Menu Close

L’opération « Wuambushu », symptôme d’un État « bricolé » à Mayotte

Une femme passe devant des personnes qui attendent dehors lors d'une réunion entre des personnes menacées d'expulsion et des associations, dans le cadre d'une éventuelle procédure de relogement, à l'école élémentaire de Majicavo Dubaï, à Majicavo, Mayotte, le 24 avril 2023.
Une femme passe devant des personnes qui attendent dehors lors d'une réunion entre des personnes menacées d'expulsion et des associations, dans le cadre d'une éventuelle procédure de relogement, à l'école élémentaire de Majicavo Dubaï, à Majicavo, Mayotte, le 24 avril 2023. Morgan Fache / AFP

Le 24 avril dernier, une vaste opération sécuritaire a été lancée dans le département de Mayotte. Présentée par le gouvernement comme une opération exceptionnelle de lutte contre l’insécurité, l’habitat insalubre et l’immigration clandestine, « Wuambushu » qui signifie « reprise » en shimaoré (une des langues vernaculaires parlées à Mayotte) mobilise plus de 1 800 agents des forces de l’ordre afin de procéder à la destruction de bidonvilles et l’expulsion des personnes en situation irrégulière, venues principalement des Comores.

Dans ce contexte, le soutien de la population mahoraise et de ses élites politiques à l’opération, qui s’est notamment exprimé lors de plusieurs rassemblements ces dernières semaines, a pu être interprété en métropole comme une sorte d’anomalie historique ou le symptôme de la victoire politique de l’extrême droite en outre-mer.


Read more: Mayotte : pourquoi ce département français est-il revendiqué par les Comores ?


Ces lectures semblent ne pas prendre suffisamment en compte l’histoire singulière de Mayotte au sein de la République ni la complexité du rapport à l’État dans ce territoire aujourd’hui. Pour comprendre comment une telle opération a été rendue possible et pourquoi certains Mahorais la soutiennent, il faut revenir sur l’histoire de cette relation et voir comment elle a modelé des attentes très fortes envers l’État (développement économique, accès aux services de santé, scolarisation), qui se voient aujourd’hui largement déçues.

Un récit mémoriel singulier

Sur place, la relation entre Mayotte et la métropole fait l’objet d’un récit mémoriel qui peut surprendre de prime abord, dans la mesure où il célèbre la France pour son rôle émancipateur et protecteur, rempart contre la domination des îles comoriennes voisines.

Cette mémoire du rôle de la France est très diffuse à Mayotte, je l’ai rencontré dans les discours des élus ou hauts fonctionnaires du territoire avec lesquels je me suis entretenue dans le cadre de mes travaux de recherche, mais elle n’est pas pour autant propre à l’élite locale, dans la mesure où cette mémoire circule dans la population mahoraise et est mentionnée dans les interactions quotidiennes.

Cette mémoire collective mahoraise retient la période précoloniale comme celle « de l’archipel aux sultans batailleurs » caractérisée par des rivalités et des razzias entre sultans des quatre îles de l’archipel. Selon ce récit, la vente de l’île de Mayotte faite par le sultan de Mayotte, Adriantsouli, en 1841 aurait permis de protéger la population de l’île des vélléités des sultans des îles comoriennes. L’historien Ibrahim Mahmoud a étudié la construction de ce récit mémoriel, largement alimenté par le pouvoir colonial français.

Des femmes écoutent un discours sur l’île de Mayotte, le 27 avril 2023
Des femmes écoutent un discours lors d’un rassemblement en faveur de l’opération « Wuambushu » à Chirongui, sur l’île de Mayotte, le 27 avril 2023. Patrick Meinhardt/AFP

Cette mémoire politique encore très vive à Mayotte et réactivée à l’occasion de l’opération « Wuambushu » vient remettre en question la manière dont sont habituellement comprises ces situations postcoloniales.

Un sentiment de déclassement

Le sentiment que malgré la départementalisation en 2011, l’action publique à Mayotte est toujours en dehors des cadres ordinaires et dans une version dégradée produit un sentiment de déclassement très fort chez les Mahorais. Il pousse la population à se mobiliser fréquemment pour contester la gestion spécifique dont elle fait l’objet au sein de la République.

[Près de 80 000 lecteurs font confiance à la newsletter de The Conversation pour mieux comprendre les grands enjeux du monde. Abonnez-vous aujourd’hui]

En 2017, par exemple, à la suite de rumeurs concernant une feuille de route qui faciliterait la circulation des biens et des personnes entre les Comores et Mayotte, de grandes manifestations ont eu lieu. Considéré comme une remise en cause du statut de département de Mayotte, les élus ont rejoint la mobilisation et poussé le gouvernement à abandonner ce projet.

Un rapport ambivalent à l’État s’exprime dans ces mobilisations et ses cortèges habituellement peuplés de femmes, faisant écho à l’histoire des Chatouilleuses, ces femmes qui au milieu des années 1960 se sont mobilisées pour que Mayotte reste française et ne soit pas intégrée au projet indépendantiste des Comores.

Cette ambivalence traduit une inquiétude historique à Mayotte qui est celle de se faire abandonner contre son gré par la France. À Mayotte, lorsque l’on parle de « l’abandon de l’État » il ne désigne pas seulement le manque d’investissement de l’État en faveur du développement du territoire, il exprime aussi une crainte plus profonde, celle d’un détachement de Mayotte de l’ensemble national.

Un État bricolé

Pour comprendre cette inquiétude qui ressurgit régulièrement à Mayotte, il faut rappeler les tergiversations de la métropole à l’égard de ce territoire. Prise en étau entre deux principes qui se confrontent dans le projet de Mayotte française, le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et l’intangibilité des frontières issues de la colonisation, la métropole s’est trouvée quelque peu embarrassée par la détermination de Mayotte à devenir un département.

L’ajournement de la départementalisation par le gouvernement a pris la forme d’une succession de statuts pour Mayotte, certains bricolés « sur le tas », sui generis : TOM, collectivité territoriale, collectivité départementale d’outre-mer. En 65 ans, Mayotte ne connait ainsi pas moins de 5 statuts différents, qui viennent à chaque fois brouiller les cartes et redéfinir la soi-disant « spécificité » de Mayotte.

Dans ce contexte, obtenir le statut de département signifiait la fin de l’incertitude quant à l’avenir du territoire et la préservation de l’intérêt de sa population. La mobilisation départementaliste a fait peser des attentes très fortes sur l’État et a porté l’espoir collectif d’un développement économique et social.

À Mayotte, il existe une expression en shimaoré pour désigner l’aspect « bricolé » et dérogatoire de l’action publique sur le territoire : on parle de l’État magnégné. Ce terme recouvre différentes réalités, à la fois matérielles et symboliques.

Il désigne par exemple les nombreuses écoles construites par l’État en préfabriqués, signes d’un provisoire qui souvent dure à Mayotte, les routes bosselées, mais aussi la réglementation et le droit dérogatoire qui s’appliquent sur ce territoire.

Le village de Kaweni, près de Mamoudzou, sur l’île de Mayotte, le 26 avril 2023
Le village de Kaweni, près de Mamoudzou, sur l’île de Mayotte, le 26 avril 2023. Patrick Meinhardt/AFP

En bref, il cristallise la critique d’un État « bricolé », qui ne serait pas le même qu’en métropole, malgré les revendications de longue date de la population et des élus en ce sens.

Des inégalités qui alimentent le rejet des étrangers

Ces attentes se voient aujourd’hui déçues. À Mayotte, 77 % de la population vit sous le seuil de pauvreté national, alors même que le montant et les critères d’attribution des prestations sociales ne sont pas les mêmes qu’en métropole. Le niveau de vie médian est par ailleurs six fois plus faible qu’en métropole et il est en baisse par rapport à 2011, date de la départementalisation.

L’habitat insalubre est un phénomène très étendu sur le territoire. Dans le paysage de l’île, on peut observer des quartiers entiers faits d’habitations de tôles (nommées bangas). Selon la dernière enquête de l’Insee (2019), quatre logements sur dix sont en tôle dans le département, avec d’importants problèmes d’accès à l’eau et à l’électricité. Si les étranger·e·s sont surreprésentés dans les bidonvilles (65 % d’entre eux vivent dans des maisons en tôles), il n’y a pas seulement des personnes en situation irrégulière qui vivent dans les bangas, mais également des personnes étrangères bénéficiant d’une autorisation de séjour, et des familles mahoraises pauvres.

La grille de lecture qui fait de l’immigration la clé de voûte de toutes les difficultés du territoire s’est largement imposée, alimentée par les services de l’État, occultant au passage les problèmes de sous-administration et de manque d’investissement en faveur du développement de Mayotte. La dégradation de la situation sécuritaire sur l’île ces dernières années et les difficultés d’accès aux services publics (scolarisation, santé, eau) ont accentué le sentiment des Mahorais d’avoir été privés des rentes d’une départementalisation tant attendue.

Ce sentiment de dépossession s’est traduit par une hostilité grandissante vis-à-vis des personnes issues de l’immigration, prenant parfois la forme de mobilisations violentes. En 2016, à la suite d’une crise de l’eau imputée à la surpopulation du territoire provoquée par l’immigration clandestine, des collectifs villageois de Mahorais se sont formés pour procéder à des « décasages » qui ont pris la forme d’opérations d’identification et d’expulsion de personnes en situation irrégulière installées sur des terrains qui ne leur appartenaient pas, sans susciter de réaction de la part de l’État qui a laissé faire.

Si ces mobilisations illégales ne doivent bien sûr pas être légitimées, il faut rappeler le terreau dans lequel elles s’inscrivent et qui les a rendues possibles et comment elles ont pu préfigurer cette opération de « reprise » par le gouvernement, déjà mis à mal par des difficultés administratives et diplomatiques et dont l’efficacité sur le moyen et long terme pose de nombreuses questions.

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 179,000 academics and researchers from 4,895 institutions.

Register now