Menu Close

Sainte Olga de Kiev, patronne de la résistance et de la vengeance

St.Olga par Mikhail Nesterov.

Ces derniers jours, nous avons vu une série de vidéos montrant des Ukrainiens et leur président défiant l’agression russe. Qui ne serait pas ému par la vidéo d’une femme ukrainienne affrontant un soldat armé et en bottes, lui disant de mettre des graines de tournesol dans ses poches pour qu’au moins des tournesols poussent à l’endroit où il tombera.

Quant aux selfies héroïques du président Zelenskyy sur la ligne de front de Kiev, ils inspirent bien plus que ses seuls compatriotes.

Les Ukrainiens sont habitués à l’adversité et il existe une femme qui personnifie leur bravoure face aux difficultés. La horde mongole a détruit sa tombe à Kiev en 1240, mais une cathédrale orthodoxe ukrainienne qui lui est dédiée y a été consacrée pas plus tard qu’en 2010.

Cette femme, c’est Olga de Kiev, épouse d’Igor, deuxième souverain de la dynastie des Riourikides, aujourd’hui reconnue comme l’une des plus grandes saintes de l’orthodoxie orientale. Femme farouche et fière qui a protégé son jeune fils et vengé la mort de son mari, elle a joué un rôle crucial dans la consolidation du royaume médiéval de la Rus’ de Kiev en tant qu’entité politique et dans la conversion de ses habitants au christianisme.

Olga est née de parents vikings à Pskov, dans le nord de la Russie, au début du Xe siècle. Elle a épousé le prince Igor jeune et n’avait peut-être que 20 ans lorsque les Drevliens, une tribu voisine, se sont soulevés contre son règne et l’ont assassiné.

Le chroniqueur byzantin Léon le Diacre donne des détails horribles sur la mise à mort d’Igor : il a été attaché à deux troncs d’arbre qui ont ensuite été relâchés de sorte que son corps a été coupé en deux. Le récit de Léon a peut-être été enjolivé (l’historien antique Diodore de Sicile raconte en fait une histoire similaire), mais la mort d’Igor a laissé sa femme et son fils de trois ans seuls et potentiellement sans défense dans un coin particulièrement dangereux et brutal du monde médiéval.

Sainte Olga, princesse de Kiev, par Nikolai Bruni (1901).

Enterrer des ennemis

La légende d’Olga est née de ses actions dans les semaines et les mois qui ont suivi. Les Drevliens lui ont envoyé des émissaires pour lui proposer d’épouser leur chef, le prince Mal. La Chronique primaire, un manuscrit du 11e siècle qui constitue notre principale source pour ce qui suit, rapporte qu’Olga les a accueillis de manière trompeuse, apparemment pour gagner du temps.

Il se peut que ce récit soit partiellement fictif ou du moins exagéré. Mais là n’est pas la question : dans l’hagiographie médiévale, c’est la moralité du récit qui importe le plus.

« Votre proposition me plaît », dit Olga à ses interlocuteurs. « En effet, mon mari ne peut pas ressusciter d’entre les morts. Mais je désire vous honorer demain en présence de mon peuple. Retournez maintenant à votre bateau, et restez-y […] Je vous ferai venir le lendemain […]. »

La délégation drevlienne, pleine d’orgueil, la prend au mot avec joie. Mais ce qu’ils ne savent pas, c’est qu’elle a fait creuser une tranchée dans laquelle ils seront jetés avec leur bateau.

Ils furent enterrés vivants.

Olga convoqua une deuxième ambassade drevlienne avant que le reste de la tribu ait eu le temps d’apprendre le sort de la première. Lorsqu’ils arrivèrent, elle ordonna à ses gens de leur faire couler un bain.

Les Drevliens entrèrent alors dans le bain mais Olga ordonna de verrouiller les portes et de mettre le feu au bâtiment.

La princesse Olga découvre le corps de son défunt mari. Un croquis de Vasily Surikov.

Pour une troisième phase de sa vengeance, Olga se rendit à l’endroit où les Drevliens avaient tué son mari, disant aux personnes présentes qu’elle souhaitait organiser une fête funéraire pour le commémorer. Une fois les Drevliens ivres, elle les fit massacrer par ses hommes.

Enfin, elle assiégea la base des Drevliens à Iskorosten (la ville ukrainienne actuelle de Korosten). Elle trompa ceux qui se trouvaient à l’intérieur de la ville en leur offrant la paix : tout ce qu’ils devaient donner, c’étaientt trois pigeons et trois moineaux pour chaque foyer.

Mais lorsque Olga eut les oiseaux en sa possession, elle demanda à ses hommes d’attacher un tissu sulfureux à l’une des pattes de chacun d’eux. Les oiseaux se sont envolés vers leurs nids pour la nuit et le soufre a mis le feu à tous les bâtiments simultanément.

Olga ordonna à ses soldats de capturer tous ceux qui fuyaient la ville en feu afin de les exterminer ou de les réduire en esclavage.

La vengeance de la mort de son mari était enfin complète.

Sainte Olga par NicholasRoerich(1915).

L’esprit de Sainte Olga

Olga vécut encore 25 ans, résidant à Kiev, la capitale de son fils. Elle a contribué à le persuader de ne pas abandonner les terres ukrainiennes pour de « meilleures perspectives » plus au sud, sur la rive du Danube. Son petit-fils, Volodymyr le Grand (vers 958-1015), a ensuite étendu le royaume pour en faire ce qui est aujourd’hui considéré comme la première principauté russe (que Vladimir Poutine considère aujourd’hui comme le précurseur de l’État impérial russe).

Volodymyr est également reconnu comme un saint pour son rôle dans l’achèvement de la christianisation qu’Olga avait commencée.

Les aventures d’Olga dans le style de Mad Max devraient nous irriter un peu aujourd’hui : le monde moderne ne devrait pas être le théâtre d’un tel carnage. C’est pourquoi l’invasion soudaine et à grande échelle de la Russie dans un pays pacifique nous semble si choquante.

Pourtant, il est clair que la mémoire d’Olga peut encore constituer un point de convergence important pour la détermination ukrainienne.

Les Églises orthodoxe orientale et grecque catholique lui reconnaissent le titre vénérable et extraordinaire d’« Isapóstolos » : L’égale des Apôtres. Elle et le saint patron de Kiev, Saint Michel Archange, restent des figures d’intercession essentielles auprès de ceux qui ont besoin de réconfort dans les moments les plus difficiles.

Et la foi chrétienne d’Olga, acquise lors d’une visite à Byzance à la fin de sa vie, peut soutenir les autres aujourd’hui, tout comme elle l’a soutenue après ses propres tribulations.

This article was originally published in English

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 148,400 academics and researchers from 4,410 institutions.

Register now