Menu Close

Les « belles histoires » de The Conversation : « Mes articles ont donné lieu à des échanges féconds »

pixabay, CC BY-SA

À l’occasion de nos cinq ans, nous avons demandé à cinq de nos auteur·e·s de partager quelques « belles histoires » autour de leur collaboration avec The Conversation France. Aujourd’hui, Isabelle Barbéris, maître de conférences HDR en arts de la scène à l’Université de Paris, raconte comment ses articles, ancrés dans l’actualité mais permettant un pas de côté, ont jeté les bases d’un dialogue avec des étudiants.


The Conversation me permet de travailler des papiers aux références pointues en lien avec le bouillonnement médiatique, en proposant un pas de côté, un exercice de recul. Je combine ces publications avec des articles plus longs et plus ardus dans des revues scientifiques, même si les textes que je propose à The Conversation ne renoncent pas à l’exigence.

Un autre avantage de ce média grand public d’expertise universitaire est qu’il évite toute confusion entre militantisme et recherche, puisque c’est un support neutre et pluraliste.

Mes articles ont pu donner lieu à des échanges féconds : j’ai reçu plusieurs témoignages de collègues en art ayant donné à étudier en cours mon texte sur la photo officielle d’Emmanuel Macron. Pour montrer aux étudiants une possible utilisation des concepts d’esthétique qui leur semblent parfois, à tort, désancrés du réel. Mêmes retours concernant le texte sur Piotr Pavlenski, après la publication duquel plusieurs médias m’ont sollicitée : Radio France plusieurs fois, mais aussi Arrêt sur image.

J’ai été invitée sur France Culture suite au papier plus confidentiel sur l’utilisation politique du concept d’« utopies concrètes ». Plusieurs textes ont été partagés par la presse nationale : Libération, La Tribune, Marianne… Enfin, il ne faut pas oublier la qualité de la relation qui se noue entre l’équipe éditoriale, à la fois très ouverte et pertinente dans ses retours critiques, et l’auteur. Cela compte beaucoup.

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 115,000 academics and researchers from 3,739 institutions.

Register now