Menu Close

Les footballeurs d'Afrique de l'Ouest se battent pour s'intégrer et réussir en Europe : deux d'entre eux partagent leurs expérences

Des garçons jouant au football sur un terrain
Les footballeurs africains rêvent d'une carrière en Europe. Wikimedia Commons

En grandissant, de nombreux jeunes Africains nourrissent l'ambition de devenir footballeurs professionnels en Europe et des superstars. La BBC rapporte qu'environ 260 millions de personnes en Afrique suivent la Premier League anglaise. Pour certains, les rêves deviennent réalité et quelques-uns ont réussi à se rendre en Europe. Selon Football Benchmark, les joueurs africains - dont la plupart sont originaires d'Afrique de l'Ouest - représentent environ 6 % de l'ensemble des joueurs des 11 championnats les plus importants d'Europe.

Mais c'est un chemin difficile, avec des hauts et des bas.

Dans ma récente étude de deux footballeurs ouest-africains, Paul et John, dans le championnat professionnel allemand de football, la Bundesliga, j'ai exploré les expériences qu'ils ont vécues après leur arrivée d'Afrique. J'ai mené des entretiens en face à face avec les joueurs en octobre 2021, mais j'ai utilisé des pseudonymes pour préserver l'anonymat des répondants, comme l'exige l'éthique de la recherche.

Paul est arrivé dans un pays d'Europe centrale à l'âge de 18 ans, à l'issue d'un essai dans un centre de formation de jeunes de son pays d'origine, et a déménagé en Allemagne cinq ans plus tard. John est arrivé en Allemagne à l'âge de 18 ans après avoir été diplômé d'une école de football dans son pays d'origine. L'environnement, la culture et l'identité ont façonné leurs carrières et leurs expériences, ainsi que l'évolution de leur personnalité. Ils ont dû relever de nombreux défis et lutter pour s'intégrer dans leur nouvel environnement, mais leur détermination à réussir leur a permis de revendiquer leur propre espace.

Les footballeurs africains évoluant de plus en plus dans les championnats européens, il convient d'accorder davantage d'attention aux difficultés qu'ils peuvent rencontrer pour s'adapter à un nouveau pays et à la manière dont les clubs et les institutions du football peuvent les aider dans ce processus.

Défis pour les footballeurs étrangers

Paul et John ont mentionné plusieurs défis culturels, mentaux et sportifs.

**Barrières linguistiques

L'internet et la télévision par câble créent l'illusion d'un espace social mondial commun. En réalité, il existe une grande diversité sociale entre les sociétés (et à l'intérieur de celles-ci). Paul et John s'attendaient à rencontrer une culture différente, mais il n'a pas été facile de s'adapter à la vie en Allemagne.

Le premier défi était la langue, qui limitait leur communication avec leurs coéquipiers et le personnel. Même si la plupart de leurs collègues et entraîneurs parlaient un peu d'anglais, la principale langue de communication pendant l'entraînement était l'allemand. Paul se souvient qu'il ne comprenait pas les instructions de son entraîneur et qu'il devait compter sur ses coéquipiers pour les traduire.

La langue a posé un problème à John pour entrer en contact avec d'autres personnes en dehors du club et se faire des amis. Pour réussir dans un espace aussi compétitif où l'on exige des résultats immédiats, Paul et John ont dû apprendre rapidement auprès de leurs coéquipiers et dans le cadre d'un enseignement formel.

**La météo

Le climat a représenté un défi encore plus grand que la culture. Paul et John se sont tous deux plaints que, loin de la chaleur des tropiques, le froid les empêchait de donner le meilleur d'eux-mêmes. Paul a déclaré qu'il était également difficile pour lui sur le plan mental :

Je ne peux pas bouger. Parfois, je vais dans la loge et je me mets à pleurer.

**Des normes plus élevées

Paul et John découvriront que les normes sportives et comportementales sont très élevées. Pour Paul, l’“éthique allemande du travail” exigeait qu'il conserve un sens aigu de l'objectif. La tâche à accomplir était la plus importante et tout le reste passait au second plan. L'indiscipline, disait-il, n'avait pas sa place dans le football allemand.

Ayant été formé dans une académie d'élite dans son pays d'origine, John était tout à fait habitué à l'éthique du football d'élite. Pourtant, les exigences sportives étaient supérieures à ce à quoi il était habitué. Il se souvient des difficultés qu'il a rencontrées au début. Tout était beaucoup plus exigeant physiquement et tout le monde semblait plus rapide que lui :

Tout était agressif… Je devais travailler dur dans la salle de sport et sur le terrain, courir plus vite, tout faire plus vite.

**La solitude

Dans la plupart des pays d'Afrique, la vie est encore relativement communautaire, avec de nombreuses possibilités de socialisation et de contact avec les autres. En Allemagne, c'est très différent. La plupart des gens ont tendance à maintenir un certain degré de distance sociale et d'intimité. Paul a trouvé la vie sociale un peu froide et formelle :

Tout le monde est si sérieux… quand les gens ne vous connaissent pas, il est difficile de nouer des liens d'amitié.

John vivait seul et ne pouvait pas facilement nouer de nouvelles amitiés :

A l'académie, je n'étais pas seul. Je n'étais pas le seul à cuisiner pour moi … Mais ici, je dois venir seul dans une maison vide.

**L'expérience de l'immigration

En dehors du terrain, les joueurs africains vivent aussi les débats sur les immigrés et leur place dans la société européenne. L'immigré idéal est celui qui réussit, tandis que le “natif” peut être médiocre.

Surmonter ces défis

Paul et John ont fait face et se sont adaptés aux défis de leur nouvel environnement grâce à diverses stratégies et pratiques. L'apprentissage culturel a joué un rôle clé. Au départ, grâce à des coéquipiers, puis à des cours formels, tous deux ont été en mesure d'apprendre l'allemand.

Ils ont également rationalisé les défis comme faisant partie du parcours d'un footballeur professionnel, ce qui les a rendus beaucoup plus supportables. La possibilité d'être un soutien de famille et d'amis a été une motivation importante.

Pour faire face à la solitude, les joueurs ont gardé le contact avec leur famille et leurs amis dans leur pays d'origine.

Conclusion

Les récits de Paul et John mettent en lumière les contextes culturels et environnementaux qui façonnent la vie des joueurs africains en Europe, et ce qui se cache derrière l'éclat de la célébrité.

Ces défis ont un effet profond sur la qualité de vie et la progression de la carrière des footballeurs migrants. Il est important de reconnaître ce qui se trouve au-delà des paillettes et de l'adulation des supporters le jour du match.

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 184,100 academics and researchers from 4,967 institutions.

Register now