Menu Close
La thrombocytopénie est un état dans lequel le nombre de thrombocytes (très petites particules de sang, ou plaquettes) est nettement réduit. Shutterstock

Qu’est-ce que la thrombocytopénie, cette maladie rare du sang qui serait liée au vaccin d’AstraZeneca ?

La vaccination a débuté cette semaine au Québec pour les personnes de 55 ans et plus qui acceptent de recevoir le vaccin d’AstraZeneca. Les Québécois sont très nombreux à avoir répondu à l'appel et s'être rués sur les lieux de vaccination sans rendez-vous.

Mercredi, l’Agence européenne des médicaments a conclu que la formation de caillots sanguins doivent être répertoriés comme un effet secondaire « très rare » du vaccin AstraZeneca, tout en estimant que la balance entre les bénéfices et les risques reste « positive ».

Ces conclusions découlent de rapports faisant étant ces dernières semaines de cas de thromboses chez un petit nombre de personnes dans le monde qui avaient reçu le vaccin d’AstraZeneca. Les scientifiques ont appelé cette affection « thrombocytopénie immunitaire prothrombotique induite par le vaccin » (TIPIV).

Mais qu’est-ce que cela signifie réellement ? Quelle est l’importance du risque et quelles sont les implications pour le déploiement de ce vaccin ?

Un déficit de plaquettes

Comme son nom l’indique, la TIPIV est une forme de thrombocytopénie.

La thrombocytopénie est un état dans lequel le nombre de thrombocytes (très petites particules de sang, ou plaquettes) est nettement réduit. Les plaquettes forment des caillots pour arrêter les saignements. Lorsque votre sang ne contient pas suffisamment de plaquettes, votre organisme ne peut pas former de caillots. Cela peut entraîner des saignements excessifs.

Cette condition a une composante génétique, mais elle peut également être provoquée par plus de 300 médicaments courants, notamment la pénicilline et certains analgésiques. La quinine, qui est ajoutée à l’eau tonique pour lui donner du goût, peut aussi, mais très rarement, provoquer une thrombocytopénie.

Les symptômes de la TIPIV peuvent inclure de graves maux de tête, des douleurs abdominales, des convulsions et des troubles de la vision. Ils sont similaires aux symptômes d’une thrombocytopénie non liée au vaccin.

Dans de rares cas de thrombocytopénie, des caillots peuvent se former dans les vaisseaux drainant le sang du cerveau. L’Agence européenne des médicaments a déclaré avoir reçu des rapports faisant état de 169 cas de caillots sanguins cérébraux chez des personnes qui avaient été vaccinées avec le vaccin d’AstraZeneca.

Dans les cas graves, la thrombocytopénie peut être fatale. Des décès dus à des caillots sanguins auraient été associés au vaccin d’AstraZeneca, dont 19 au Royaume-Uni.

La TIPIV semble se manifester de 4 à 20 jours après la vaccination, et jusqu’à présent, le problème a été largement associé aux femmes de moins de 65 ans.

Comment ce vaccin peut-il potentiellement provoquer une thrombocytopénie ? Le terme « immunitaire prothrombotique » indique qu’elle est causée par une suractivation du système immunitaire, ce qui nous donne un indice.

Les plaquettes et la Covid-19

Le vaccin d’AstraZeneca incite les cellules à fabriquer une partie spécifique du SARS-CoV-2 (le virus responsable de la Covid-19), appelée protéine Spike, que le virus utilise pour se fixer aux cellules lorsqu’il nous infecte.

Le vaccin stimule notre système immunitaire pour qu’il produise des anticorps contre la protéine Spike, ce qui prépare l’organisme à structurer une réponse immunitaire contre le SARS-CoV-2, s’il rencontre le virus à l’avenir.

Mais chez certaines personnes, le vaccin d’AstraZeneca semble produire des anticorps qui réagissent avec les plaquettes, les collant ensemble, entraînant ainsi la coagulation du sang. Cela réduit le nombre de plaquettes en circulation, d’où la thrombocytopénie.

Ces anticorps sont similaires à ceux que l’on trouve chez certaines personnes prenant un médicament anticoagulant appelé héparine. La réponse immunitaire à l’héparine génère des anticorps qui se lient aux plaquettes. Cela peut entraîner la formation de caillots sanguins chez certaines personnes. Il s’agit de la thrombocytopénie induite par l’héparine. Jusqu’à un patient sur 20 recevant de l’héparine développe une thrombocytopénie.

En gardant à l’esprit que nous devons encore établir la relation de cause à effet, il est possible que le mécanisme biologique par lequel nous pensons que l’héparine conduit à la thrombocytopénie soit le même pour le vaccin AstraZeneca.

Personnes faisant la file
Des personnes attendent en ligne pour recevoir une dose du vaccin AstraZeneca, jeudi le 8 avril, au Stade olympique de Montréal. La vaccination est ouverte pour les gens âgés de 55 ans et plus. La Presse Canadienne/Paul Chiasson

Quelle est sa fréquence ?

La thrombocytopénie d’origine naturelle touche environ un adulte sur 30 000 par an aux États-Unis.

Quant à la thrombocytopénie présumée induite par le vaccin, selon les données recueillies par la Thrombosis and Haemostasis Society of Australia and New Zealand, la TIPIV est aussi rare qu’une personne sur 500 000. Mais la société note que les données sont incomplètes.

Différents pays ont rapporté des taux différents. La Norvège, par exemple, a signalé jusqu’à présent qu’une personne sur 25 000 adultes vaccinés âgés de moins de 65 ans a présenté une diminution des plaquettes, des saignements et des thromboses généralisées (caillots sanguins).

Bien sûr, la possibilité que certains de ces cas de thrombocytopénie soient survenus indépendamment du vaccin complique la compréhension des cas induits par le vaccin. Mais dans l’ensemble, la thrombocytopénie semble être plus fréquente dans la population générale que chez les personnes ayant été vaccinées.

Comme nous continuons à vacciner la population partout dans le monde, il est probable que de petits sous-ensembles de personnes continueront à souffrir de cette complication. La question de savoir si nous pouvons établir un lien de causalité entre le vaccin AstraZeneca et la thrombocytopénie fait l’objet d’une enquête continue.

Soyez vigilants, mais ne vous alarmez pas

Dans le cadre de l’enquête en cours, certains pays, comme la Norvège, ont interrompu le déploiement du vaccin d’AstraZeneca. D’autres ont restreint l’utilisation du vaccin à certains groupes, comme le Canada, qui ne l’utilise que pour les adultes de plus de 55 ans, qui peuvent présenter un risque plus élevé de Covid et un risque plus faible de caillots sanguins. Entre-temps, le Royaume-Uni s’est engagé à rendre d’autres options vaccinales disponibles pour les personnes plus jeunes.

Pour la population adulte générale, nous sommes d’accord avec les recommandations actuelles d’organismes tels que l’Agence européenne des médicaments et l’Organisation mondiale de la santé, selon lesquelles les avantages du vaccin d’AstraZeneca sont supérieurs aux risques.

Cela dit, il n’est pas déraisonnable d’être prudent. Vous devez surveiller ces symptômes jusqu’à 28 jours après avoir reçu le vaccin :

  • essoufflement

  • douleur dans la poitrine ou l’estomac

  • gonflement ou froideur de la jambe

  • maux de tête sévères ou qui s’aggravent

  • vision floue

  • saignement persistant

  • multiples petites ecchymoses, taches rougeâtres ou violacées, ou cloques de sang sous la peau.

Si vous présentez l’un de ces symptômes et que vous êtes inquiet, consultez un médecin.

This article was originally published in English

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 124,700 academics and researchers from 3,973 institutions.

Register now