact des tremblements de terre est de mener des études fiables sur les risques sismiques. Les résultats de ces études doivent ensuite être intégrés dans les codes de construction nationaux. De cette manière, les ingénieurs peuvent intégrer la sécurité sismique dans la conception des bâtiments.

Les codes de construction doivent prendre en compte plusieurs facteurs, notamment les caractéristiques du sol, la façon dont les ondes sismiques se déplacent et la manière dont le sol peut amplifier son mouvement lors d'un tremblement de terre. Il faut également tenir compte des secousses attendues du sol, qui influencent le comportement des bâtiments et les dommages qu'ils subissent. Ces facteurs varient d'une ville à l'autre et, dans certains cas, d'un quartier à l'autre.

Les sismologues savent que les tremblements de terre ne tuent pas les gens, mais les bâtiments. Les bâtiments dépourvus de réglementation et de soutien structurel sont des tueurs potentiels dans les zones à haut risque sismique. Au fur et à mesure que l'on en apprend davantage sur la géologie des tremblements de terre et sur leur impact sur les bâtiments, les codes de construction doivent être mis à jour régulièrement. C'est le meilleur moyen de se protéger contre ces phénomènes catastrophiques. Les responsables de l'aménagement du territoire doivent le savoir et en tenir compte.

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 186,800 academics and researchers from 4,994 institutions.

Register now