Menu Close
Deux paires de jambes entrelacées dépassant d'un édredon sur un lit.
Contrairement aux mythes et clichés toxiques, les femmes féministes ont une vie sexuelle agréable. Shutterstock

Les féministes ont-elles une sexualité plus épanouie ? Une étude canadienne assure que oui

C’est un stéréotype bien connu depuis les années 1970 : les féministes ne sont que des femmes en colère qui ont juste besoin de trouver un homme capable de les satisfaire sexuellement.

Malheureusement, alors que nous pensions avoir tourné le dos à ces mythes toxiques, Le sénateur américain Ted Cruz a tenté de raviver ce cliché dans des commentaires récents lors d’une conférence conservatrice, déclarant : « Si vous étiez une femme de gauche et que vous deviez coucher avec ces mauviettes [sous-entendu, des hommes qui partagent vos convictions], vous seriez également en colère. » Il a laissé entendre que les femmes ne pouvaient obtenir de satisfaction sexuelle qu’en se soumettant à des hommes dominateurs.

J’ai mené des recherches sur le thème de l’identité féministe et du comportement sexuel, et j’ai des informations à fournir à Cruz et à tous ceux qui s’inquiètent de la satisfaction sexuelle des féministes : elles font l’amour aussi souvent que les non-féministes. Mieux, elles déclarent que leurs rapports sexuels sont plus affectueux et plus agréables que ceux des femmes qui ne sont pas féministes.

Merci de vous inquiéter, sénateur Cruz, mais nous nous en sortons très bien.

Les féministes déclarent avoir de meilleures relations sexuelles

En 2022, j’ai interrogé un échantillon représentatif de 2 303 adultes au Canada et j’ai analysé les réponses des 1 126 femmes qui ont participé. Les participantes ont été interrogées sur leurs activités sexuelles, seules ou avec un partenaire.

J’ai constaté que les femmes qui s’identifiaient comme féministes et non féministes déclaraient toutes deux des niveaux élevés de satisfaction sexuelle. Cependant, les femmes qui revendiquent une identité féministe sont plus susceptibles de déclarer que leur dernier rapport sexuel comprenait des baisers et des câlins que les femmes non féministes.

[Plus de 85 000 lecteurs font confiance aux newsletters de The Conversation pour mieux comprendre les grands enjeux du monde. Abonnez-vous aujourd’hui]

Parmi les femmes, 57 % des non-féministes ont déclaré que leur dernier rapport sexuel comprenait des baisers et des câlins, contre 68 % des féministes. Ces données suggèrent que les féministes ne sont pas tristes et solitaires, mais qu’elles s’engagent dans des relations sexuelles amoureuses et agréables dans une plus large mesure que les non-féministes.

Deux femmes souriant et s’embrassant
Les femmes féministes sont plus susceptibles de se trouver dans des cercles sociaux où on parle de sexe de manière décomplexée. Shutterstock

Le clitoris, au centre des préoccupations

L’une des différences entre les femmes féministes et non féministes qui est ressortie le plus clairement de mes recherches concerne le centre du plaisir du corps féminin : le clitoris. Les féministes sont plus nombreuses à déclarer avoir reçu une stimulation clitoridienne sous forme de sexe oral de la part de leur partenaire : 38 % des femmes féministes, contre 30 % des femmes non féministes, ont déclaré avoir reçu du sexe oral lors de leur dernière rencontre.

La stimulation clitoridienne est la voie du plaisir sexuel et de l’orgasme pour les femmes, qu’elles soient féministes ou non. Cependant, il arrive que les rapports sexuels – en particulier dans les couples hétérosexuels – accordent plus d’attention au plaisir masculin, en se concentrant principalement sur la stimulation du pénis par la pénétration vaginale. La stimulation du clitoris, par la bouche, les mains ou les jouets sexuels, reçoit moins d’attention. La stimulation clitoridienne peut être reléguée aux préliminaires ou en l’excluant d’une manière ou d’une autre de ce que l’on considère comme des « rapports sexuels normaux ».

Les femmes ne devraient-elles pas avoir autant accès au plaisir sexuel que les hommes ? Il existe de nombreuses preuves, dans le cas des couples hétérosexuels, qu’il y a un écart entre les sexes en matière d’orgasmes, les femmes ayant moins d’orgasmes que les hommes. Si l’on a une sensibilité féministe, il semble naturel de considérer qu’il est évident que les femmes devraient avoir autant de plaisir sexuel que les hommes, et que leurs comportements sexuels devraient refléter cet idéal.

Pourquoi les féministes auraient-elles de meilleures relations sexuelles ?

De nombreuses femmes considèrent le féminisme comme une source d’accomplissement personnel et d’autonomisation, et le lien entre l’identité féministe et une meilleure sexualité pourrait être assez simple : Les féministes savent ce qu’elles veulent au lit et se sentent plus à même de le demander.

Les féministes sont plus susceptibles de fréquenter d’autres amies féministes, à l’aise pour parler de sexe et de plaisir, ce qui leur donne une chance de découvrir ce qu’elles attendent d’une rencontre sexuelle. En effet, mon enquête a également révélé que les femmes féministes se donnent plus souvent du plaisir que les non-féministes.

Peut-être ont-elles plus de chances d’avoir des partenaires sexuelles qui sont également féministes. Nous savons que les hommes féministes ayant des rapports sexuels avec des femmes sont plus enclins à pratiquer le sexe oral avec leurs partenaires et à stimuler davantage le clitoris de leurs partenaires sexuelles que les hommes non féministes.

Un homme et une femme sont allongés dans un lit et se serrent dans les bras.
Les femmes qui revendiquent une identité féministe sont plus susceptibles de déclarer que leur dernier rapport sexuel comprenait des baisers et des câlins que les femmes non féministes. Shutterstock

Les femmes féministes hétérosexuelles sont peut-être plus susceptibles d’avoir des partenaires masculins féministes que les non-féministes, ce qui leur permet d’avoir un meilleur accès à des amants plus généreux. Les femmes qui ont des relations sexuelles avec des femmes sont également plus susceptibles de recevoir des fellations que les femmes ayant des partenaires masculins.

Que ce soit grâce à leur autonomie personnelle, à une meilleure communication ou à des partenaires sexuels prêts à leur donner ce dont elles ont besoin, les féministes ont des relations sexuelles qui sont affectueuses et stimulantes.

Contrairement aux déclarations de Cruz sur le sujet, les féministes ont des relations sexuelles aussi souvent que les non-féministes, et les relations sexuelles qu’elles ont sont souvent agréables. Il est temps d’abandonner les stéréotypes haineux. Penchons-nous plutôt sur l’idée qu’une sexualité satisfaisante devrait être accessible à tous.

This article was originally published in English

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 181,900 academics and researchers from 4,938 institutions.

Register now