Politique d’influence du Kremlin : entre Eurasie et « monde russe »

Vue du transsibérien, 2004, peut-être le symbole le plus évident du « monde » eurasiatique. Boccaccio1/Flickr, CC BY-ND

Vladimir Poutine a mis en avant ses succès en politique étrangère pour conforter sa popularité et assurer sa réélection en mars 2018. Parallèlement à l’utilisation des forces armées et à l’activisme de sa diplomatie, le Kremlin tente d’articuler une politique d’influence dans deux grandes directions : l’Eurasie et le « monde russe ».

L’effondrement de l’Union soviétique a posé la question des rapports que la Russie doit entretenir avec ses nouveaux voisins et les communautés russes à l’étranger. En effet, les frontières de la Russie avec les républiques postsoviétiques (républiques baltes, Biélorussie, Ukraine, Transcaucasie, Kazakhstan), de simples limites administratives dessinées par le pouvoir soviétique se transforment en quelques mois en frontières internationales.

Mais ces nouvelles frontières ne correspondent dans leur majorité, ni à un précédent historique (les frontières de la Russie ont toujours correspondu à celles de son empire) ni aux infrastructures économiques et de transport (de nombreuses liaisons intérieures russes passent par le territoire d’autres républiques), ni à la répartition des Russes ethniques, dont près de 25 millions se retrouvent du jour au lendemain « à l’étranger » au sein des nouveaux États indépendants.

Union économique eurasiatique, 2017, extrait de « Questions internationales : la documentation française », n°85-86, mai-août 2017. FNSP/Sciences Po, Atelier de cartographie/DILA, CC BY

Ambitions eurasiatiques

Face au risque de rupture avec ce que Moscou appelle désormais son « étranger proche », les autorités russes favorisent l’intégration régionale dans le cadre de la Communauté des États indépendants (CEI), créée dès 1992. Cependant, il apparaît très vite que la logique de construction d’États nationaux indépendants l’emporte sur celle de la coopération inter-étatique : la CEI, si elle maintient jusqu’à aujourd’hui un espace intégré a minima (régime sans visa…), ne permet pas de construire une véritable union régionale.

Dans le même temps, la Russie et certains de ses voisins (avant tout la Biélorussie et le Kazakhstan) expriment la volonté d’aller plus loin dans l’intégration et cherchent à lui donner un cadre identitaire et conceptuel. C’est justement une période de renouveau des idées eurasistes conçues dans l’émigration russe à partir des années 1920 par plusieurs intellectuels dont le linguiste Nikolaï Troubetskoï et le géographe Piotr Savitsky. Ces derniers définissent l’Eurasie comme un espace civilisationnel singulier, qui n’est ni Europe, ni Asie. Selon ses contempteurs, l’Eurasie aurait vocation à former un espace civilisationnel original et multiethnique, alliant notamment Slaves et turcophones, orthodoxes et musulmans.

Le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev est un ardent défenseur de l’Union eurasiatique. Kremlin

Dès 1994, le président kazakh Noursoultan Nazarbaev avait fait siennes une partie des idées eurasistes. Il a ainsi proposé de construire une Union eurasiatique qui rassemblerait les républiques postsoviétiques autour de la Russie. Ce projet a peu à peu pris forme avec la création de la Communauté économique eurasiatique (2001) puis de l’Union économique eurasiatique (2015). Cette dernière a pour vocation d’assurer la libre circulation des biens, des personnes et à terme des capitaux. Pour ce faire, les États membres (Russie, Biélorussie, Kazakhstan, Arménie et Kirghizstan) ont délégué une partie de leur politique économique à la Commission économique eurasiatique, l’organe supranational de l’ensemble. Mais le principal handicap de l’Union économique eurasiatique est l’absence de l’Ukraine, la plus peuplée (43 millions d’habitants) des républiques postsoviétiques après la Russie (146 millions). Et pour cause : la crise ukrainienne a justement pour origine les tiraillements entre partisans de l’intégration eurasiatique et partisans du rapprochement avec l’Union européenne.


Read more: Ukraine, le conflit mal éteint du Donbass


Ces derniers se sont appuyés sur des groupes nationalistes et le soutien des Occidentaux pour renverser le président Ianoukovitch et prendre le pouvoir à Kiev. La Russie en a profité pour annexer la Crimée et soutenir les russophones ukrainiens dans leur opposition au nouveau pouvoir.

Protéger le « monde russe »

L’un des principaux arguments du Kremlin pour justifier sa politique ukrainienne a été d’affirmer la vocation de la Russie à protéger le « monde russe » (russkii mir). Ce concept a été popularisé à la fin des années 1990 par plusieurs universitaires et idéologues russes (principalement Piotr Chedrovitsky) afin de désigner l’ensemble des communautés de culture et de langue russe qui vivent en dehors des frontières de la Russie, que ce soit du fait de l’éclatement de l’URSS ou au travers de différentes vagues d’émigration (émigration blanche après la révolution de 1917, dissidence soviétique, émigration économique postsoviétique).

Le « monde russe » se déploie autour de son noyau – la Russie – en plusieurs cercles concentriques qui se recoupent partiellement. Au niveau géographique, le premier cercle correspond à l’étranger proche (ex-républiques ex-soviétiques) où se concentre l’essentiel des Russes et des russophones ; le deuxième cercle renvoie à l’Europe et à l’espace méditerranéen : descendants des « Russes blancs », notamment en France, importantes communautés russophones en Allemagne (émigration postsoviétique), en Israël (plus d’un million de personnes) ou encore à Chypre. Le troisième cercle correspond au reste du monde (communautés plus disparates aux États-Unis, en Amérique du Sud, ou en Australie…).

Le Petit Journal du 6 mars 1922. RetroNews-BnF

On peut également distinguer plusieurs cercles ethnoculturels : le cœur du monde russe est constitué par les Russes « ethniques » auxquels viennent s’ajouter les Slaves orthodoxes russophones (Biélorusses, Ukrainiens) puis les populations postsoviétiques qui ont en partage la langue et la culture russes à des degrés divers.

Avec l’arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine, le Kremlin prend conscience que l’intégration eurasiatique permet certes de maintenir des liens forts avec les États voisins, mais elle n’accorde aucune place particulière aux Russes et russophones à l’étranger qui se sont souvent sentis abandonnés à leur sort par Moscou. Vladimir Poutine a très vite vu tout l’intérêt de miser sur ce « monde russe » qu’il s’approprie afin de conceptualiser et structurer une politique visant à renforcer les liens entre la Russie et ses « compatriotes à l’étranger ».

Le rôle central de l’orthodoxie

L’Église orthodoxe russe s’est également emparée du concept dans la mesure où le territoire canonique du Patriarcat de Moscou s’étend sur la majorité des républiques ex-soviétiques, notamment la Biélorussie et l’Ukraine. De plus, le Patriarcat de Moscou tente de renforcer sa présence auprès des communautés russes émigrées pour lesquelles l’Église orthodoxe sert d’espace de socialisation et de référent identitaire avec une dimension « diasporique ».

Conscientes de ce rôle de l’Église dans le maintien de l’identité russe à l’étranger, le Kremlin s’appuie sur elle dans sa stratégie d’influence culturelle : l’un des symboles les plus éloquents de cette approche n’est autre que le nouveau Centre culturel russe construit quai Branly et dominé par les coupoles dorées de la cathédrale de la Sainte-Trinité à proximité de la Tour Eiffel.

Le Centre spirituel et culturel orthodoxe russe à Paris, en 2016. Jean‑Pierre Dalbéra/Flickr, CC BY-SA

Cette dimension religieuse du « monde russe » a donc été reprise en partie par le Kremlin à la faveur du tournant « conservateur » de Vladimir Poutine qui est censé faire de la Russie le rempart des valeurs traditionnelles face à un Occident qui aurait renié ses racines chrétiennes.

Le « monde russe » et la construction eurasiatique sont donc deux pans relativement complémentaires de la politique d’influence russe. L’un donne un cadre conceptuel aux relations entre Moscou et sa « diaspora », l’autre a une dimension plus institutionnelle et permet à Moscou de maintenir une partie de ses voisins dans son aire d’influence. Cependant, la crise ukrainienne a révélé les limites de cette politique.

En effet, une partie des voisins de la Russie soupçonnent désormais Moscou de vouloir instrumentaliser les communautés russophones pour justifier une politique d’ingérence tandis que l’intégration eurasiatique subit le contre-coup des sanctions croisées entre la Russie et l’Occident. De fait, le Kremlin a encore beaucoup à faire s’il veut conjuguer efficacement une approche soft power avec les instruments plus traditionnels d’une politique de puissance.