Menu Close

Les « belles histoires » de nos auteur·e·s : Interviewé par Leonard Lopate, figure de la radio new-yorkaise

Pixabay, CC BY-SA

À l’occasion de nos cinq ans, nous avons demandé à cinq de nos auteur·e·s de partager avec nous quelques « belles histoires » autour de leur collaboration avec The Conversation France. Aujourd’hui, François Vannucci, professeur émérite, chercheur en physique des particules à l’Université de Paris, se remémore son interview par Leonard Lopate, star de la radio new-yorkaise.


En mai 2020, j’ai publié dans The Conversation un article qui m’a valu d’être invité dans l’une des plus célèbres émissions de radio new-yorkaises… Intitulé « Les deux erreurs d’Einstein », ce texte montre que même des génies tels que le légendaire physicien peuvent se tromper. Je l’appelle « le miracle du confinement ». Durant cette période, j’étais seul à Paris, à des milliers de kilomètres de ma femme et de ma fille. Je me trouvais du coup un peu isolé, d’autant que l’université était fermée. Je ne possède pas d’ordinateur, simplement une tablette, sur laquelle je me suis mis à écrire des articles, dont « Les deux erreurs d’Einstein ».

La collaboration avec les journalistes de The Conversation apporte une réelle plus-value. Pour cet article, j’ai suivi leurs conseils pour le titre, ainsi que leurs suggestions de construction, et cela s’est avéré pertinent. Dès le jour de la publication, il a atteint les 50 000 vues.

Une semaine après sa publication en français, la rédaction de The Conversation m’informe qu’il sera traduit en anglais. « Quelle aventure » me suis-je dit… Il a ensuite été traduit et publié par The Conversation Espagne. Aujourd’hui, il cumule 75 000 lecteurs en français, 158 000 en espagnol et 170 000 en anglais !

Le « produit dérivé » le plus inattendu de mon article, c’est mon interview dans « Leonard Lopate at Large », le 12 juin 2020.

Leonard Lopate, le présentateur de cette émission de radio new-yorkaise, est une figure qui a reçu nombre de personnalités. Il avait repéré mon papier et j’étais un peu nerveux à l’idée de cet entretien de près d’une heure en anglais : j’ai certes enseigné aux États-Unis il y a quelques années, mais je craignais d’être légèrement rouillé… Du coup, pour me préparer, j’ai relu Heurs et malheurs de la fameuse Moll Flanders, un roman de Daniel Defoe.

L’interview s’est bien passée mais manquait un peu de fluidité parce qu’elle s’est déroulée sur Skype – à 19h heure française, 13h heure de New York. À 18h30 j’ai reçu un message de la production qui voulait s’assurer que j’étais bien en ligne. Je pensais que M. Lopate me contacterait lui-même mais ça n’a pas été le cas. À 18h58, une voix s’est fait entendre et on m’a immédiatement basculé sur le direct de l’émission. J’ai été un peu pris de court… L’entretien a peut-être manqué d’un véritable dialogue, Leonard Lopate n’étant pas scientifique, mais ce fut une riche expérience.

À l’issue de notre échange, je lui ai dit que j’étais très honoré d’avoir été convié dans une émission qui avait par le passé reçu des icônes françaises comme Catherine Deneuve. « Yes, and also Jeanne Moreau », m’a-t-il répondu en riant.

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 114,900 academics and researchers from 3,734 institutions.

Register now