La Covid-19 a obligé de nombreux employés à travailler de la maison et à s’installer un bureau à domicile, ce qui a engendré des coûts et laissé entrer leur employeur dans leur intimité. (Pixabay)

Télétravail : les employeurs envahissent nos maisons et nous refilent les coûts

De nombreux employés s’adaptent au télétravail, et les villes risquent de subir des changements fondamentaux si les espaces de bureaux sont sous-utilisés.

À qui profitera le travail à domicile s’il devient la norme dans le monde post-pandémique ?

Les employeurs affirment qu’ils réalisent des économies considérables sur l’immobilier lorsque les employés passent du travail sur site au travail à distance. Ces économies résultent toutefois de la répercussion des coûts sur les travailleurs.

À moins d’une indemnisation complète des employés pour leurs dépenses, cela pourrait constituer une variante de ce que le théoricien urbain Andy Merrifield appelle le capitalisme parasitaire, où les profits des entreprises reposent de plus en plus sur l’extraction de valeur du domaine public — et maintenant aussi du privé — plutôt que sur la création de nouvelle valeur.

L’attrait du télétravail pour les employeurs

Après trois mois de télétravail, certaines entreprises s’orientent de façon permanente vers ce mode de fonctionnement : Shopify, par exemple, a annoncé que ses employés continueront à travailler à domicile après la pandémie.

Des estimations effectuées avant la pandémie prédisaient que chaque télétravailleur permettrait à son employeur de faire des économies annuelles d’environ 10 000 dollars US.

Si les employeurs sont soutenus par un chœur de partisans du travail à domicile, d’autres notent la solitude, la réduction de la productivité et la baisse d’efficacité qu’engendre un télétravail prolongé.

Quelles que soient les répercussions du télétravail sur la productivité et la vie privée, c’est l’employeur qui réalise les économies de 10 000 dollars par an et l’employé qui en supporte les coûts, ce qui fait penser au mouvement des enclosures.

Au XVIe siècle, en Grande-Bretagne, de puissants propriétaires terriens se sont approprié les terres à usage collectif dans le but, la plupart du temps, d’exploiter de lucratifs élevages de moutons. Aujourd’hui, des entreprises comme Shopify semblent s’approprier l’espace de vie de leurs employés.

Comme les gens travaillent à domicile, les employeurs économisent de l’argent en s’installant dans l’espace privé de leurs travailleurs. Piqsels

Du point de vue des employés

Si le télétravail devient permanent, les employés doivent consacrer une partie de leur espace privé au travail. Cela nécessite l’achat d’un bureau, d’une chaise ergonomique et d’équipements.

Cela signifie également qu’il faut disposer d’un espace chez soi qu’on peut dédier au travail et qu’on doit chauffer, nettoyer, entretenir et payer. On ne peut faire du télétravail de façon constante perché sur un tabouret avec un ordinateur portable placé sur le coin d’une table.

Combien cela coûtera-t-il aux employés ? Il faut tenir compte de beaucoup de choses, mais à titre d’illustration, j’ai fait quelques calculs pour Montréal. L’exercice est simple, mais important, puisqu’il permet de sortir du domaine de la spéculation et de passer en mode discussion sérieuse.

Frais de location à Montréal et à Westmount

Si l’on prend comme point de départ les valeurs locatives de 2019 publiées par la Société canadienne d’hypothèques et de logement, j’estime ce qu’il en coûterait pour louer un appartement avec une chambre supplémentaire dans la ville de Montréal et dans sa banlieue chic, Westmount. Voici les données :

Valeurs locatives selon la SCHL pour les appartements de trois chambres à coucher et plus en 2019 à Montréal et à Westmount. CMHC, Author provided

La SCHL ne fournit pas la valeur locative des appartements de trois chambres à coucher, mais seulement la valeur locative moyenne des appartements de trois chambres à coucher et plus.

Le loyer moyen des appartements de trois chambres est évidemment inférieur au loyer moyen des appartements de trois chambres et plus. J’évalue que si un employé passe d’un appartement de deux chambres à coucher à un appartement de trois chambres à coucher, l’augmentation du loyer correspond à 66 % de l’augmentation de loyer entre un appartement de deux chambres à coucher et un de trois chambres et plus.

Les frais supplémentaires (et les économies) que constitue le télétravail pour un employé avec l’ajout d’une pièce supplémentaire sont présentés ci-dessus. CMHC, Author provided

Les économies réalisées sur les transports sont modestes — la moitié du prix d’un abonnement mensuel, car on suppose que les employés continueront de se déplacer en ville pour le travail, même si leur bureau est à la maison.

Coûts supplémentaires du télétravail pour les employés

J’ai fait quelques hypothèses en calculant un service de nettoyage mensuel de 100 $, des charges supplémentaires de 50 à 65 $ par mois, des économies sur les transports publics de 50 % de la valeur d’un abonnement et des coûts en matériel et équipements de bureau de 1 000 $ par an.

Les dépenses annuelles présentées dans le tableau ci-dessus sont faites à même le revenu après impôt. Au Québec, les taux d’imposition marginaux pour des revenus de 50 000 $ et de 150 000 $ par an sont respectivement de 40,5 % et de 54,8 %.

Si un employeur souhaite dédommager pleinement ses employés pour leur espace de bureau à domicile, il lui faudra augmenter leur salaire de 5 871 à 16 285 dollars par an. Le chiffre le plus bas correspond à l’augmentation pour un employé qui devrait passer d’un appartement d’une chambre à un appartement de deux chambres à Montréal et dont le salaire serait de 50 000 $, ce qui constitue une augmentation nette de 3 493 $.

Le chiffre le plus élevé est pour un employé qui passe également d’une chambre à deux chambres, mais qui vit à Westmount et qui gagne 150 000 $. Il représente un montant net de 7 369 $.

L’employeur pourrait offrir une augmentation qui équivaut au total des coûts engendrés ou une augmentation moindre si l’employé obtient des déductions fiscales pour ses dépenses.

Ces calculs approximatifs montrent que les économies réalisées par les employeurs grâce au télétravail correspondent environ à l’indemnité qu’ils devraient payer à leurs employés pour l’installation d’un bureau à domicile.

Que va-t-il arriver ?

Il existe deux possibilités :

  1. Les employeurs refilent les coûts à leurs employés. Cela constitue une forme d’appropriation, les employés absorbant des coûts de production que l’employeur payait traditionnellement. Il s’agit donc d’un transfert de valeur considérable des employés vers les employeurs.

  2. Les employés reçoivent une compensation correcte. Les employeurs ne réalisent alors que de faibles économies sur les biens immobiliers.

Si les économies sont modestes, les nombreux avantages du travail dans les bureaux — tels que la convivialité, la rapidité de communication, la formation d’équipes et l’acclimatation des nouveaux arrivés — inciteront les employeurs à abandonner l’idée du télétravail et, comme Yahoo en 2013, à encourager leurs employés à se présenter (la plupart du temps) dans les bureaux de l’entreprise.

This article was originally published in English

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 108,600 academics and researchers from 3,567 institutions.

Register now