Menu Close
bassari.

Les Bassaris du Sénégal parlent du changement climatique et de la façon dont leurs connaissances locales sont essentielles aux stratégies d'adaptation

Le peuple Bassari, une communauté agricole d'environ 20 000 personnes, vit dans une région située entre le Sénégal et la Guinée. Sous le régime colonial français, les Bassari ont perdu une partie de leurs terres au profit d'un parc national et ont été soumis à des taxes électorales et au travail forcé. Le Sénégal a accédé à l'indépendance en 1960 et, en 2012, le pays Bassari a été déclaré site du patrimoine mondial, un changement qui a favorisé le tourisme à petite échelle.

Aujourd'hui, les Bassaris vivent principalement de la petite agriculture pluviale, complétée par des activités telles que le petit commerce, l'artisanat, le travail salarié, l'extraction artisanale d'or et la récolte de miel et de plantes sauvages comestibles. Ils ont un accès limité à la santé publique et à l'éducation, et s'approvisionnent en eau à partir de puits. L'électricité est réservée aux quelques personnes équipées de panneaux solaires. Cependant, la population Bassari s'accroît, s'intègre dans l'économie de marché et adopte de nouvelles cultures et technologies.

Les Bassaris vivent dans une région touchée par le changement climatique. Dans le cadre du projet de recherche Local Indicators of Climate Change Impact (Indicateurs locaux du changement climatique), nous avons voulu comprendre comment la communauté percevait le changement climatique et ses impacts. Nous avons interrogé des personnes et organisé des discussions de groupe dans trois villages de Bassaris et avons constaté que l'augmentation des températures, les périodes de sécheresse et le raccourcissement de la saison des pluies étaient les changements les plus signalés. De nombreuses personnes ont également fait état de la dégradation des forêts, de la disparition de plantes et d'animaux et de l'érosion des sols.

About 8 rectangular vegetable beds growing different green crops surrounded by a fence made of grass mats
Community vegetable garden in a Bassari village. Anna Porcuna Ferrer

Les scientifiques considèrent souvent le changement climatique comme un problème biophysique dû à la combustion de combustibles fossiles (combustion de charbon, de pétrole, de gaz et d'autres combustibles fossiles pour produire de l'énergie). Nous avons constaté que les Bassari, comme beaucoup d'autres communautés dépendantes de la nature, comprennent le changement climatique différemment : comme faisant partie d'un ensemble de changements climatiques, environnementaux, culturels, politiques et socio-économiques qui se chevauchent.

Nos conclusions soutiennent l'argument selon lequel les connaissances et les points de vue indigènes et locaux doivent être inclus dans la recherche et la politique sur le changement climatique. En donnant la priorité aux voix occidentales et techniques, on ignore les communautés comme les Bassaris dans la conception des plans d'adaptation au changement climatique. La reconnaissance de leurs connaissances et de leurs points de vue modifie les priorités de la recherche et des politiques, ce qui permet d'élaborer des stratégies d'atténuation du changement climatique plus pertinentes au niveau local.

Le changement climatique fait partie d'un ensemble de changements

Lors de nos conversations avec les Bassaris, il est apparu clairement qu'ils ne considéraient pas le changement climatique comme un phénomène isolé. Pour eux, le réchauffement de la planète et ses effets sont inextricablement liés à d'autres changements environnementaux, politiques, socio-économiques et spirituels qui transforment leur mode de vie.

Three thin looking baobab trees stand in a landscape of bushes and bare soil.
Baobab trees are less abundant than in the past. Courtesy Benjamin Klappoth

Par exemple, la plupart des personnes que nous avons interrogées ont convenu que les plantes sauvages comestibles telles que le baobab, le weda ou madd (Saba senegalensis), le karité et le caroube africain qui ont toujours été consommées et vendues ne poussent plus aussi bien qu'auparavant.

Pour expliquer la diminution de l'abondance et de la productivité des espèces végétales sauvages comestibles, les Bassaris utilisent des éléments de leur connaissance locale de l'environnement et de leur vision de l'univers, qui met l'accent sur le fait que tout est lié dans l'univers. Un ancien nous a raconté :

“Les arbres ne produisent plus comme avant parce que maintenant les gens récoltent pour vendre, pas pour manger. C'est pourquoi les arbres ont cessé de produire”. Cela veut dire que la baisse de la productivité n'est pas seulement due au changement climatique mais est également perçue comme une punition pour la récolte commerciale, une forme plus intensive d'exploitation des ressources.

L'abandon des pratiques ancestrales est également invoqué pour expliquer la diminution de la productivité et de la disponibilité des plantes sauvages comestibles : “Nous avions des cérémonies et de nombreuses pratiques culturelles pour que les arbres donnent beaucoup de fleurs. Aujourd'hui, plus personne ne les pratique, et les arbres donnent donc moins de fruits”, a déclaré un autre participant.

Le changement climatique affecte également les Bassaris par l'impact direct d'événements météorologiques extrêmes tels que les sécheresses. Bien que conscientes de l'impact du changement climatique sur leur agriculture, les communautés locales sont soumises à des pressions socio-économiques. Parfois, elles ont adopté des pratiques qui ont augmenté leur vulnérabilité à long terme au changement climatique.

Cotton farming is replacing indigenous crops. Courtesy Benjamin Klappoth

Par exemple, les agriculteurs bassaris cultivaient, sélectionnaient et stockaient traditionnellement des dizaines de produits locaux. Celles-ci étaient consommées et utilisées comme médicaments, dans les cérémonies, comme nourriture pour les animaux ou pour restaurer la fertilité des sols. Les cultures traditionnelles jouaient un rôle clé dans l'alimentation locale, étaient nutritives et bien adaptées aux sols pauvres et aux précipitations irrégulières.

Cependant, au cours des dernières décennies et sous l'impulsion des politiques coloniales et post-coloniales et des projets de développement agricole dans la région, la communauté Bassari a commencé à cultiver des produits à plus forte valeur marchande et à plus haut rendement. Ces cultures nécessitent moins de travail mais demandent plus d'eau. Ce changement a entraîné le déclin des cultures diverses, indigènes et tolérantes à la sécheresse. En s'adaptant aux changements socio-économiques par la culture de produits de rente, les Bassari risquent de perdre en résilience climatique.

Leçons apprises

Les connaissances locales peuvent contribuer à une meilleure compréhension des nombreux impacts du changement climatique sur les environnements locaux et les moyens de subsistance ruraux. Les expériences des populations rurales sont une source de connaissances permettant d'identifier ces impacts spécifiques.

Nos recherches ont montré que le changement climatique doit être envisagé du point de vue des populations locales. Les impacts du changement climatique ne peuvent être séparés du contexte écologique, social, politique, historique et culturel dans lequel ils se produisent. Le changement climatique interagit avec des facteurs de stress multiples qui rendent souvent les gens plus vulnérables. Pour élaborer des stratégies d'adaptation au changement climatique efficaces, les gouvernements et les décideurs politiques doivent comprendre la diversité diversité des expériences vécues par les populations.

Les Bassaris ne doivent pas seulement s'adapter au changement climatique, mais au changement en général. C'est pourquoi les politiques d'adaptation au changement climatique doivent être conçues en fonction des besoins et des souhaits des communautés locales. Si ce n'est pas le cas, elles ne seront ni culturellement appropriées, ni réalisables au niveau local. Ce n'est qu'en encourageant le dialogue entre les différents modes de connaissance et en tenant compte de la manière dont le changement climatique est vécu différemment dans la réalité que les décideurs politiques seront en mesure de répondre aux besoins réels des communautés locales.

Les auteurs de cet article sont : Santiago Alvarez-Fernandez, Ndèye Fatou Faye, Théo Guillerminet, Benjamin Klappoth, Vanesse Labeyrie et Eva Porcuna-Ferrer.

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 186,800 academics and researchers from 4,994 institutions.

Register now