Temps de travail en Europe : les vrais chiffres

De quel temps parle-t-on ? Pixabay

Le temps de travail est un terme trompeur. En effet, s’il est souvent mobilisé au cours de conflits ou de controverses, il désigne en réalité la « durée reconnue de l’emploi », plutôt que le « temps de travail ».

De quel temps parle-t-on ?

En effet, ses estimations statistiques excluent le travail domestique, qui regroupe pourtant un nombre d’heures supérieur au travail salarié en France. Les femmes à temps partiel, sujettes à une division inégale des tâches domestiques ou à une situation monoparentale, passent toujours plus de temps en travail domestique qu’en travail salarié. En outre, le temps de travail réduit la notion de « temps » à la seule durée, laissant de côté d’autres dimensions temporelles (horaires, rythme, prévisibilité…).

De plus, il est aveugle au contenu effectif des tâches. Par exemple, dans les années 2000, certaines industries ont augmenté le nombre de secondes effectives de travail accompli par minute. Une réduction du temps d’emploi peut donc s’accompagner d’une intensification de l’activité… c’est-à-dire une hausse du temps de travail. Le nombre d’heures non-déclarées ou non-comptées (comme pour les cadres supérieurs salariés payés à la journée et non à l’heure) achèvent de brouiller les pistes lorsque l’on tente d’identifier les durées d’emploi réelles.

La durée d’emploi ne doit pas non plus faire oublier la qualité d’emploi. À ce titre, on assiste depuis une décennie à la montée des horaires « atypiques », c’est-à-dire qui ne correspondent pas à la norme d’emploi à plein temps et en semaine. Le travail le dimanche et le temps partiel, par exemple, sont en croissance sur le continent européen.

Une baisse généralisée de la durée d’emploi

Quoiqu’il en soit, une fois ces précautions d’usage prises, la durée d’emploi a baissé dans tous les pays industrialisés depuis le début du siècle, sans exception. Depuis 1950, pour des pays comme les USA, le Japon, l’Allemagne ou la France, la diminution avoisine 25 %. Cette baisse tendancielle s’explique par des évolutions de la durée d’emploi au niveau journalier ou hebdomadaire (un temps de travail légal ou conventionnel, selon les pays), mais aussi annuelle (les congés payés) et tout au long de la vie (selon l’âge d’entrée et de sortie du marché du travail). Néanmoins, il y a une corrélation solide entre les durées quotidiennes, hebdomadaires et annuelles passées en emploi : les trois évoluent le plus souvent de concert. Il est toutefois notable que la variation des durées d’emploi n’est que rarement corrélée à l’évolution de la productivité. Il ne s’agit pas d’un processus mécanique, qui serait tiré par des évolutions technologiques, mais bien plutôt de conflits sociaux qui trouvent leur résolution par l’application conventionnelle des revendications salariées ou par des législations favorables.

Le temps passé en emploi, en heures par an (échelle verticale). Source : OCDE. L’Allemagne est à l’avant-garde de sa réduction.

Deux groupes de pays

Globalement, depuis le milieu des années 1990, deux groupes de pays peuvent être distingués en Europe. Dans le premier, qui regroupe notamment le Royaume-Uni, la Grèce et le Portugal, la durée d’emploi s’est légèrement accrue dans les années 1990-2000 avant de retomber. Dans le second, qui regroupe les pays du cœur de l’Europe et de Scandinavie, la durée d’emploi n’a cessé de diminuer. La manière dont cette réduction s’est opérée varie. En France, elle a eu lieu via la législation sur les 35 heures hebdomadaires, qui a créé plusieurs centaines de milliers d’emplois – malgré des possibilités importantes d’accommodements à l’époque – et est progressivement détricotée depuis. En Allemagne, c’est plutôt un effet de composition qui est à l’œuvre, c’est-à-dire l’adoption d’emplois à temps partiel par les nouveaux entrants sur le marché du travail ou les chômeurs en reprise d’emploi.

Cette dynamique divergente est entretenue par des écarts importants entre pays européens à deux niveaux. D’abord, l’ampleur du secteur à temps partiel oppose des pays comme les Pays-Bas (39 % de salariat à temps partiel, dont 75 % des salariées) et les pays baltes (moins de 10 % de salariat à temps partiel). Derrière la durée d’emploi moyenne se cachent des réalités très différentes entre salariés et salariées.

Temps plein et temps partiel

Le temps partiel lui-même peut inclure des réalités très différentes, puisque les personnes salariées à temps partiel en Allemagne travaillent 19h par semaine en moyenne, contre 24h pour leurs homologues en Suède. Ensuite, des écarts aussi importants séparent le travail à temps plein dans des pays comme la Grèce (44,5h en moyenne) et le Danemark (sous les 40h). Ainsi, le ratio entre travailleurs à temps partiel et travailleurs à temps plein doit être pensé en articulation avec la norme nationale du temps partiel et du temps plein. Cela conduit à des temporalités distinctes selon les pays : par rapport à la moyenne des pays européens, la France a ainsi des salariés à temps plein aux horaires faibles, et des salariés à temps partiel aux horaires élevés, tandis que l’Allemagne est dans une situation rigoureusement inverse.

Afin d’évaluer les durées d’emploi de chaque pays, le raisonnement le plus approprié semble être à l’échelle de l’année. Cela permet de tenir compte des durées légales et conventionnelles quotidiennes et hebdomadaires, mais aussi d’inclure les congés payés et les jours fériés, qui varient aussi fortement en Europe. Car si le Royaume-Uni célèbre 8 jours fériés, la Finlande dispose de 15 chaque année. De même, les jours ouvrables de congés payés annuels oscillent entre 20 et 28 (hors ancienneté) sur le continent.

Les Français et leur productivité

Un discours récurrent accuse les Français de travailler moins en emploi que leurs homologues européens. Généralement, cette admonestation a un fond moral, il s’agit de présenter comme une tare le fait de moins travailler qu’ailleurs. Cette vision fait l’impasse sur le constat évident que les pays les plus développés sont ceux dans lesquels la durée d’emploi est la plus réduite. Mais en plus, ce discours est fragile : les seules données montrant une durée d’emploi plus faible des Français par rapport à leurs homologues européens se cantonnent aux salariés à plein temps.

En comparant tous les salariés de l’OCDE, les Français travaillent plus en emploi (1 482h/an en 2015) que leurs collègues allemands (1 371h), hollandais (1 419h), norvégiens (1 424h) ou danois (1 457h). Et au niveau des travailleurs indépendants, la France est un des pays qui les conduit à travailler le plus durement. De même, contrairement à des préjugés ravivés depuis la crise des pays périphériques, les Grecs sont les plus gros travailleurs d’Europe avec 2 042 heures annuelles effectuées en emploi. Les écarts les plus importants d’Europe, entre l’Allemagne et la Grèce, s’élèvent à 671 heures d’emploi. Cela représente plus de 80 journées de huit heures.

En revanche, une spécificité française souvent passée sous silence est la productivité des salariés, qui produisent une quantité de richesse élevée par heure de travail (5e d’Europe). Comme le résumait The Economist, « les Français pourraient arrêter le vendredi et toujours produire plus que ne le font les Britanniques en une semaine ». Cette boutade montre que la durée d’emploi pose aussi, en creux, la question de la production et de la distribution des revenus.

Ainsi, les durées d’emploi varient entre pays européens. Chaque norme nationale est le fruit de luttes salariales, de choix politiques et de compromis sociaux. Cependant, ces marchés de l’emploi sont parfois manipulés dans le champ politique afin d’asséner des comparaisons simplistes, qui tentent de présenter la durée d’emploi de certains pays comme un modèle, et les salariés des autres comme des retardataires.

Face à ces usages outranciers, on ne peut que plaider pour des comparaisons raisonnables prenant en compte toutes les informations disponibles sur chaque durée nationale d’emploi, ses formes et son contenu productif. Et ne pas oublier ce qu’enseigne l’histoire sociale : la durée normale d’emploi ne relève pas du déterminisme technologique, mais du choix politique.

The Conversation is a non-profit + your donation is tax deductible. Help knowledge-based, ethical journalism today.