file df h. Shutterstock

Pourquoi nous rions au pire moment… et que c'est encore plus drôle!

Pour les Batek de la forêt tropicale de la péninsule malaisienne, le rire peut être dangereux.

Dans le système des tabous de ces chasseurs-cueilleurs égalitaires, le rire dans certaines situations peut provoquer des tempêtes, des maladies ou même la mort. Et pourtant, parfois, les Batek - comme tout le monde - rient quand ils savent qu'ils ne devraient pas le faire.

En fait, le rire peut être particulièrement agréable lorsque c'est interdit.

Que nous dit ce paradoxe au sujet des idées du bien et du mal ? Ma recherche récente avec les Batek suggère que l'examen des rires contagieux, incontrôlables peut aider à expliquer pourquoi nous faisons des choses que nous savons que nous ne devrions pas faire. Plutôt que d'avoir toujours « tort », rire quand nous ne devrions pas peut être un moyen de façonner nos croyances éthiques en interagissant avec les autres, en testant les limites du bien et du mal. Pour comprendre cela, il faut regarder non seulement ce qui est drôle, mais aussi comment les gens rient.

Dans la forêt de Batek, rire de tout ce que l'on s'apprête à manger risquerait de provoquer la diarrhée et même la mort dans des circonstances extrêmes. Rire autour des fruits, des fleurs, des abeilles, du miel, de certains insectes ou de tout ce qui touche à l'écologie de la saison des fruits comporte des risques énormes. Il s'agit notamment de chenilles qui sortent de vos yeux, d'une gigantesque tête enflée ou de l'incapacité de parler.

Ce genre de rire peut aussi affecter la saison des fruits elle-même, ce qui fait que certains fruits ou fleurs n'apparaissent pas. Rire trop, trop fort ou de certaines créatures - en particulier des sangsues et d'autres invertébrés - risque de mettre en colère l'être-tonnerre, provoquant des tempêtes terrifiantes.

A ne pas rire : une fleur dans la forêt de Batek. Alice Rudge, Author provided (No reuse)

Le respect de ces tabous est considéré comme un comportement éthique, un moyen par lequel les gens font preuve de respect pour les non humains de la forêt qui assurent la subsistance des Batek. Mais parfois, les gens ne peuvent pas contrôler leur rire.

Pendant mon travail sur le terrain avec les Batek, un soir, je dormais près de Naʔ Srimjam, une amie Batek, quand une grenouille a commencé à croasser. Naʔ a essayé désespérément de maîtriser son rire, en vain, sachant bien qu'il était tabou. Dès que son rire s'estompait, la grenouille poussait un nouveau croassement et c'était reparti. Ce cycle s'est répété jusqu'à ce qu'elle en pleure de rire.

Naʔ Srimjam était pleinement consciente qu'elle transgressait dangereusement un tabou, mais son rire subversif la réjouissait en même temps. Elle n'a pas pu s'en empêcher. Dans ce cas-ci, son rire était incontrôlable. Et pourtant, personne ne l'a jugée sévèrement quand elle a raconté l'histoire le lendemain.

Société ou individu?

Les universitaires se demandent depuis longtemps si notre éthique est façonnée par la société ou si nous la contrôlons en tant qu'individus. Mais ces périodes de rires interdits chez les Batek montrent que les deux peuvent être vrais.

D'une part, nos idées sur ce qui est drôle sont façonnées par nos contextes sociaux. Ce moment était si drôle pour Naʔ Srimjam parce qu'elle savait qu'en tant que Batek, c'était tabou pour elle de rire de cette grenouille. Elle n'arrêtait pas de le répéter!

D'un autre côté, les gens auront toujours leurs propres réactions face aux événements. Les contextes sociaux contribuent à façonner ces réactions, mais ne sont pas les seuls facteurs qui déterminent notre comportement. Le rire peut éclater, qu'il soit culturellement ou socialement approprié ou non.

Lorsqu'il s'agit de l'éthique du rire, les gens peuvent reconnaître les règles de ce qui est approprié, mais aussi contourner ces règles. La liberté qu'ont les gens de choisir ce qui est éthique reflète leur compréhension plus large de leurs relations avec les autres.

Dans la société égalitaire des Batek, où personne n'a d'autorité systématique sur l'autre, l'autonomie individuelle est primordiale. Cet accent sur l'autonomie est la raison pour laquelle les Batek ne se punissent pas les uns les autres pour des rires inappropriés, même lorsqu'ils sont considérés comme erronés et risquent des conséquences dangereuses pour le groupe, telles que la colère de l'être-tonnerre. Au lieu de cela, les gens disent que c'est « à eux de décider ».

Pour cette raison, le rire est un outil unique de socialisation. Il y a une interaction constante entre faire la bonne ou la mauvaise chose (en petite quantité!). Et comprendre comment cela fonctionne par le rire aide les gens à établir leurs valeurs éthiques personnelles par rapport au reste du groupe. Quand il s'agit de ce que nous trouvons drôle, nous pouvons soit suivre les règles, soit simplement en rire. Mais quoi qu'il en soit, nous apprenons le bien et le mal.

This article was originally published in English

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 100,400 academics and researchers from 3,206 institutions.

Register now