Menu Close
Des hommes vêtus de treillis militaires et armés se tiennent devant un bus.
Des militaires burundais arrivent dans l'est de la République démocratique du Congo pour lutter contre la montée des milices dans la région. Alexis Huguet/AFP via Getty Images

Rivalité Burundi-Rwanda : les attaques des rebelles Red-Tabara aggravent les tensions régionales

Le groupe armé Red-Tabara, basé en République démocratique du Congo (RDC), a repris ses attaques au Burundi depuis fin décembre. Le groupe - qui est une abréviation du français Résistance pour un État de droit au Burundi -fait partie d'une poignée de groupes rebelles qui cherchent à renverser le gouvernement burundais.

Les attaques du Red-Tabara visent toutefois des civils plutôt que des installations gouvernementales, des bases militaires ou des infrastructures stratégiques. Cela a remis en question les motivations du groupe.

La Red-Tabara a été créée en 2015 à la suite d'une crise politique et d'un coup d'Etat manqué par certains officiers militaires contre le président burundais de l'époque, Pierre Nkurunziza, qui est décédé en 2020. Le groupe prétend lutter pour un retour à l'État de droit, que le gouvernement actuel aurait abandonné. Cependant, ses attaques aveugles contre les populations civiles s'inscrivent de plus en plus dans le cadre d'actes terroristes.

En février 2024, les combattants de la Red-Tabara ont attaqué le village de Buringa, situé au Burundi à la frontière avec la RDC, tuant neuf personnes. Deux mois plus tôt, les combattants ont attaqué Vugizo, également au Burundi, près de la frontière avec la RDC, tuant 20 personnes.

La Red-Tabara opère dans la région orientale instable de la RDC, dans la province du Sud-Kivu. Cette province partage une frontière poreuse de 243 km avec le Burundi.

Au cours des 15 dernières années, j'ai étudié la dynamique des conflits dans la région des Grands Lacs, qui comprend le Burundi, la RDC, le Rwanda et l'Ouganda. Je considère que les attaques les attaques de la Red-Tabara font partie d'actions coordonnées visant à utiliser les conflits pour remodeler la géopolitique de la région. Les intérêts politiques et économiques, principalement axés sur le contrôle des zones minières et le commerce des minerais, jouent un rôle clé dans la dynamique de la région.

Les attaques ont accru les tensions entre le Burundi et son voisin le Rwanda. Le président du Burundi, Évariste Ndayishimiye, a accusé les autorités rwandaises de soutenir les rebelles Red-Tabara, ce qui pourrait compromettre la mission de paix de son pays en RDC et son influence dans la région.

Pour protester contre ce soutien, le Burundi a fermé sa frontière avec le Rwanda en janvier 2024, expulsé plusieurs citoyens rwandais et suspendu ses relations diplomatiques. Kigali a à plusieurs reprises démenti les accusations selon lesquelles il soutiendrait le groupe rebelle.

Les tensions entre le Rwanda et le Burundi sont susceptibles d'affecter les activités économiques, en particulier le commerce transfrontalier entre les deux pays. Elles pourraient également entraver la mise en œuvre des objectifs de la Communauté de l'Afrique de l'Est, composée de huit membres. Ces objectifs comprennent un marché commun et, à l'avenir, une fédération politique.

Les origines de la Red-Tabara

La Red-Tabara s'est positionnée comme une alternative aux diverses milices qui étaient engagées dans la résistance interne contre le régime de Nkurunziza en 2015.

Le groupe armé affirme lutter pour l'État de droit. Selon le mouvement, la démocratie est en régression au Burundi et le système gouvernemental est caractérisé par la corruption. Le groupe veut rétablir le système de gouvernance prévu par l'Accord de paix et de réconciliation d'Arusha. Cet accord a été signé en août 2000 pour mettre fin à la guerre civile du Burundi, qui a éclaté en 1993. L'une de ses principales dispositions accordait 60 % des postes gouvernementaux aux Hutus, qui représentent environ 85 % de la population burundaise.

Le processus de négociation a réuni 17 partis politiques et a abouti à un mécanisme de partage du pouvoir prévoyant des quotas ethniques au sein du gouvernement et des forces armées. Ces institutions étaient auparavant dominées par la minorité tutsie.

La guerre civile, qui s'est achevée en 2005, a opposé les forces armées burundaises aux mouvements rebelles hutus. L'actuel parti au pouvoir au Burundi, le Conseil national pour la défense de la démocratie-Forces pour la défense de la démocratie, était l'un de ces mouvements rebelles hutus.


Read more: Free of sanctions, Burundi can start to recover and rebuild


La Red-Tabara est une émanation du parti politique interdit Mouvement pour la solidarité et la démocratie. Le parti a été interdit en 2017 après que ses membres ont été accusés d'incitation à la violence.

Il est dirigé par l'ancien journaliste Alexis Sinduhije qui, par le passé, s'est employé à utiliser les médias pour promouvoir la paix pendant la guerre civile. Cependant, depuis qu'il est entré en politique, Sinduhije a été sanctionné, entre autres, par les États-Unis pour son virage vers la violence. La Red-Tabara est donc considérée comme l'aile militaire du parti politique de Sinduhije.

Le facteur Rwanda

Le gouvernement burundais a indiqué que les récentes opérations et attaques de la Red-Tabara ont été soutenues par le Rwanda. Le Burundi accuse Kigali d'utiliser le groupe pour soutenir la déstabilisation du pays de deux manières principales.

Premièrement, après le coup d'État militaire manqué contre Nkurunziza en 2015, les auteurs du coup d'État qui n'ont pas été arrêtés ont fui et se sont exilés au Rwanda. Ils ont depuis fait des déclarations depuis Kigali visant à délégitimer le gouvernement burundais.


Read more: East Africa’s peace mission in the DRC: why it’s in Burundi’s interest to help


Deuxièmement, des informations font état de recrutement et de formation de rebelles burundais à partir du Camp de réfugiés de Mahama dans l'est du Rwanda. Le site accueille plus de 60 000 réfugiés, dont une majorité de Burundais.

En 2016, les experts de l'ONU ont interrogé des combattants burundais capturés en RDC. Ces combattants ont affirmé avoir été recrutés dans le camp de Mahama et, après avoir été formés, ils ont été escortés par des militaires rwandais en RDC avec de fausses cartes d'identité de citoyens congolais. Ils se sont ensuite rendus dans le Sud-Kivu, prêts à lancer des attaques contre le gouvernement burundais en tant que membres de la Red-Tabara.

La présence d'anciens putschistes au Rwanda et leur implication dans des actions de déstabilisation contre le gouvernement burundais, ainsi que le soutien apparemment renouvelé du gouvernement rwandais aux combattants de la Red-Tabara, sont à l'origine du regain de tensions politiques entre Kigali et Gitega.

Dynamique du conflit

Les attaques de la Red-Tabara s'inscrivent dans la dynamique complexe des conflits dans la région des Grands Lacs.

La RDC est devenue le théâtre de guerres par procuration, car les intérêts politiques et économiques concurrents de ses voisins s'entrechoquent.

Environ 1000 soldats burundais soutiennent l'armée congolaise dans sa lutte contre le groupe rebelle M23 qui progresse rapidement dans la région orientale du pays. Le Rwanda a été accusé par l'ONU de financer le M23 - des allégations que Kigali a démenties.

Dans ce contexte, le soutien rwandais aux combattants de la Red-Tabara peut être considéré comme un effort visant à saper le soutien militaire du Burundi en RDC. Ce point de vue est étayé par le refus persistant de Kigali de livrer les Burundais qui ont fomenté le coup d'État de 2015 et qui continuent à vivre au Rwanda tout en coordonnant des attaques au Burundi.

Cela a élargi les lignes de fracture entre le Burundi et le Rwanda, et pourrait entraîner d'autres pays de la région dans le conflit.

Dans ce jeu d'alliance, la Red-Tabara apparaît comme un groupe armé qui a choisi la terreur comme principale tactique. Cela a eu pour conséquence que le mouvement est perçu comme ayant perdu sa vision initiale.

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 185,700 academics and researchers from 4,983 institutions.

Register now