Menu Close
Vue de dos de jeunes filles voilées.
William Borney/GettyImages

Les cas de mutilations génitales féminines augmentent en Afrique : de nouvelles tendances inquiétantes font grimper les chiffres

Salamatu Jalloh, 13 ans, avait tout l'avenir devant elle. Mais en janvier 2023, son corps sans vie a été retrouvé enveloppé dans un linceul rose et bleu sur le sol en terre d'un village du nord-ouest de la Sierra Leone.

Salamatu et deux autres filles se sont vidées de leur sang après avoir participé à une cérémonie secrète d'initiation à la féminité organisée par la société Bondo. La cérémonie, qui dure plusieurs semaines, a commencé avec un sentiment d'excitation et d'anticipation - une occasion rare dans cette communauté rurale de célébrer les filles. Mais au cœur de la cérémonie se trouvait un acte violent : l'ablation des organes génitaux externes des jeunes filles.

Leur mort tragique a été soulignée dans le dernier rapport de l'Unicef sur les mutilations génitales féminines. Selon l'agence des Nations unies, 230 millions de filles et de femmes en vie aujourd'hui ont survécu aux mutilations génitales féminines, mais vivent avec les conséquences dévastatrices de ces pratiques.

La plupart des interventions ont lieu dans les pays africains, où elles représentent 144 millions de cas.

Malgré les campagnes visant à mettre fin à cette pratique, il y a 30 millions de femmes et de filles de plus dans le monde qui ont subi cette forme de torture qu'il y a huit ans.

En tant qu'anthropologue sociale appliquée ayant étudié les femmes et la violence pendant de nombreuses années, j'ai étudié cette forme d'abus, et les raisons pour lesquelles elle persiste, pendant plus de deux décennies. Certains pays font des progrès dans la réduction de cette pratique. Dans d'autres, les progrès se sont arrêtés ou ont même été inversés en raison de l'évolution des idéologies et des retombées de l'instabilité et des conflits.

Selon les calculs de l'Unicef, le rythme de déclin devrait être 27 fois plus rapide pour éliminer cet abus d'ici à 2030.

La compréhension des tendances est le point de départ pour mettre fin aux mutilations génitales féminines. Certaines des nouvelles tendances sont alarmantes. Elles comprennent une une réaction hostile face aux efforts déployés pour mettre fin aux mutilations génitales féminines, un nombre croissant de procédures clandestines dont il est difficile d'assurer le suivi, et une évolution vers des formes dites “moins sévères”. La “médicalisation” croissante de la procédure par les professionnels de la santé est une autre tendance inquiétante.

Raisons invoquées pour justifier les MGF

Les types d'excision varient. Dans sa forme la plus sévère, l’infibulation, les bords coupés des lèvres sont cousus ensemble pour obtenir une douceur considérée comme belle. Le vagin doit être rouvert pour les rapports sexuels ou l'accouchement.

Chaque année, plus d'un demi-million de filles dans le monde subissent cette forme extrême de mutilation vaginale.

La plupart des partisans des mutilations génitales féminines pensent qu'elles préservent la propreté, augmentent les chances de mariage d'une fille, protègent sa virginité et découragent la “promiscuité féminine”, préservant ainsi l'honneur de la famille. La plupart des partisans de cette pratique le font pour des raisons religieuses ou culturelles.

En fait, les mutilations génitales féminines n'ont aucun effet bénéfique sur la santé et elles nuisent aux filles et aux femmes de plusieurs façons. Elles comportent un risque de complications immédiates telles que le choc, l'hémorragie, le tétanos, la septicémie, la rétention d'urine, l'ulcération de la région génitale et la lésion des tissus génitaux adjacents. Les conséquences à long terme comprennent un risque accru de morbidité maternelle, des infections récurrentes de la vessie et des voies urinaires, des kystes, la stérilité et des conséquences psychologiques et sexuelles négatives.

Les MGF dans les pays africains

Les pays où les mutilations génitales féminines sont les plus nombreuses sont la Somalie (99 %), la Guinée (95 %) et Djibouti (90 %).

Au Kenya, une transformation remarquable s'est produite au cours des cinquante dernières années. Les mutilations génitales féminines étaient autrefois très répandues, mais la majeure partie du pays a désormais abandonné cette pratique.

Cependant, au sein de la communauté somalienne, concentrée dans la province du nord-est du Kenya, il n'y a eu que peu de changements et la pratique reste presque universelle.

La Somalie et le Soudan doivent relever le défi de lutter contre les mutilations génitales féminines largement répandues dans un contexte de conflit et de croissance démographique.

L'Éthiopie a constamment fait des progrès, mais les chocs climatiques, les maladies et l'insécurité alimentaire rendent plus difficile le maintien de ces succès.

On ne saurait trop insister sur la fragilité des progrès.

Les contrecoups conservateurs et les médecins complaisants

Certaines tendances alarmantes rendent l'élimination de cette pratique encore plus difficile.

  • La réaction des conservateurs : En Gambie, les chefs religieux ont exigé que les législateurs révoquent une loi de 2015 interdisant les mutilations génitales féminines. Ils ont réagi après que trois femmes du village de Bakadagi, dans le nord du pays, ont été reconnues coupables d'avoir excisé huit fillettes en 2023, la première condamnation majeure en vertu de la loi. L'Organisation mondiale de la santé a prévenu que l'abrogation de la loi en Gambie pourrait encourager d'autres pays à ne pas respecter leur obligation de protéger ces droits.

  • Procédures clandestines : Dans les pays où la pratique est interdite, elle est souvent devenue clandestine. Les filles sont également excisées à un âge plus jeune pour éviter d'être détectées. Il est donc plus difficile d'obtenir des taux précis de mutilations génitales féminines.

  • L'évolution vers des formes “moins sévères” : L'une d'entre elles est la sunnah, l'ablation du clitoris. Dans des pays comme le Soudan et la Somalie, cette pratique est considérée par beaucoup comme non nuisible car le vagin n'est pas cousu. Les partisans de cette pratique affirment qu'il ne s'agit pas d'une mutilation génitale féminine.

  • Les procédures “médicalisées”, effectuées par des personnes qualifiées telles que des médecins, des infirmières et des sages-femmes : Certaines personnes les considèrent comme légitimes car elles sont jugées plus sûres. Elles sont de plus en plus pratiquées dans des cliniques publiques ou privées, dans des pharmacies, à domicile ou ailleurs.

  • Déstabilisation et érosion des droits : Environ 4 filles et femmes sur 10 qui ont subi des mutilations génitales féminines vivent dans des des pays en situation de fragilité ou de conflit. C'est en Éthiopie, au Nigeria et au Soudan que l'on trouve le plus grand nombre de filles et de femmes ayant subi des mutilations génitales féminines dans les pays touchés par un conflit.

Les conflits armés et les effets dévastateurs du changement climatique ont entraîné une aggravation soudaine de la pauvreté et des déplacements massifs, chassant les populations de leurs terres et de leurs moyens de subsistance. Les familles sont plongées dans une grande pauvreté et des études ont montré que les droits des filles disparaissent lorsque les familles sont confrontées à des choix difficiles.

La marchandisation des filles par des pratiques de mariage telles que la dot de la mariée signifie que lorsque les familles sont dépourvues de toute autre ressource, les filles deviennent un objet à vendre. Les mutilations génitales féminines, en tant que marqueur de la pureté d'une fille, deviennent essentielles.

Les progrès en vue d'éliminer cette horrible forme d'abus doivent être beaucoup plus rapides. La compréhension des tendances changeantes est un début.

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 187,200 academics and researchers from 5,000 institutions.

Register now