Menu Close

Les grands mammifères ont façonné l'évolution de l'homme: voici pourquoi cela s'est passé en Afrique

La perte progressive des poils du corps a permis aux ancêtres de l'homme de chasser plus facilement dans la chaleur.

Il est largement admis que l'Afrique est le berceau de l'humanité. Mais il n'est généralement pas reconnu que les caractéristiques uniques de l'écologie africaine ont été à l'origine des transitions évolutives cruciales entre le mangeur de fruits vivant dans la forêt et le chasseur vivant dans la savane. Ces transitions étaient fondées sur les mouvements terrestres et facilitées physiquement par l'aridité saisonnière de l'Afrique, les sols issus de la roche-mère et l'absence de barrières aux mouvements entre le nord et le sud.

Ces caractéristiques ont favorisé l'apparition de vastes savanes herbeuses marquées par des précipitations irrégulières, des incendies réguliers et un nombre abondant d'animaux divers qui broutent et paissent.

Toute ma vie, j'ai étudié l'écologie des grands herbivores africains et leurs effets sur la végétation des savanes. Dans mon récent livre, en reliant à travers un fil conuducteur des élements qui existaient déjà, j'explique comment les caractéristiques distinctives de l'écologie de ces animaux, fondées sur la géographie physique de l'Afrique, ont permis les changements adaptatifs qui ont finalement conduit à l'homme moderne.

Il en ressort une prise de conscience que cette étonnante transformation évolutive n'a pu se produire qu'en Afrique. Cette reconnaissance met en évidence le profond héritage culturel que constitue le patrimoine des grands mammifères africains pour l'ensemble de l'humanité.

Hommes-singes

À partir de la fin du Miocène, il y a environ 10 millions d'années, un panache de magma en fusion, matière liquide chaude provenant des profondeurs de la Terre, a poussé les parties orientales de l'Afrique vers le haut. Cela a entraîné un rifting de la croûte terrestre, des éruptions volcaniques et des sols enrichis en nutriments minéraux provenant de la lave et des cendres. Les savanes herbeuses se sont répandues et les animaux se sont adaptés de plus en plus pour brouter cette composante végétale. Les singes de cette époque ont dû passer moins de temps dans les arbres et plus de temps à marcher debout sur deux jambes.

La réduction progressive des précipitations, qui limite la croissance des plantes et aggrave l'aridité de la saison sèche, a obligé les premiers hommes-singes (australopithèques) à modifier leur régime alimentaire. Ils sont passés de la consommation de fruits des arbres de la forêt à la consommation de bulbes et tubercules souterrains trouvés entre les arbres très espacés. Ces derniers étaient difficiles à extraire et à mâcher.

Cette évolution a conduit à l'émergence du genre Paranthropus (familièrement appelé “homme casse-noix”), caractérisé par des mâchoires et des dents énormes. Il y a environ un million d'années, l'homme casse-noix avait disparu. Apparemment, l'effort d'extraction et de transformation de ces parties de plantes bien défendues était devenu trop redoutable.

Homo habilis

Il y a environ 2,8 millions d'années, une autre lignée s'est séparée des australopithèques, inversant la tendance à une dentition robuste. Cette lignée utilisait des pierres taillées pour servir d'outils. Elles étaient utilisées pour gratter la chair des carcasses d'animaux tués par des carnivores et pour ouvrir les os longs afin d'en extraire la moelle. Cette transition écologique était suffisamment importante pour justifier un nouveau nom générique : Homo, plus précisément habilis__ (“homme à tout faire”).

Ces premiers humains sont donc devenus des charognards des restes d'animaux. Ils exploitaient très probablement un créneau horaire autour de midi, lorsque les tueurs - principalement des chats à dents de sabre - se reposaient, avant l'arrivée nocturne des hyènes qui dévoraient les restes. En marchant debout, ils libéraient leurs bras pour transporter les os afin qu'ils soient traités dans des sites sûrs pour compléter les aliments de base d'origine végétale.

Pour faciliter ces déplacements à la mi-journée, l'Homo habilis a perdu ses poils, ce qui lui permettait d'être actif dans des conditions où les animaux couverts de fourrure auraient vite eu trop chaud.

Homo erectus

Plusieurs centaines de milliers d'années d'évolution en matière de marche verticale et de capacité cérébrale ont conduit au prochain changement adaptatif majeur, illustré par les améliorations apportées à la conception des outils en pierre. Les noyaux de pierre ont été façonnés des deux côtés pour faciliter le traitement des carcasses d'animaux.

Cela a conduit à l'émergence de l'Homo erectus, il y a environ 1,8 million d'années. Ces premiers humains étaient devenus des chasseurs efficaces. Par conséquent, la viande et les os sont devenus des ressources alimentaires fiables tout au long de l'année.

Une division du travail est apparue. Les hommes chassaient, les femmes récoltaient les plantes. Cela nécessitait un port d'attache et des formes de communication plus élaborées pour les excursions planifiées, jetant ainsi les bases du langage.

Homo sapiens

Après 800 000 ans, les fluctuations de la chaleur et de l'aridité deviennent plus extrêmes en Afrique. Des outils en pierre finement ouvragés ont marqué la transition vers l'âge de la pierre, ainsi que l'émergence de l'Homo sapiens moderne en Afrique il y a environ 300 000 ans.

Mais en dépit de ses prouesses en matière de chasse, l'Homo sapiens est tombé à un niveau précaire en Afrique il y a environ 130 000 ans, à la suite d'une période glaciaire particulièrement sévère. Des preuves génétiques indiquent que l'ensemble de la population humaine du continent s'est réduite à moins de 40 000 individus, répartis de manière éparse du Maroc au nord au Cap à l'extrême sud.

Un vestige a survécu en habitant des grottes le long de la côte sud du Cap, exploitant les ressources marines. Cette source de nourriture fiable a favorisé de nouveaux progrès dans la technologie des outils, et même l'art le plus ancien.

L'utilisation d'arcs et de flèches comme armes, ainsi que de lances, a probablement contribué de manière cruciale à l'expansion des humains au-delà de l'Afrique, il y a environ 60 000 ans. Ils se sont répandus à travers l'Asie et en Europe, déplaçant les Néandertaliens.

Uniquement en Afrique

Un troupeau de grands gnous bruns est réparti dans un paysage herbeux, mâchant l'herbe
Gnous en train de brouter dans les plaines du Serengeti en Tanzanie. Norman Owen-Smith

Comme je l'explique dans mon livre, c'est l'abondance spécifique de brouteurs de taille moyenne et grande dans les savanes fertiles, concentrés près des points d'eau pendant la saison sèche, qui a permis la transformation évolutive d'un singe relativement chétif en un chasseur redouté en Afrique.

Le plateau intérieur élevé de l'Afrique a généré la sécheresse saisonnière qui a limité la croissance des plantes dans les régions orientale et méridionale. Les sols d'origine volcanique, très répandus, étaient suffisamment fertiles pour favoriser la propagation de broutards de taille moyenne adaptés à la digestion efficace de l'herbe sèche.

Ces herbivores particulièrement abondants s'entassaient autour des points d'eau restants, fournissant suffisamment de restes de chair et de moelle pour faire du charognage un moyen fiable de surmonter les pénuries de parties comestibles des plantes pendant la saison sèche. La dépendance accrue à l'égard de la viande pour compléter un régime à base de plantes a entraîné une coordination sociale entre les chasseurs masculins et les cueilleuses féminines, ce qui a favorisé les progrès de la communication et de la technologie des outils, soutenus par l'expansion de la capacité crânienne.

Si l'Afrique était restée en grande partie basse et lessivée de ses nutriments comme la majeure partie de l'Amérique du Sud et de l'Australie, cela n'aurait pas été possible.

Les herbivores mobiles d'Afrique, tels que les gnous, sont actuellement chassés de leurs sanctuaires par l'expansion des établissements humains. Ces animaux représentent un patrimoine culturel mondial, ayant joué un rôle essentiel dans nos origines évolutives. Nous devons veiller à ce qu'il reste suffisamment d'espace en Afrique pour permettre leur survie malgré l'expansion des populations humaines.

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 184,400 academics and researchers from 4,972 institutions.

Register now