Podcast : Déconfinement, les risques psychologiques de la reprise du travail

Déconfinement, les risques psychologiques de la reprise du travail. CC BY13.7 MB (download)

Lors d’une épidémie, le confinement est une mesure assez radicale et brutale visant à séparer les personnes et à restreindre leurs mouvements durant un temps limité dans le but de réduire la propagation d’une maladie. Face à ce type de situation, les personnes qui y sont soumises voient ainsi leurs routines, leur travail, leur finance, leur mode de vie largement bouleversés.

Ces nombreux et soudains changements semblent pouvoir entraîner le développement de nombreuses conséquences psychologiques pendant le confinement, mais également, bien plus tard, après l’arrêt de celui-ci (pour plus de détails : épisode #140 du podcast La Tête Dans Le Cerveau).

Un problème supplémentaire vient à se poser lorsque le confinement est justifié par l’apparition d’une nouvelle pathologie. En effet, aucun traitement n’est alors spécifiquement efficace et aucun vaccin protecteur n’existe encore. Malgré cela, le confinement doit inévitablement se terminer et la vie reprendre.

Mais alors que se passe-t-il au niveau psychologique lorsque tout s’arrête, que le confinement est levé et qu’il faut retourner au travail même si la menace est toujours présente ?

C’est à cette question que des chercheurs de plusieurs pays ont essayé de répondre dans une très récente étude. Les résultats de leurs travaux tendent à montrer que dans ces conditions singulières, la reprise d’une activité professionnelle sur le lieu de travail habituel pourrait être accompagnée de conséquences psychologiques pouvant être nombreuses et plus ou moins importantes.

En 15 minutes, avec cet épisode, découvrez en détail les résultats de cette étude, ainsi que les pistes qui pourraient atténuer les conséquences de la reprise du travail post-confinement.


Un podcast en partenariat avec La Tête Dans Le Cerveau dont toutes les références scientifiques sont à retrouver sur Cerveau en Argot.

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 106,400 academics and researchers from 3,432 institutions.

Register now