Menu Close
Des membres du Congrès ovationnent le président ukrainien Volodymyr Zelensky, qui se trouve sur un écran
Des membres du Congrès ovationnent le président ukrainien Volodymyr Zelensky lors d'un discours virtuel au Capitole à Washington, le 16 mars 2022. L'Ukraine dit avoir été la pionnière d'une nouvelle source de soutien financier : les cryptomonnaies. (Sarahbeth Maney/The New York Times via AP)

L'Ukraine et la Russie se font aussi la guerre à coup de cryptomonnaies

Au Canada, à peine quelques jours avant l’invasion russe en Ukraine, des milliers de personnes se joignaient au mouvement de protestation de camionneurs, baptisé le « Convoi de la liberté », pour s’opposer aux mesures sanitaires des gouvernements.

Dans le but de soutenir le mouvement de protestation, les organisateurs avaient lancé une collecte de fonds sur la plate-forme GoFundMe. Or, en alléguant l’incitation à la violence liée au mouvement, et conformément aux sanctions imposées par les autorités canadiennes, la plate-forme de sociofinancement a décidé de saisir les quelques 10 millions de dollars de dons amassés.

Les organisateurs se sont rapidement tournés vers l’univers des cryptomonnaies pour contourner la saisie et poursuivre le financement de leur mouvement – ce qui aura permis d’amasser près d’un million de dollars en quelques jours.

Cette histoire canadienne illustre parfaitement la façon dont les cryptomonnaies peuvent jouer un double rôle de soutien social, mais aussi d’aide au contournement de sanctions.


Read more: Intérêt croissant pour les cryptomonnaies : le début d’une plus grande cohésion internationale ?


Parallèlement, du côté de l’Ukraine, on observe un enthousiasme du gouvernement de Kyiv envers les cryptomonnaies. Elles ont permis un apport financier (hyper) rapide et non négligeable à la défense du pays.

En nous intéressant à la transformation numérique de la profession comptable, nous avons été amenés à nous plonger dans l’univers des cryptomonnaies afin de discerner leur fonctionnement et leur encadrement. Alors que le conflit armé entre l’Ukraine et la Russie fait rage, l’intérêt des pays de réglementer les cryptomonnaies n’a en effet jamais été aussi retentissant.

Une guerre numérique

Le conflit opposant l’Ukraine à la Russie n’est pas uniquement une guerre de bombes et de balles, mais aussi une guerre numérique dont les cryptomonnaies ne sont qu’un des nombreux volets.

Le ministère ukrainien de la Transformation numérique fait couler beaucoup d’encre quant à sa manière ingénieuse de supporter la résistance de son pays contre l’invasion russe. Cela passe par l’utilisation sophistiquée des médias sociaux pour faire valoir les intérêts ukrainiens partout sur la planète aux « hackathons », où sont récompensés à coup de 100 000 $ US les pirates informatiques parvenant à attaquer les systèmes russes.

Des fonds rapidement disponibles

Alors qu’un représentant du gouvernement ukrainien tweetait que le pays accepterait désormais les aides internationales via les cryptomonnaies, plus de 100 M $ US auraient été amassés de cette manière. Au départ, deux fonds ont été mis en place, l’un à des fins humanitaires et l’autre à des fins militaires. Cependant, devant l’escalade des violences, les fonds ont été fusionnés et entièrement consacrés au soutien de l’armée ukrainienne, en permettant notamment la fourniture de gilets pare-balles, de lunettes de vision nocturne, de casques, de médicaments et de vivres pour les combattants en première ligne.

Le gouvernement cite d’ailleurs que bien que la somme reçue en cryptomonnaies soit modeste comparativement au total des fonds accordés d’organismes internationaux, elle a pu être reçue beaucoup plus rapidement grâce à l’absence d’intermédiaires.

Les transferts bancaires peuvent en effet prendre plusieurs jours pour aboutir dans les comptes du gouvernement ukrainien. Les cryptomonnaies ont été déposées en quelques minutes seulement.

Cela démontre l’utilité indéniable que peuvent avoir les cryptomonnaies – dans l’état actuel de leur fonctionnement et encadrement – pour supporter, notamment, les systèmes financiers et économiques de pays en détresse.

Les cryptomonnaies pour esquiver les sanctions internationales

Si la guerre numérique profite humainement et militairement à certains, notamment en outrepassant la lenteur des systèmes financiers classiques, elle permettrait à d’autres de contourner des sanctions internationales qui leur sont imposées. À cet effet, notons que selon certaines sources, l’univers des cryptomonnaies joue aussi un rôle de refuge pour un bon nombre de citoyens russes ordinaires cherchant à conserver leurs économies, alors que leur système bancaire fait l’objet de nombreuses restrictions et vulnérabilités et que la valeur du rouble de leur nation s’effondre.

Les sanctions économiques imposées contre la Russie ne sont pas nouvelles. Depuis l’annexion de la Crimée, en 2014, plusieurs ont été mises en place contre la Russie. L’actuelle invasion russe en Ukraine a entraîné l’ajout de nouvelles sanctions pénalisant des organisations et des individus – notamment l’Oligarchie – russes sur le plan financier et économique. Conséquemment, le rouble russe chute au point que plusieurs filiales russes de banques européennes seraient au bord de la faillite.

Cependant, là aussi, les cryptomonnaies pourraient être de bons secours en permettant notamment aux organisations, aux gouvernements et aux oligarques russes de poursuivre leurs activités financières sanctionnées en procédant illégitimement via l’univers peu réglementé des cryptomonnaies. Depuis le début de la guerre, les conversions de roubles russes en cryptomonnaies ont littéralement explosé.

Les cryptomonnaies laissent des traces

Mais est-ce vraiment un moyen efficace et définitif pour esquiver les sanctions ? Sans doute pas, surtout s’il est question de sommes très importantes comme celles détenues par les oligarques et les grandes organisations russes. Il est en effet très peu plausible que ces sommes puissent entièrement être absorbées par les cryptomonnaies en circulation.

Par ailleurs, l’utilité des cryptomonnaies dans ce type de transactions reste temporaire. Les sommes utilisées pour se procurer des cryptomonnaies deviennent en effet traçables – et ainsi sujettes aux sanctions – dès qu’elles atterrissent dans des comptes bancaires « traditionnels ». L’intraçabilité des cryptomonnaies serait en effet de moins en moins vraie grâce à l’expertise que les forces de l’ordre parviennent à acquérir.

La guerre va accélérer la réglementation des cryptomonnaies

Dans cette perspective, la présente guerre numérique entre l’Ukraine et la Russie est susceptible de jouer un rôle de catalyseur et d’accélérateur pour la prise en main réglementaire de l’univers anarchique des cryptomonnaies. Il reviendra ensuite à chaque pays de trouver les mécanismes permettant un encadrement adéquat de ces monnaies virtuelles – en espérant que le tout convergera vers une certaine cohésion internationale.

En ce sens, il semble primordial pour les législateurs des différents pays d’envisager un encadrement équilibré. Il s’agit de minimiser les possibilités d’user de l’univers des cryptomonnaies comme moyen illégal de contournement sans enlever l’efficacité que les cryptomonnaies peuvent représenter – notamment à l’égard de la rapidité de traitement des opérations. Cet équilibre ne sera pas simple à atteindre.

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 186,900 academics and researchers from 4,996 institutions.

Register now