Les visiteurs regardent « La ronde de nuit », le plus grand et le plus connu des tableaux de Rembrandt, dans la galerie du Rijksmuseum, à Amsterdam, en avril 2017. Shutterstock

Rembrandt: sa force à dépeindre l'expérience humaine fascine toujours, 350 ans après sa mort

Toute l'année, on a célébré le peintre hollandais Rembrandt van Rijn, afin de marquer le 350ème anniversaire de son décès.

C’est l’occasion de commémorer ce peintre bien-aimé du 17 ème siècle avec nombre d’expositions, de publications et même de délicieuses friandises.

Voilà 13 ans, c’était aussi le « Rembrandt-jaar » (l'année Rembrandt), parce qu’on marquait le 400 ème anniversaire de sa naissance. L’organisation professionnelle des conservateurs des musées hollandais et flamands, le CODART, a dénombré un record de 83 expositions entre 2005 et 2007 pour faire honneur à l’artiste.

Et malgré le souvenir toujours vivace dans la mémoire des amateurs, on peut s’interroger sur la raison d’une nouvelle célébration de cet artiste en 2019.

Les années Rembrandt

Amy Golahny, professeure émérite d’histoire de l’art au Collège Lycoming, en Pennsylvanie, a contextualisé les expositions de 2006 car elles étaient construites autour de nouveaux documents sur le rôle économique, diplomatique et historique de l’art. Ce qui a permis quantité d’expositions monographiques consacrées à ceux qui gravitaient dans son orbite, dont le maître PieterLastmann et son collègue et rival Jan Lievens .

Cette année, pas moins de 53 expositions consacrées au maître ont été recensées sur le site web du CODAR. Cela inclue Leiden circa 1630: Rembrandt emerges, organisée par le centre artistique Agnes Etherington de l'Université de Queen’s, en Ontario, où je travaille comme curatrice et chercheuse en résidence. Cette exposition met l’accent sur l’évolution du langage pictural de Rembrandt au sein d’un réseau de collègues dans sa ville natale de Leiden.

Le prochain Rembrandt: les frontières s’estompent entre art et technologie - pourrait on accoucher d’un nouvelle toile de Rembrandt sous forme numérique?

Le Rijksmuseumd’Amsterdam, qui détient la plus importante collection de Rembrandt au monde, a pour sa part choisi un éventail plus large de son œuvre, mettant en relief 20 tableaux, soixante dessins, et trois cent des plus beaux tirages de ses œuvres dans une exposition intitulée « All the Rembrandts ». Balayant son travail depuis ses compositions de jeunesse jusqu’à une vue d’ensemble de ses réalisations sur plusieurs supports, les expositions de cette année explorent en profondeur l’évolution d’un profil artistique d’exception.

Il semblerait que la première « année Rembrandt » ait eu lieu en 1906, marquant son 300 ème anniversaire de naissance. Une plaque a été installée sur la maison ou il est né, et une statue à son image inaugurée à Leiden. Sa maison sur la rue Breestrat à Amsterdam a été achetée afin d’en faire un musée.

Ces premières commémorations ont été davantage consacrées au héros national hollandais perçu au travers du prisme d’un romantisme encore très 19 ème siècle qu’une véritable célébration de son œuvre. Les années Rembrandt qui lui ont succédé - 1956 et 1959 - se sont surtout préocupées de rassembler ses chefs-d’œuvre ainsi que ceux de ses disciples et ce, afin de bien différencier leur travail.

Le Rembrandt Research Project a été créé à l’approche de l’année Rembrandt 1969 et fait désormais autorité dans l’expertise du caractère authentique de ses tableaux, Il est évident que ces commémorations nous ont largement éclairé sur l’œuvre et la biographie de l’artiste.

Le peintre

Rembrandt van Rijn, ‘Auto-portrait’, circa 1629, huile. Indianapolis Museum of Art at Newfields, Courtesy of The Clowes Fund, C10063.

Nous disposons d’une documentation exhaustive qui nous permet de juger de la personnalité du peintre. Les auteurs le décrivent comme un homme sûr de ses convictions, autonome, et qui est passé par bien des vicissitudes dans sa vie.

Sa vocation lui est venu relativement tardivement, et il n’a commencé son éducation artistique que vers l'âge de 15 ans. Il croyait tant à son talent qu’il se vantait de pouvoir vendre à n’importe qui un mauvais tableau de commande peignant leur bien-aimée.

À la suite du décès de l’amour de sa vie, il s’est mis en ménage avec sa gouvernante, puis ensuite avec sa femme de ménage dont il a eu un enfant sans pour autant l’épouser. Il a déclaré faillite à la suite de décisions financières malheureuses.

Il y a quelque chose d’éternellement fascinant dans sa façon de décrire la condition humaine. Teintes puissantes, formes vigoureuses, interprétation créative de récits familiers, tout cela se résout en un canevas saisissant. L’une de ses premières œuvres, « Judas rapportant les trente pièces d’argent » et datant de 1629, nous transmet l’effroyable fardeau de la trahison de manière atroce: vêtements en haillons, cuir chevelu en sang à la suite d’une crise violente, mains déformées par l’agonie, le corps disloqué, humilié, désespéré.

Rembrandt van Rijn, « Judas rapportant trente pièces d’argent » circa 1629, huile, collection privée. Morgan Library & Museum/Private Collection

Rembrandt, grâce à sa vision extrême de la condition humaine, a inspiré bien des nouvelles ruminations sur notre rôle dans le monde et notre contribution à ce monde.

Les expositions

Dans quelle mesure ces expositions muséales ont-elles été fondamentales à notre recherche sur Rembrandt?

Le travail d’un curateur est essentiel afin de situer les peintres anciens dans un contexte contemporain. Il permet de situer leur art dans un contexte historique, ce qui permet aux observateurs de voir l’art comme un objet vivant grâce aux ressources explicatives qui accompagnent une exposition. Le travail du curateur sert également à contextualiser une œuvre en la comparant à d’autres objets, ce qui permet d’apporter un éclairage nouveau sur des œuvres familières.

Les curateurs, en tant que « gardiens » des collections, ont la responsabilité d’élargir le champ de vision d’une œuvre et sa pertinence dans le temps présent. On remarque cela dans certaines des expositions de cette année consacrées à Rembrandt.

Parmi les recherches les plus intéressantes, je citerai l’exposition: « Rembrandt et Saskia: amour et mariage au Siècle d’or » présentée au musée Fries en Hollande, dans laquelle on se penche sur les notions de bienséance et de statut social dans le cadre du mariage de Rembrandt, ainsi que l'exposition « Rembrandt@350: le Zimbabwe revisite une icône hollandaise » où des artistes locaux réagissent à Rembrandt, et à six des gravures du maître ainsi qu'à un tirage grandeur nature du tableau « La ronde de nuit » (l'original est présentement en cours d’une restauration que l'on peut suivre en ligne).

Les expositions que nous pouvons voir cette année démontrent que l’on peut toujours apporter une vision fraîche et approfondir notre appréciation du passé. À chaque époque, sa manière de célébrer Rembrandt.

Et vous, comment pensez-vous célébrer le maître en cette année Rembrandt 2019?

Rembrandt van Rijn, « Tête d'un vieil homme à la casquette » circa 1630, huile. John Glembin/Agnes Etherington Art Centre, Queen's University. Gift of Alfred and Isabel Bader, 2003

[ Vous aimez ce que vous avez lu ? Vous en voulez plus ? Abonnez-vous à notre infolettre hebdomadaire. ]

This article was originally published in English